-30%
Le deal à ne pas rater :
Console Sony PS4 Pro 1To Death Stranding + lampe et Fallout 76 offerts
369.99 € 530.97 €
Voir le deal

Emil Cioran -Extrait - (Vidéo)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Emil Cioran -Extrait - (Vidéo) Empty Emil Cioran -Extrait - (Vidéo)

Message par Dominique le Sam 11 Mai - 14:44

Dominique
Dominique
Vénérable
Vénérable

Messages : 204
Points : 681
Date d'inscription : 07/03/2019
Age : 64

Feuille de personnage
Fonction:
Province:

http://dgiraudet-penser.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Emil Cioran -Extrait - (Vidéo) Empty Re: Emil Cioran -Extrait - (Vidéo)

Message par ganem le Sam 11 Mai - 14:57

A lire absolument.
ganem
ganem
Vénérable
Vénérable

Messages : 268
Points : 590
Date d'inscription : 20/02/2019
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Emil Cioran -Extrait - (Vidéo) Empty Re: Emil Cioran -Extrait - (Vidéo)

Message par Dominique le Sam 11 Mai - 16:58

Je le pense aussi , merci beaucoup Ganem !
Dominique
Dominique
Vénérable
Vénérable

Messages : 204
Points : 681
Date d'inscription : 07/03/2019
Age : 64

Feuille de personnage
Fonction:
Province:

http://dgiraudet-penser.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Emil Cioran -Extrait - (Vidéo) Empty Re: Emil Cioran -Extrait - (Vidéo)

Message par Bernard le Légitimiste le Sam 11 Mai - 17:02

Historien je ne peux cautionner les écrits d'Emil Cioran !!
A propos du nazisme :
"je tiens l'hitlérisme pour un mouvement sérieux (!!!) parce qu'il a su associer directement les problèmes inséparables de la justice sociale à la conscience historique de la nation"
A propos des Juifs :
"nous ne pouvons nous rapprocher d'eux humainement (!!) car le juif est un juif et ensuite un homme"

Non au mémoricide des mots !!! Des citations qui ne passent pas !!!
Bernard le Légitimiste
Bernard le Légitimiste
Sage
Sage

Emil Cioran -Extrait - (Vidéo) A0page11
Messages : 180
Points : 505
Date d'inscription : 03/03/2019
Localisation : Provence

Feuille de personnage
Fonction:
Province:

Revenir en haut Aller en bas

Emil Cioran -Extrait - (Vidéo) Empty Re: Emil Cioran -Extrait - (Vidéo)

Message par Dominique le Sam 11 Mai - 17:10

Oui je comprend Bernard le Légitisme , mais lisez plutôt cet article ,je pense que cela clarifiera un peu cette question :
Cioran précis d’expiation
Par Marc Semo — 9 avril 2009 à 06:52

Moraliste . Retour sur les errements fascistes de l’écrivain d’origine roumaine, mort en 1995, à l’occasion de la sortie d’un numéro des «Cahiers de l’Herne» et de deux textes inédits.

C’était sa part maudite, la face longtemps cachée d’un philosophe d’origine roumaine que sa maîtrise de la phrase française autant que sa misanthropie ont inscrit comme l’un des principaux héritiers des moralistes du grand siècle. Le remord de ses égarements de jeunesse a sans cesse rongé Emil Cioran, même s’il ne l’évoquait qu’à demi-mots dans sa correspondance ou ses cahiers par des formules lapidaires - «la source d’un écrivain ce sont ses hontes» - ou des aphorismes désabusés : «En tout homme sommeille un prophète et quand il se réveille il y a un peu plus de mal dans le monde.»

Fasciné par Spengler et Nietzsche, le jeune intellectuel complexé par sa petite Roumanie natale - «une géographie et non pas une histoire» - s’enthousiasme pour le nazisme à l’automne 1933 alors qu’il est étudiant boursier à Berlin, suivant les cours de Heidegger. Il clame son «admiration» pour Hitler. Il appelle à «une croisade terrible et impétueuse contre la pourriture humaine». Il affiche ses sympathies pour les fascistes roumains, les «légionnaires» de la Garde de fer, nervis ultranationalistes à l’antisémitisme virulent, unis par le culte de la violence et le dévouement fanatique pour leur chef, «le capitaine» Corneliu Codreanu, finalement tué en 1938 par la police. Dans un article accablant de bêtise dévote, Cioran saluait «ce mort qui a répandu un parfum d’éternité sur notre fange humaine». C’était en 1940, les légionnaires étaient encore tout puissants. Quelques semaines plus tard ils furent écrasés par le dictateur Antonescu, allié des nazis. Emil Cioran fuyait à l’ambassade roumaine auprès du régime de Vichy.

Le philosophe avait toujours refusé la facilité d’une repentance publique, préférant une longue expiation silencieuse. Quelques pages manuscrites, retrouvées après sa mort par sa femme, Simone Boué, montrent comment il a disséqué sans complaisance ses errements passés. «Ainsi il m’advint bien avant la trentaine de faire une passion pour mon pays, une passion désespérée, agressive, sans issue qui me tourmenta pendant des années. […] Je le voulais puissant, démesuré et fou comme une force méchante, une fatalité qui ferait trembler le monde, et il était petit, modeste, sans aucun des attributs qui constituent un destin», écrivait Cioran dans «Mon pays», texte datant des années 50, peu après la sortie de son célèbre Précis de décomposition.

«Mon pays» est un soliloque implacable. «On n’est libéral que par fatigue, démocrate que par raison. Le malheur est le fait des jeunes. Ce sont eux qui promeuvent les doctrines d’intolérance et les mettent en pratique ; ce sont eux qui ont besoin de sang, de cris, de tumultes, de barbarie. A l’époque où j’étais jeune, toute l’Europe croyait à la jeunesse, toute l’Europe poussait la jeunesse à la politique, aux affaires de l’Etat», souligne Cioran dans ces notes restées jusqu’ici en grande partie inédites, et publiées dans le magnifique numéro des «Cahiers de l’Herne» sur Cioran. Exilé à Paris l’écrivain a trouvé une nouvelle patrie dans la langue française, épurée et logique, pour juguler ses pulsions et folies antérieures.

«Dalle funéraire». «S’il est un très grand auteur français, Emil Cioran est toujours resté roumain, même si on veut trop souvent l’oublier, et le Balkanique bouillonnait en lui y compris pour le pire», explique Laurence Tacou, maître d’œuvre avec Vincent Piednoir de ce volume débordant d’inédits sur les différents aspects de l’œuvre, du style et de la personnalité de Cioran. Ce projet avait été ébauché encore de son vivant par Constantin Tacou, cofondateur des «Cahiers de l’Herne», lui-même d’origine roumaine, mais finalement il n’avait pas abouti. «Nous sommes amis, vous ne pouvez pas me faire une chose pareille !» s’indignait l’écrivain qui n’hésitait pas à comparer de tels volumes «à une dalle funéraire qu’on jette sur un vivant […] C’est même pire qu’un Nobel». Mais l’absence d’un «Cahier Cioran», si intimement lié à l’histoire de l’Herne, devenait absurde. C’était aussi l’occasion de revenir sur sa vie et surtout ce passé roumain, à la fois sulfureux et relativement peu connu sinon dans le livre à charge Eliade, Cioran, Ionesco : l’oubli du fascisme d’Alexandra Laignel-Lavastine (1). Rien d’équivalent pourtant à la richesse de ce «Cahier». «Nous avons voulu montrer ce Cioran préfrançais qui gênait, afin que chacun puisse juger sur pièces et non pas sur des citations tronquées, ses engagements, y compris les plus affligeants, mais aussi ses contradictions, en les remettant dans leur contexte», assure Laurence Tacou.

Ambivalence. Dans la même logique, elle a décidé de publier la Transfiguration de la Roumanie, son principal essai politique d’alors, hymne à l’énergie de la jeunesse et à la violence rédemptrice pour une révolution sociale et nationale. Ressorti à Bucarest avec une préface de l’auteur après la chute du régime Ceaucescu, le livre avait été amputé de son chapitre le plus violent contre les Hongrois, les Tziganes et surtout les Juifs. Mais cet ouvrage aussi tumultueux que souvent nauséabond, aux influences complexes, annonce aussi les futurs grands livres de Cioran à venir, y compris dans le rapport ambivalent qu’il a toujours nourri vis-à-vis des Juifs. Intellectuel frustré d’une petite nation de la périphérie de l’Europe, il les hait autant qu’il les jalouse, eux «ce peuple éternel et errant[…] qui survivra sans nul doute à l’Occident, haï et méprisé par tous les autres peuples qui naissent et meurent». La guerre et l’amitié pour l’écrivain juif roumain Benjamin Fondane, ensuite mort en déportation, l’installation définitive à Paris comme réfugié bouleversent son regard sur les Juifs. Il est fasciné. «L’homme est un Juif qui n’a pas abouti», écrit-il, et il se considère lui-même «un Juif d’honneur» vivant un éternel exil.

Avec De la France, son dernier livre en roumain jusqu’ici inédit, mélange de considérations sur le déclin de ce pays et des Français «usés par excès d’être», le nouveau Cioran apparaît. L’expiation dure tout le reste de sa vie. Mais la Roumanie était encore en lui. Il restait en contact épistolaire avec des amis restés là-bas, et surtout avec son frère. Chacune de ses lettres était ouverte, copiée et archivée par la Securitate, la police politique. Le dossier de Cioran pesait quelque 600 pages. A Paris, il était épié et mis sous pression par le régime qui espérait le faire revenir au moins pour un voyage, qui serait un hommage aux époux Ceaucescu. Toujours il refusa.

Cioran avait choisi le français et d’être un écrivain français, abandonnant pour toujours sa langue. «Mon père et lui parlaient toujours français ensemble», dit Laurence Tacou. A la fin de sa vie, frappé par la maladie d’Alzheimer et hospitalisé, il continuait à ne parler que français. Toujours, pourtant, il restait hanté par son pays. La «révolution» de décembre 1989 le fascina comme «la résurrection tragique d’un peuple». Mais il ne revit jamais la Roumanie et son village natal des contreforts des Carpates. Le passé devait rester le passé.

(1) PUF 2002.

Marc Semo Emil CIORAN Cahier de l’Herne «Cioran» Dirigé par Laurence Tacou et Vincent Piednoir, 540 pp., 39 euros. La transfiguration de la Roumanie Traduit du roumain par Alain Paruit. L’Herne, 344pp., 19 euros. De la France Traduit du roumain par Alain Paruit. L’Herne 80 pp., 9,50 euros.

Lien : https://www.liberation.fr/planete/2009/04/09/cioran-precis-d-expiation_551752?fbclid=IwAR1Q4bYFpUlLdY57Dt8yzBzjuD0krTCx3ml62J_5AqCg5UmFfL0QBhIe-7A
Dominique
Dominique
Vénérable
Vénérable

Messages : 204
Points : 681
Date d'inscription : 07/03/2019
Age : 64

Feuille de personnage
Fonction:
Province:

http://dgiraudet-penser.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Emil Cioran -Extrait - (Vidéo) Empty Re: Emil Cioran -Extrait - (Vidéo)

Message par Lysliane le Dim 12 Mai - 18:02

Emil Cioran
Documentaire "Un siècle d'écrivains"




Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 850
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Emil Cioran -Extrait - (Vidéo) Empty Re: Emil Cioran -Extrait - (Vidéo)

Message par Lysliane le Dim 12 Mai - 18:06

L’élan vers le pire, 20 aphorismes

Emil Cioran -Extrait - (Vidéo) 87097610


par Emil Cioran
2010-06-05 | | Inscrit à la bibliotèque par Guy Rancourt


*
Ces nuits inoubliables qui, ayant empoisonné ma jeunesse, m’ont ouvert les yeux pour toujours. Je leur dois tout ce que je sais.
*
Déchirement, mon mal-être préféré. Chacun s’accroche à un mot qui le définit, qui le dénonce.
*
Avenue de l’Observatoire.
Assis sur un banc, en regardant les arbres d’en face je fus conquis par la passivité des feuilles. Certaines pourtant paraissaient vibrer et même bouger. Soudain l’anomalie de tout mouvement me frappa : qu’attendons-nous pour nous figer à jamais ?
*
Impossible de supporter musique ou poésie exemptes d’un gémissement virtuel.
*
Tout est superflu. Le vide aurait suffi.
*
Ballotté entre le néant quotidien et le néant tout court.
*
Quelle gaffe que tout commencement, la naissance en premier lieu, il va sans dire.
*
Le progrès n’est rien d’autre qu’un élan vers le pire.
*
Ce que j’aurai compris le long des années, je le dois à l’état incertain de mes organes. Me serais-je bien porté que je n’aurais pas écrit une ligne. Quelle chance d’avoir échappé au handicap de la santé !
*
J’ai toujours eu peur de finir en délivré – vivant, de contrarier mes gouffres, de triompher de mes tares. Cette peur n’était pas fondée. Me voilà rassuré.
*
Nos appréhensions exceptées, est-il rien qui ait une apparence de fondement ?
*
La reconnaissance est incontestablement un sentiment noble, mais à la longue dur à traîner. Des années et des années de surmenage ! Comment ne pas envier la quiétude du je-m’en-foutiste ?
*
Ce qui compromet le suicide, c’est qu’il faut pour le commettre un minimum de détraquement, alors qu’il devrait être le privilège de tout individu tant soit peu sensé.
*
Excédé dès mon enfance par le soleil. Les journées paradisiaques m’anéantissent. J’aurais quitté depuis longtemps la scène si j’avais été forcé de me prélasser dans n’importe quel Midi. Je perds tous mes moyens aussitôt que la lumière dépasse les bornes.
*
Quel tourment et quel soulagement aussi quand on a perdu une illusion – pour toujours !
*
Se lever au milieu de la nuit pour ouvrir un livre, c’est déshonorer l’insomnie.
*
L’histoire ? – Chance offerte aux peuples pour se discréditer à tour de rôle.
*
Chacun est pris à son propre jeu, comme s’il savait son destin par cœur.
*
« Histoire de ma vie » de Marc Aurèle ne nous est pas parvenue. Quel dommage que nous ne connaissions pas les soucis mesquins d’un sage sans précédent.
*
J’enregistre au plus profond de moi-même, pour peu que je m’y plonge, les appels et les contorsions du chaos avant qu’il n’ait dégénéré en ce trop visible non-sens.
(E. M. Cioran, L’élan vers le pire, 1988)

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 850
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Emil Cioran -Extrait - (Vidéo) Empty Re: Emil Cioran -Extrait - (Vidéo)

Message par Lysliane le Dim 12 Mai - 18:09

Pendant longtemps j'avais en signature dans les forums histoire de rappeler la présence de Dieu de façon un peu rock   Very Happy

«L'homme pense et Dieu rit »

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 850
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Emil Cioran -Extrait - (Vidéo) Empty Re: Emil Cioran -Extrait - (Vidéo)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum