Forum de la France chrétienne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS.

Aller en bas

UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS. Empty UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS.

Message par Hervé J. VOLTO le Ven 24 Avr - 11:49




Le mythe du Masque de Fer commence réellement avec un registre de la Bastille découvert lors des émeutes du 14 Juillet 1789 :

Prisonnier N° 64389000 : l’homme au masque de fer...

Le point de départ de l’affaire est la mort, le 19 Novembre 1703 à la Bastille, au terme d’une longue captivité, d’un prisonnier dont nul ne connaissait le nom ni le motif de l’incarcération. le prisonnier masqué avait suivi son geolier lors de ses mutations successives : le fort de Pignerol au Piémont (de 1665 à 1681), celui d’ Exiles en Dauphiné (de 1681 à 1687), celui de l’île de Sainte-Marguerite en Provence (de 1687 à 1698) et la prison parisienne de La Bastille (de 1698 à 1703) (75004). Il aurait été enterré dans le cimetière parisien de l’église Saint Pau-saint Louis l sous le nom de Marchiali , bien que d’autres sources indiquent les noms de Marchioly , ou Matthioli et avec une fausse indication d’âge.

Selon Claude Dabos, cité par Jean-Christian Petitfils dans son livre Le masque de fer (Perrin), le Surintendant Nicolas Fouquet aurait reçut un » secret extraordinaire » du peintre Nicolas Poussin : l’existence à Rennes-Le-Chateau, près de Carcassonne, d’un Ordre de Chevalerie secret protégeant une branche Ainée, oubliée mais Légitime, de la Maison de Bourbon ayant survécu en Italie, et dont le chef aurait le droit de régner à la place de Louis XIV , faisant ce dernier un cadet, et donc un « usurpateur malgré lui » !

Depuis la chute de la Monarchie Légitime en 1830, à la suite de Bossuet, Bonald, Maîstre, les vrais Royalistes maintienent et manifestent LE PRINCIPE ROYAL qui est que LE ROI EST LA SEULE AUTORITE LEGITIME EMANANT DE DIEU. Car l’un d’eux, Maurice d’Andigné, a dit :

-C’est à la Légitimité Catholique et Royale que nous devons revenir… ce ne sont pas les hommes, si éminants soient-ils, qui sauvent un pays, ce sont les insitutions.

Qu'est-ce que la Légitimité ?

-La Légitimité est l'application du droit Royal Français tel qu'il est définit dans la théorie statutaire et les Lois Fondamentales du Royaume de France, écrit l'historien du droit Guy Auger (Guy Auger, Du Légitimisme à la Légitimité, in La Légitimité, N° 2, Janvier 1975).

L'intéret pour la Monarchie augmente à mesure que la République éloigne la France du Bien Commun. Dans ce combat doctrinal de défense du principe en attendant le Prince, une étape revient toujours : connaître et faire connaître les LOIS FONDAMENTALES DU ROYAUME DE FRANCE https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2013/09/23/les-lois-fondamentales-du-royaume-de-france-constitution-de-lancienne-france/ ,
qui désigent pour Roi Légitime l'Aîné Salique et CATHOLIQUE des Bourbons NE FRANCAIS et de naissance Légitime.

Par la révélation faite à Nicolas Fouquet d’ une branche secrète et perdue des Bourbons, oubliée mais Légitime, nous sommes entrainés dans la partie la plus hasardeuse de cette singulière étude : Rennes-le-Château, l’Abbé Saunière, la Compagnie du Saint-Sacrement, le Prieuré de Sion, le message crypté de Poussin dans sa fameuse toile des Bergers d’Arcadie -ET IN ARCADIA EGO, anagramme de IO TEGO ARCANA DEI!- et on comprend où L’Enigme Sacré et le Da Vinci Code ont puisé leur inspiration.

Nous touchons ici au pourquoi de l'énigne du Masque de Fer : si ce dernier était l'Ainé, oublié mais Légitime des Bourbons, C'EST TOUTE LE LEGITIMITE DE LOUIS XIV ET DE SES DESCENDANTS QUI SE TROUVERAIT REMISE EN CAUSE !

Ceci permettrait de comprendre pourquoi Fouquet a disposé à partir de 1656 de « ressources presque illimitées « , jusqu’à ce que le jeune Roi Soleil mette fin au chantage de l’indélicat Surintendant qui, trop sur de lui, commençait imprudemment à « taper » dans le Trésor Royal, ce qui donna enfin l’excuse au jeune Monarque de le faire tomber pour péculat , détournement de fond et abus de biens sociaux . Quand à l’Ainé des Bourbons, il sera capturé et jeté en prison, un masque sur le visage…

Henri IV , à la mort de l’ultime Valois Henri III , aurait-il été par erreur été Sacré alors qu’il existait, certes à l’étranger, un Bourbon aîné ayant le droit de recevoir le Sacre avant lui ? Le fils, puis le petit-fils de ce Roi Perdu sont-ils venus réclamer leur Légitimité à chaque génération et, chaque fois déboutés, ont-ils mené une série de complots et de conjurations? Une hypothétique branche ainée, oubliée mais Légitime, perdue et secrète, venant juste avant celle même des Bourbons des Indes, peut fournir une solution à l’énigme du Masque de Fer .

Et c’est la collégiale de Montbrison qui va nous révéler QUI EST LE MASQUE DE FER !

La devise du Bourbonnais et des Bourbons est ESPRENCE : un Ordre dit de N.D. de l’Espérence constitusait l’Ordre dynastiques des Princes Souverains des Dombes. Le Chapitre de l’Ordre se tenait dans la basilique Collégisale de N.D. de l’Espérence, à Montbrison.

L’histoire de la Collégiale commence quand le Comte de Forez Guy IV décida d’édifier une collégiale dédiée à la Vierge. Le 23 novembre 1226, la construction du choeur étant suffisamment avancée pour permettre d’y célébrer les offices canoniaux, le Comte fit poser par son jeune fils, le futur Guy V, à peine agé de 5 ans, la pierre d’honneur de l’église au fond de l’abside, sous la fenêtre d’axe.

Après la construction du choeur, la travée de la nef qui suit est construite à la fin du XIIII° siècle ou au début du XIV° siècle. Cette nouvelle phase de construction se remarque par le changement de l’élévation et de la largeur du vaisseau central par rapport au choeur. Les deux suivantes sont construites dans la première moitié du XIV° siècle, la troisième à la fin. On trouve sur deux chapiteaux les armes de Louis II de Bourbon, le Prince Chevalier et Anne Dauphine, son épouse, ultime héritière des Comtes de Forez datant de 1396 : le premier pour complaire à son épouse, continuera la construction de la Collégiale un temps interrompue avec le changement dynastique. A noter, et c’est là le plus interessant, que les Comtes de Forez étaient non seulement Dauphins d’auvergne mais Ducs d’Albon de La Croix.

Le portail de la collégiale est entrepris par Charles Ier de Bourbon -Vous savez, le cousin du Roi Charles VII qui subsitua ce dernier sur le Trône lors de l’entrevue de Chinon- et son épouse Agnès de Bourgogne et achevé en 1459. Les travaux de la façade occidentale sont terminés en 1466 par Jean II de Bourbon, fils de Charles I° de Bourbon et d’Agnès de Bourgogne.

Charles III de Bourbon , dit le Connétable de Bourbon ,
https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_III_de_Bourbon
Connétable commandant des armées Royales à Marignan, avait hérité de son épouse Suzanne de Bourbon, dseecndante directe et héritière du Duché d’ALBON DE LA CROIX, la Principauté des Dombes, ainsi que la Maîtrise de l’Ordre de N.D. de l’Espérance.

Nous SAVONS que le Connétable de Bourbon, dont la mère était Claire de Gonzague, dépossédé de toutes ses terres par François I°, aurait pu mettre à l’abri chez sa soeur Renée, devenue par mariage Duchesse de Lorraine, son dernier et plus précieux bien : son fils François-Henri-Louis-Nicolas de Bourbon-Montpensier, Prince Héritier des Dombes. La théorie de votre serviteur est que le beau-frère et ami du Connétable de Bourbon, Antoine de Lorraine -ancêtre du Bon Roi René et de… Marie-Antoinette! – Duc souverain du Duché de Lorraine, aurait avec le consentement de son épouse, accepté de faire passer son neveu pour un bâtard eut d’une cuisinière : Nicolas de Sion-Vaudémont !

Ainsi le Connétable de Bourbon possédait parmi ses apanages une Seigneurie de La Croix au sein de son Comté du Beaujolais, ainsi que le titre de DUC DE MERCOEUR. C’est ce Comte de Sion-Vautdémon qui, après avoir fondé une famille et eu un fils, le futur Duc de Mercoeur, aurait été enlevé en mer par des pirates et porté en Inde: de là, la branche des Bourbons de Bhopal !

Philippe-Emmanuel de Lorraine, Marquis de Nomeny, puis Duc de Mercœur et de Penthièvre, pair de France, Prince du Saint-Empire et Souverain de la Principauté de Martigues, est issu du deuxième mariage (1551) de Nicolas de Lorraine (1524-1577), Comte de Vaudémont, Baron puis Duc de Mercœur, avec Jeanne de Savoie (1532-1568), fille de Philippe de Savoie, Duc de Nemours, et de Charlotte d’Orléans-Longueville.

Le 12 juillet 1576, le mariage du Duc de Mercoeur avec Marie de Luxembourg (1562-1623), Duchesse d’Etampes et de Penthièvre, héritière de la Vicomté de Martigues, lui procura un important patrimoine, notamment en Bretagne. Il affirma, en représentation de sa femme, les séculaires prétentions de sa famille des Penthièvre au Duché de Bretagne, que renforça l’extinction de Valois en 1589 (malgré l’union perpétuelle du duché avec le royaume édictée en 1532), et devint à son tour chef de lignage.
Henri III se montra généreux à l’égard de son beau-frère : Mercœur fut confirmé dans son titre de duc et pair en 1576, agrégé à la première promotion des chevaliers de l’Ordre du Saint Esprit en 1579 et élevé au rang de Prince de Martigues en 1580 ou 1582. Sa carrière atteint son apogée le 5 septembre 1582, lorsqu’il fut nommé gouverneur de Bretagne par Henri III. Il y séjourna le plus souvent.

À la mort d’Henri III, invoquant les droits héréditaires de sa femme, « La belle Nantaise », sur la Bretagne, il établit donc un gouvernement indépendant à Nantes et titra son fils « PRINCE ET DUC DE BRETAGNE». Il tenait sa cour à l’Hotel de Briord situé dans la rue de ce nomn et fit fortifier le quartier du Marchix autour de l’actuelle rue homnyme. Les croix de Lorraine du château de Nantes, comme à Dinan, furent sculptées sur les fortifications qu’il faisait renforcer.

Lorsque Henri IV devint Roi de France, le Duc de Mercœur se mit à la tête de la Ligue Bretonne, songeant même à rétablir la souveraineté de cet ancien duché du chef de sa femme, descendante de Jeanne de Penthièvre, et du fait que l’extinction des Valois avec lesquels la dynastie bretonne était en union personnelle depuis le mariage de la reine Claude avec le roi François 1er rendait caduc l’édit d’union de 1532 : Henri IV et les Bourbon ne descendaient pas des ducs de Bretagne. Mercoeur se proclama aussi « Protecteur de l’Église Catholique et Romaine » dans cette province, contre un Prince protestant. Mais les armées du Verts Galant mirent en déroute celles du Duc de Mercoeur qui ne put reconquérir la France et du céder le Trône : “Paris vaut bien une messe” sonnera le gals de la branche Aînèe, oubliée mais Légitime, des Bourbons. Si le titre de dauphin d’auvergne est passé à la Maidson Royale de France d’où sortira Louis XIV, celui de Duc d’ALBON DE LA CROIX semble être restée dans la branche Aînée des Bourbons, celle d’où sortira le Masque de Fer.

Le Masque de Fer, dont la branche vient AVANT MEME celle des Bourbons de Bhopal, pourrait descendre LEGITIMEMENT des Princes de Mercoeur -le Duc de Mercoeur fit passser son fils, Duc et Prince de Bretagne, pour mort à l’age de 3 ans et le fit porter secrètement dans le midi de la France puis en Italie, où il grandit, fit souche et eut un fils qui sera retrouvé et deviendra le Masque de Fer !- qui possèdaient dans leurs appanages la Baronnie de SAINTE CROI DE LA CROIX DU RETZ (d’Or à la Croix de Gueule, devenue plus tard d’Or à la Croix de Sable) , le Comté de LA CROIX DE MALZIEU (d’Argent à la Croix patricarcale dite de Lorraine de Gueule) et le Comté de Guingamp, les Duchés d’ALBON DE LA CROIX (de Sable à la Croix d’Or), d’Ethampe et de Penthievre et les Principauté Martigues et de Lamballe, et le titre de Duc de Bretagne, dont le symbole fut longtemps d’Argent à la Croix de Sable, faisant du Masque de Fer le VRAI ROI DE FRANCE ET le VRAI PRINCE ET DUC DE BRETAGNE !

Deux mots sur la famille d’Albon : très illustre maison du Lyonnaise, d’une haute antiquité. elle remonte sa filiation suivie à André seigneur de Curis au Mont-Dor près Lyon, vivant en 1250. Longue suite de grands personnages dans les armes et dans l’église. On relève dans le nombre: des chevaliers Croisés, trois chanoines-comtes de Brioude (1484-1707), vingt chanoines-comtes de Lyon (1363-1707), plusieurs évêques, un archevêque de Lyon, un grand nombre de Chevaliers de l’Ordre du Roi, un célèbre maréchal de France (1560), gouverneur du Lyonnaise, plus connu sous le nom de Saint-André, tué à la bataille de Dreux (1562), des Chevaliers de Malte, de Rhodes, de Saint-Michel, etc…

De l’antique et première race de cette famille, d’ou sont sortis les Dauphins du Viennois
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_comtes_d%27Albon_puis_dauphins_de_Viennois et qui eut pour premier auteur connu: Guigues le Vieux mentionné dans une charte de 1040. Sa postérité directe s’éteignit avec Beatrix fille de Guigues IV (arrière petit-fils lui-même de Guigues le Vieux), laquelle épousa en secondes noces Eudes III duc de Bourgogne d’où : Guigues-André, tige d’une seconde race des Dauphins, appelés aussi comtes d’Albon. L’évêque du Puy, frère de Guigues IV précité, était le 3° enfant de Guigues III comte d’Albon et de Mathilde ou Maisinde, fille d’un Roi d’Angleterre. Il mourut le 17 octobre 1144. Titres nobiliaires de cette famille: anobli en 1288, honneurs de la cour, PASSE PAR MARIAGE A LA MAISON DE BOURBON (depuis Louis II de Bourbon, le Prince Chevalier). Armes de cette famille: de Sable à la Croix d’Or (Noir avec une Croix jaune) . Devise: A CRUCE VITTORIA…

Donc, nous avons le droit d’appeler le Masque de Fer MONSIEUR DE LA CROIX...





Hervé J. VOLTO, CJA


___________


A paraître : Un complot à travers les siècles.



Hervé J. VOLTO
Hervé J. VOLTO
Vénérable
Vénérable

UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS. A5comt10
Messages : 2439
Points : 3385
Date d'inscription : 01/12/2019
Age : 58
Localisation : Résident en Italie

Revenir en haut Aller en bas

UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS. Empty Re: UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS.

Message par Henri_Vargroas le Ven 24 Avr - 12:53


aurait pu mettre à l’abri chez sa soeur Renée, devenue par mariage Duchesse de Lorraine, son dernier et plus précieux bien : son fils François-Henri-Louis-Nicolas de Bourbon-Montpensier.

Duc souverain du Duché de Lorraine, aurait avec le consentement de son épouse, accepté de faire passer son neveu pour un bâtard eut d’une cuisinière : Nicolas de Sion-Vaudémont !
Y a t'il d'autres effets de ce genre dans l'histoire de France ?

Des fausses morts par exemple, ce qui rendrait une branche considérée comme éteinte bien vivante. A notre époque, le cas est rare mais il existe, j'imagine que ce subterfuge n'a pas été inventé avec l'informatique.

_________________
"Une pensée ouvre mille yeux. Un soleil apporte mille aurores." Crédo du porteur de lumière
Henri_Vargroas
Henri_Vargroas
Vénérable
Vénérable

Messages : 232
Points : 800
Date d'inscription : 19/04/2019
Age : 44
Localisation : Bretagne

Feuille de personnage
Fonction:
Province:

Revenir en haut Aller en bas

UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS. Empty Re: UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS.

Message par Hervé J. VOLTO le Ven 24 Avr - 13:19

Louis XVII échangé avec un jeune sans abrit sourd-muet, et exfiltré du temple, une Prinicesse d'Orlèans échangèe avec le fils d'un geolier italien, un petit Prince de Savoie mort dans un incendie -éteignant ainis la sucession de Maison Royale de Savoie- échangé avec le fil d'une cuisinière du palais, etc...

Les exemples sont nombreux...

Le Grand Monarque HENRI V DE LA CROIX (le vrai, pas le bucheroin hirsute importé du Québec) dscend-t-il par spon père du Masque de Fer et par sa mère de Louis XIV ?

Il pourrait alors revendiquer la TOTALITE de l'héritage politique, moral et, avant tout spirituel, de la Maison Royale de France...
Hervé J. VOLTO
Hervé J. VOLTO
Vénérable
Vénérable

UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS. A5comt10
Messages : 2439
Points : 3385
Date d'inscription : 01/12/2019
Age : 58
Localisation : Résident en Italie

Revenir en haut Aller en bas

UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS. Empty Re: UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS.

Message par Hervé J. VOLTO le Ven 24 Avr - 13:23

Avec çà, comme LE SANG DE FRANCE NE SE PRESUME PAS, il faudra bien soutenir par le Régentisme son cousin Louis-Alphonse de Bourbon de peur de se retrouver avec un Jean VI ou un Napoléon VII sur le Trône de France.
Hervé J. VOLTO
Hervé J. VOLTO
Vénérable
Vénérable

UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS. A5comt10
Messages : 2439
Points : 3385
Date d'inscription : 01/12/2019
Age : 58
Localisation : Résident en Italie

Revenir en haut Aller en bas

UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS. Empty Re: UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS.

Message par Henri_Vargroas le Sam 25 Avr - 15:21

Mais alors comment peut on certifier l'ascendance ?

N'y a t'il pas un risque de faux ?

_________________
"Une pensée ouvre mille yeux. Un soleil apporte mille aurores." Crédo du porteur de lumière
Henri_Vargroas
Henri_Vargroas
Vénérable
Vénérable

Messages : 232
Points : 800
Date d'inscription : 19/04/2019
Age : 44
Localisation : Bretagne

Feuille de personnage
Fonction:
Province:

Revenir en haut Aller en bas

UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS. Empty Re: UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS.

Message par Hervé J. VOLTO le Sam 25 Avr - 21:12

L'ascendance sera révélèe par Dieu : c'est dans les révélations de Marie-Julie Jahenny...
Hervé J. VOLTO
Hervé J. VOLTO
Vénérable
Vénérable

UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS. A5comt10
Messages : 2439
Points : 3385
Date d'inscription : 01/12/2019
Age : 58
Localisation : Résident en Italie

Revenir en haut Aller en bas

UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS. Empty Re: UNE BRANCHE AINEE, OUBLIEE MAIS LEGITIME, DES BOURBONS.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum