Le Deal du moment : -38%
Promo rare sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
Voir le deal
235 €
Le deal à ne pas rater :
NUK Chauffe-Biberon Maison
13.24 €
Voir le deal

Le jour sous le signe des chrétiens

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty Le jour sous le signe des chrétiens

Message par Lysliane le Dim 24 Fév - 9:33

le 24 février: saint du jour


Like a Star @ heaven St Modeste, évêque de Trèves († 480)
À Trèves en Allemagne (Gaule), vers 480, meurt saint Modeste, évêque.


Like a Star @ heaven  24 février : invention du chef de saint Jean-Baptiste, prophète et précurseur de Notre Seigneur Jésus-Christ.
Le jour sous le signe des chrétiens  24-fev-1Les Eglises d’Orient fêtent en ce jour l’invention du chef de Saint Jean Baptiste. En occident elle est célébrée le 24 juin. Il y a de nombreuses fêtes du Baptiste. La décollation se célèbre le 11 septembre. Tout cela souligne son importance. La légende affirme qu’au IXe siècle, Félix, un moine venu d’Égypte par mer, débarqué à Angoulins (Saint-Jean des Sables) au sud de La Rochelle, aurait apporté à Angeriacum le crâne de Saint Jean-Baptiste, décapité du vivant du Christ sur l’ordre d’Hérode Antipas. L’insigne relique, dont l’authenticité n’est pas mise en doute, est déposée provisoirement dans une chapelle. Pépin d’Aquitaine, troisième fils de Louis le Débonnaire, petit-fils de Charlemagne, fait bâtir, non loin de la chapelle, un monastère confié aux Bénédictins et une première église en l’honneur du Précurseur du Seigneur, dans laquelle son chef est exposé à la vénération des fidèles. Angeriacum devient Saint-Jean d’Angély.
Toutefois plusieurs églises affirment aussi détenir tout ou partie de la tête de Jean Baptiste Gênes, Damas ou Homs ; en France, la cathédrale Notre Dame d’Amiens détient aussi le chef supposé de Jean Baptiste, rapporté par un croisé, chanoine de Picquigny, wallon de Sarton, au début du XIIIème siècle. Celui de l’abbaye royale de Saint Jean d’Angély a été découvert vers 1015. Son authenticité a été rapidement contestée.

Like a Star @ heaven

  • le 24 février 303 : début (?) de la Grande persécution.

Le jour sous le signe des chrétiens  24-fev-2
La Grande persécution désigne une vague de répression du christianisme par l’Empire romain, sous le règne de Dioclétien au début du IVe siècle. De février 303 à février 304, quatre édits en donnent le cadre juridique :

  • Premier édit du 24 février 303 : destruction des édifices de cultes chrétiens et des écrits chrétiens ; privation des charges, de dignités et de droits pour les aristocrates chrétiens ;
  • Deuxième édit du printemps 303 : arrestation du clergé, on s’aperçoit de l’immense densité des chrétiens surtout en Orient.
  • Troisième édit de l’automne 303 : obligation pour les clercs de sacrifier. On les torture et entreprend des mesures très dures
  • Quatrième édit du début 304 : obligation pour tous les chrétiens de sacrifier. On assiste à des scènes de torture



  • Like a Star @ heaven le 24 février 1209 : François d’Assise comprend enfin ce que Dieu attend de lui.


Le jour sous le signe des chrétiens  24-fev-3Le “poverello”, le petit frère des pauvres.
Le 24 février 1209, il est frappé par la lecture de l’Evangile pour la fête de Saint Mathias : l’envoi en mission ; Mt, 10, (5 à 16). En effet, François vient de comprendre. Quand Jésus lui a demandé de réparer son Église, ce n’était pas d’églises en ruine, dont Il parlait, mais de l’Église, constituée d’hommes, de femmes et d’enfants que François voulait réunir pour vivre concrètement les valeurs de l’Évangile, valeurs de justice, de paix et de respect de toute la Création. Il s’écrie alors :
«Voilà ce que je veux, voilà ce que je cherche, ce que du plus profond de mon cœur, je brûle d’accomplir ».
A l’automne, il se retire dans un lieu appelé la Portioncule, près d’Assise, où il réunit quelques disciples, et fonde l’ordre des Frères Mineurs. Innocent III approuve oralement sa règle en 1210.

Like a Star @ heaven

  • le 24 février 1510 : Jules II lève l’excommunication à l’encontre de Venise.

De 1508 à 1511, Jules II assemble des alliances contre Venise avec Louis XII et Maximilien. Mais les victoires de Louis XII, à Agnadel, entre autre le font paraître pour un adversaire dangereux, aussi Jules II retourne son alliance avec Maximilien contre la France.
En 1511, Jules II crée la Sainte Ligue, avec Venise et l’Espagne, les cantons Suisses et le roi d’Angleterre, tandis que Maximilien s’allie à Louis XII… En 1512 Louis XII est vainqueur à Ravenne, mais est vaincu en Lombardie l’année suivante, année qui voit aussi la mort de Jules II.

Like a Star @ heaven

  • le 24 février 1582 : bulle Inter gravissimas à Tusculum, (Frascati).

Le pape Grégoire XIII délivre la bulle Inter gravissimas à Tusculum, aujourd’hui Frascati, qui institue le “calendrier grégorien”, devant entrer en vigueur le 5 octobre en Italie. Voir une chronique précédente.

Like a Star @ heaven

  • le 24 février 1858 : huitième apparition de Notre dame à sainte Bernadette.

Le message de notre Dame est : “Pénitence ! Pénitence ! Pénitence ! Priez Dieu pour les pécheurs ! Allez baiser la terre en pénitence pour les pécheurs ! ”

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty Re: Le jour sous le signe des chrétiens

Message par Lysliane le Lun 25 Fév - 9:23


  • le 25 février: saints du jour français ou en France.

    • Ste Adeltrude, vierge et abbesse († 696)



À Maubeuge dans le Hainaut, sainte Adeltrude, vierge et abbesse meurt. Fille des saints Vincent Madelgaire et Vaudru, elle gouverna avec sagesse le monastère fondé et dirigé auparavant par sa tante, sainte Aldegonde

  • Ste Adeltrude, vierge et abbesse († 696)

À Maubeuge dans le Hainaut, sainte Adeltrude, vierge et abbesse meurt. Fille des saints Vincent Madelgaire et Vaudru, elle gouverna avec sagesse le monastère fondé et dirigé auparavant par sa tante, sainte Aldegonde

  • Bx Robert d’Arbrissel, prêtre et fondateur de l’ordre de Fontevrault (v. 1047-1117)

Robert d’Arbrissel naît en Bretagne vers 1047. Docteur de l’université de Paris, il remplit les fonctions d’archidiacre du diocèse de Rennes, son pays d’origine.
Son zèle pour la réforme du clergé souleva contre lui des haines implacables, qui le contraignirent à se retirer. Il séjourna quelques temps auprès des écoles d’Angers ; puis il s’enfonça dans la forêt de Craon. Des compagnons le suivirent, ce qui lui permit de fonder l’abbaye de Roë. Ils y menèrent la vie des Chanoines réguliers.
Le Bx Urbain II, lors de son séjour à Angers (1096), le fit prêcher en sa présence et lui donna plein pouvoirs d’annoncer en tous lieux la parole divine. Deux de ses compagnons de solitude, Bernard de Ponthieu et Vital de Martain, le suivirent dans ses courses apostoliques avant d’aller fonder, l’un le monastère de Tiron au diocèse de Chartre, l’autre, celui de Savigny au diocèse d’Avranches, destinés à devenir des chefs de congrégation.
Robert parcourut d’abord l’Anjou, la Touraine et le Poitou. Sa prédication soulevait l’enthousiasme des foules ; parmi ceux qui l’avait entendu, beaucoup abandonnaient leurs familles et s’attachaient à ses pas. Ce cortège se composait d’homme et de femmes ; on y voyait un grand nombre de pénitents et de pénitentes. Cette foule menait une sorte de vie religieuse, dont les conditions étaient prescrites au jour le jour par Robert. Cette communauté nomade finit bientôt par éprouver le besoin de se fixer. Aussi, vers 1099, Bernard et Vital emmenèrent les hommes avec eux. Robert établit les femmes à Fontevrault. Elles étaient fort nombreuses. Quelques frères se fixèrent auprès d’elles et se chargèrent de leur service temporel et religieux.
Robert interrompait de temps en temps ses prédications pour revenir à Fontevrault et pour fonder de nouveaux monastères, qu’il peuplait de ses religieuses. Ces fondations recevaient le titre de prieurés et restaient sous l’entière dépendance de Fontevrault, ne formant avec lui qu’une seule congrégation, dont l’abbesse était le chef unique. Partout une communauté d’hommes s’attachait au service des moniales. Il y en eut dans les diocèses de Poitiers, de Bourges, d’Orléans, de Limoges et de Chartres.
Robert d’Arbrissel meurt, le 24 ou le 25 février 1116 ou 1117.

  • le 25 février 492 : décès du pape saint Félix III.

Le jour sous le signe des chrétiens  25-fev-1e Félix III meurt à Rome ; Gélase lui succède.
Félix III est un aristocrate romain, veuf et père de famille, il a deux enfants. Il est élu pape à la succession de Simplice le 13 mars 483. Pendant son mandat en Afrique, les Vandales déclenchent une violente persécution contre les catholiques. Il parvient cependant, avec l’aide de Zénon Ier, qui signe une trêve avec les Vandales, à mettre un terme aux persécutions contre les catholiques africains. Mort le 25 février, l’Eglise Catholique le fête le 1 mars. Voir les chroniques du 1er et 13 mars.


  • le 25 février 1454 : l’appel de l’Université contre la tutelle du Parlement est rejeté par le Roi Charles VII.
  • le 25 février 1570 : excommunication de la reine d’Angleterre.

Par la bulle Regnans in excelsis, Pie V excommunie Élisabeth Ière d’Angleterre et délie ses sujets de toute obligation d’obéissance envers la couronne d’Angleterre. Cela fait suite à la promulgation de ses Trente-Neuf Articles, qui persécutent la religion catholique romaine en Angleterre.

Le jour sous le signe des chrétiens  25-fev-2


  • le 25 février 1858 : neuvième apparition de Notre Dame à sainte Bernadette.

Devant trois cents personnes, Bernadette raconte :
“Elle me dit d’aller boire à la source (…). Je ne trouvai qu’un peu d’eau vaseuse. Au quatrième essai je pus boire. Elle me fit également manger une herbe qui se trouvait près de la fontaine puis la vision disparut et je m’en allai.” Devant la foule qui lui demande: “Sais-tu qu’on te croit folle de faire des choses pareilles ?, elle répond : “C’est pour les pécheurs.”




  • le 25 février 2004 : sortie du film “La Passion du Christ”.

Sortie dans 2 000 salles américaines du film “La Passion du Christ”, dont la réalisation a coûté à Mel Gibson 25 millions de dollars sur ses propres deniers, tous les grands studios ayant rejeté le projet. Le film, qui raconte avec un réalisme prenant les dernières heures de la vie de Jésus, ne manquera pas de soulever la controverse, toutefois Jean Paul II dira à l’issue de la projection : «  Cela a certainement dû se passer ainsi. »
Le jour sous le signe des chrétiens  25-fev-6

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty Le26 février

Message par Lysliane le Mar 26 Fév - 10:22


  • le 26 février: saints du jour français ou en France.

    • St Agricole, évêque de Nevers († v. 594)



À Nevers, vers 594, saint Agricole, évêque, ami de saint Venance Fortunat.

  • St Victor, ermite en Champagne († VIe s.)

À Arcis-sur-Aube en Champagne, au VIe siècle, saint Victor ou Vittre, ermite, dont saint Bernard a écrit les louanges.
Mardi 27 février 2018

  • Ste Honorine, vierge et martyre († IVe s.)

Sur le territoire de Rouen, au IVe siècle, sainte Honorine, vierge et martyre.

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty 27 février

Message par Lysliane le Mer 27 Fév - 10:16


  • le 27 février: saints du jour français ou en France.

    • St Galmier (ou Baldomer), sous-diacre († 650)



Saint Galmier (ou Baldomer) humble forgeron, il fut remarqué par l’abbé de Saint-Just de Lyon. L’archevêque Gandésic l’ordonna sous-diacre et, après sa mort, les miracles fleurirent sur sa tombe.

  • Bse Marie de Jésus, vierge, fondatrice et martyre

À Marseille, en 1884, la bienheureuse Marie de Jésus (Marie Deluil Martiny), vierge, qui fonda la Congrégation des « Filles du Cœur de Jésus » et fut blessée à mort par un jardinier pris de folie, achevant ainsi par l’effusion de son sang une vie intimement unie à la Passion du Christ.


  • le 27 février 1642 : la future colonie canadienne prend à Notre Dame de Paris le nom de « Ville-Marie ».

Des lettres patentes concèdent l’île de Montréal à Jérôme Le Royer, sieur de La Dauversière et Pierre Chevrier de Fancamp, membres fondateurs de la Société de Notre-Dame, et leur confèrent le droit de nommer un gouverneur local, de construire des fortifications. Voir les chroniques du 7 août et du 6 novembre.


  • le 27 février 1821 : l’ordonnance sur l’Instruction donne de nouveaux pouvoirs à l’Église.

Les évêques auront la charge de l’inspection des collèges.


  • le 27 février 1858 : dixième apparition de Notre Dame.

Notre Dame est silencieuse. Sainte Bernadette boit l’eau de la source et accomplit les gestes habituels de pénitence.


  • le 27 février 2013 : dernière audience générale pour Benoît XVI.

La dernière audience de Benoît XVI se déroule comme à l’accoutumée, comme si elle ne se situait pas la veille de sa renonciation historique. Le pape donne sa catéchèse comme d’habitude. Toutefois, à son issue, il n’y a pas de « prima fila », compte tenu du trop grand nombre de demandes, on ne voit pas se dérouler la longue file des fidèles souhaitant saluer le pape.
Le jour sous le signe des chrétiens  27-fev-8

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty 28 février

Message par Lysliane le Jeu 28 Fév - 10:29


  • le 28 février: saints du jour français ou en France.

    • St Romain, prêtre et abbé de Condat († 461)



À 35 ans, Romain quitta son Ain natal, et alla fonder deux monastères qu’il nomma Condat et Leucone. Ils donnèrent, plus tard, naissance à deux villages : Saint-Claude et Saint-Lupicin. Il mourut dans le Jura en 463.

  • St Auguste Chapdelaine, prêtre et martyr (1814-1856)

Dans la ville de Xilinxian, dans la province de Kouang-Si en Chine, l’Église commémore le souvenir de saint Auguste Chapdelaine, prêtre des Missions Étrangères de Paris.
Auguste naît à La Rochelle (La Rochelle-Normande dans le département de la Manche en France) en 1814 et il fut un des premiers à semer la graine de la foi chrétienne dans la terre de Chine.
Arrêté par les soldats avec un groupe de chrétiens convertis, il fut frappé de trois cents coups de nerf de bœuf, enfermé dans une cage minuscule et finalement décapité.
Béatifié par Léon XIII le 27 mai 1900, il est canonisé par Saint Jean-Paul II  le 1er octobre 2000.

  • Bx Daniel Brottier, missionnaire spiritain (1876-1936)

Le jour sous le signe des chrétiens  28-fev-1
Né le 7 septembre 1876 à La Ferté-Saint-Cyr dans le Loir-et-Cher, il est ordonné prêtre en 1899 malgré de fortes migraines chroniques, il est d’abord professeur au collège de Pontlevoy avant que sa vocation de missionnaire ne le fasse entrer dans la Congrégation du Saint-Esprit (Spiritain), ordre séculier qui agit en Afrique de l’Ouest.
En 1903, il est vicaire à la Paroisse Saint-Louis du Sénégal, où il fonde un patronage pour s’occuper des enfants, tient une revue, L’Écho de Saint-Louis et dirige une chorale. Après un passage chez les Trappistes de Lérins, il revient à Dakar en tant que Vicaire Général et lève des fonds pour la construction de la Cathédrale du Souvenir Africain.
En 1914, il se porte volontaire pour servir comme aumônier militaire au sein du 26e Régiment d’Infanterie. Il sera décoré de la Légion d’Honneur pour faits de bravoure. En 1918, chose étonnante pour l’époque, il fonde avec Georges Clemenceau, franc maçon anticlérical, l’Union des Combattants. Mais la grande œuvre de sa vie est la Fondation des Orphelins Apprentis d’Auteuil, œuvre sociale destinée à l’accueil et à l’insertion de jeunes en difficulté. Le Père Brottier meurt le 28 février 1936 et est béatifié par le Bienheureux Pape Jean-Paul II, le 25 novembre 1984.
Extrait de l’Homélie de Saint Jean-Paul II, lors de la cérémonie de Béatification de José Manyanet Y Vives, de Daniel Brottier et d’Elisabeth de La Trinité à la Basilique Saint-Pierre le dimanche 25 novembre 1984 :
«Parmi « ceux qui sont au Christ », nous distinguons Daniel Brottier. Il a rejoint la Congrégation des Pères du Saint-Esprit pour répondre à l’appel missionnaire de la manière la plus ardente. Parti en Afrique, il se dévoue sans compter au service de la communauté chrétienne de Saint- Louis du Sénégal et notamment des jeunes. Son zèle apostolique le conduit à prendre sans cesse de nouvelles initiatives pour que l’Église soit vivante et la Bonne Nouvelle entendue. Même éloigné de ce champ d’action, il ne cesse pas d’aider à bâtir l’Église au Sénégal.
Disciple du Christ, il l’est aussi par l’épreuve de la souffrance : la douleur physique ne le quitte pas. Et, volontaire sur le front, il soigne et réconforte les blessés par sa présence courageuse. Aux soldats mourants, il porte le secours de Dieu. La guerre passée, il travaille à prolonger la fraternité née entre ces hommes dans le dépouillement et le don de soi héroïque.
Quand il reçoit la charge des orphelins d’Auteuil c’est à leur service qu’il déploie avec force l’activité la plus débordante qui le fera connaître bien au-delà de Paris. Rien n’arrête sa charité quand il s’agit d’accueillir, de nourrir, de vêtir des enfants délaissés et meurtris par la vie. Innombrables sont ceux qu’il associe à cette œuvre profondément évangélique. Parce qu’il faut loger ces jeunes et les mettre dans un climat chaleureux, les aider à acquérir un métier et à bâtir leur avenir, le P. Brottier multiplie les appels et constitue une chaîne toujours vivante d’active solidarité.
Prêtre, religieux, sa grande activité « découlait de son amour de Dieu » comme l’a dit un témoin. À la fois humble et vrai, actif jusqu’aux limites du possible, serviteur désintéressé, Daniel Brottier avançait avec audace et simplicité car il travaillait “comme si tout dépendait de lui, mais aussi sachant que tout dépend de Dieu”. Il avait confié les enfants d’Auteuil à sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus qu’il appelait familièrement à l’aide, assuré de son soutien efficace à tous ceux pour qui elle avait offert sa propre vie.
Le bienheureux Daniel Brottier a achevé son œuvre sur la terre par un « fiat » courageux. Aujourd’hui nous le savons secourable aux pauvres qui l’invoquent car il communie à l’amour du Sauveur qui animait tout son service sacerdotal. »

  • 28 février : fête du Bienheureux Père Brottier.

 

  • le 28 février 380 : baptême de l’empereur Théodose Ier.

Ce dernier bannit par un édit tous les cultes païens et la doctrine d’Arius. Le catholicisme devient la seule religion officielle de l’empire romain. Il publie l’édit de Thessalonique : « Tous les peuples doivent se rallier à la foi transmise aux Romains par l’apôtre Pierre, celle que reconnaissent le pontife Damase et Pierre, l’évêque d’Alexandrie, c’est-à-dire la Sainte Trinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit. »

  • le 28 février 1574 : début de la cinquième guerre de religion en France.

La conjuration des Malcontents commence ; elle s’attaque au pouvoir de Catherine de Médicis.


  • le 28 février 1858 : onzième apparition de Notre Dame à sainte Bernadette.

Plus de mille personnes assistent à l’extase. Sainte Bernadette prie, baise la terre et rampe sur les genoux en signe de pénitence. Elle est ensuite emmenée chez le juge Ribes qui la menace de prison.

le 28 février 2013 : la renonciation du pape Benoit XVI devient effective.
Dès le lendemain le système bancaire du Vatican est réintroduit dans le système Swift de carte bleue. Pendant 39 jours le Vatican a perdu plus de 1,17 milliard d’euro.
Le pape démissionne et les banques reviennent !

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty Ier mars

Message par Lysliane le Ven 1 Mar - 11:21

le 1er mars : saints du jour français ou en France.
      Like a Star @ heaven   St Aubin, évêque d’Angers († 549)



La vie admirable et pleine de faits merveilleux de ce saint évêque d’Angers a été écrite par saint Fortunat sur des témoignages contemporains de la plus haute valeur. Son récit est corroboré par celui de saint Grégoire de Tours et offre par conséquent les garanties de l’authenticité la plus exacte.

Albinus, – dont nous avons fait Aubin, – naquit près d’Hennebont, à Languidic, sur les bords du Blavet. Son père, d’une noblesse incontestée, était peut-être le fameux chef des Armoricains, nommé aussi Albinus, assez puissant pour s’opposer aux desseins d’Aetius. L’enfant fut, dès ses premières années, animé d’une foi vive et pratique, dont les fruits ne tardèrent pas à éclore.

Tout jeune homme, il renonça vaillamment aux avantages de la noblesse et de la fortune, il brisa même avec l’affection maternelle et vint s’enfermer dans un monastère dont le nom, défiguré sans doute par une erreur de copiste, doit très probablement être reconnu comme celui du monastère de Nantilly, près de Saumur.

Saint Benoît venait de naître. La règle suivie à Nantilly fut la sienne plus tard. Au temps où le jeune Aubin s’y présenta, c’était celle de saint Augustin, presque la seule adoptée en Occident. Les religieux qui la professaient portaient le titre de chanoines réguliers ; mais ils étaient astreints à une stricte pauvreté, à une austère pénitence. À Nantilly, toutes les vertus étaient en grand honneur.

Aubin, dès le premier moment, se signala entre tous par sa ferveur, en particulier par l’humilité sous laquelle il cachait soigneusement sa naissance. Aussi, également aimé et estimé, il fut, en 504, à l’âge de trente-cinq ans, élu à la charge d’abbé. Il s’en acquitta pour le plus grand bien de ses frères, qui, sous son gouvernement tendre et ferme, marchaient joyeusement vers la sainteté.

Il y avait vingt-cinq ans qu’il dirigeait Nantilly, lorsque l’évêque d’Angers, Adolphe, vint à mourir ; les électeurs furent unanimes pour lui donner Aubin comme successeur. Ce ne fut pas sans peine néanmoins qu’ils lui arrachèrent son consentement. Il ne céda que devant leurs instances et sur l’avis des évêques de la contrée, qui depuis longtemps appréciaient la distinction de ses talents et la hauteur de ses vertus. Saint Mélaine, évêque de Rennes, en particulier, fut ravi de ce choix ; uni depuis, longtemps au nouveau prélat par une étroite amitié, ce fut lui sans doute qui le consacra. Cette année-là même (529), en effet, on le voit à Angers en compagnie de trois autres saints évêques : saint Laud de Coutances, saint Victorius du Mans, saint Mars de Nantes.

Dès lors Aubin, se modelant sur le divin Pasteur, Jésus-Christ, se livra tout entier au soin de son troupeau. Sa charité se portait surtout sur les pauvres et les malades ; il s’abaissait pour eux aux soins les plus humiliants. Mais une autre classe de misérables excita aussi sa paternelle compassion : à cette époque, à la suite de l’invasion des barbares, beaucoup de chrétiens étaient tombés dans l’esclavage. Le bon évêque ne pourrait les voir sans larmes ; il consacra, à en racheter le plus grand nombre possible, toutes les ressources que lui fournirent les biens de son église, sa propre fortune, les aumônes qu’il sollicitait. Il fut ainsi le digne prédécesseur des Jean de Matha, des Pierre Nolasque, des Vincent de Paul.

Cette tendre charité, Dieu la montrait par des miracles continuels, combien elle était agréable à son cœur. Il semble, à lire la Vie d’Aubin, que le saint évêque les obtint particulièrement pour les aveugles! Mais il guérit aussi nombre d’autres malades, des paralytiques, des possédés ; il ressuscita même un mort, le jeune Alexandre, pour le rendre à ses parents désolés.

Pourtant la bonté de saint Aubin s’alliait très bien à une fermeté apostolique, qui ne reculait, quand le devoir était en jeu, devant aucune puissance humaine. Dans ces cas même, parfois, il recourait au don des miracles, que Dieu lui avait si libéralement accordé.

Dans le bourg de Douille vivait une jeune fille, nommée Ëtheria, dont la beauté avait séduit le Roi Childebert ; il ordonna de la saisir et de la lui amener. Aubin fut averti de cette violence infâme et aussitôt accourut au secours de sa brebis. Il pénétra sous un déguisement dans la ville où les satellites du Roi s’étaient emparés de la malheureuse enfant. En vain elle se débattait, implorant secours. En apercevant l’évêque, que son œil reconnut en son vêtement d’emprunt, elle fait effort, s’échappe avec un cri des mains de la soldatesque et vient tomber en larmes aux pieds du saint. Un tel secours n’était pas pour intimider ces barbares ; l’un d’eux s’avance insolemment et veut arracher la jeune fille à son protecteur. Mais Aubin, indigné, le traitant comme, au rite du baptême, le démon qu’on chasse du néophyte, lui souffle à la face. L’homme recule, comme frappé de la foudre, et roule mort sur le sol. Ses compagnons, épouvantés, prirent la fuite et vinrent raconter au Roi le terrible miracle. Childebert n’osa pas poursuivre son entreprise malhonnête ; mais, en digne barbare, il exigea une rançon. L’évêque, généreux, voulut encore la payer, trop heureux de sauver ainsi la vertu d’une vierge.

A cette époque grossière, elle n’était guère respectée. Les violents fils de Clovis, incapables de maîtriser leurs passions, autorisaient par leur exemple les vices de leurs courtisans et de leurs guerriers. Le concubinage, les mariages incestueux étaient la plaie gangreneuse de cette société ; et trop souvent des évêques mêmes, se sentant impuissants à la guérir, n’osaient pas employer les remèdes énergiques. Saint Aubin ne fut pas de leur nombre. Avec le zèle de saint Jean-Baptiste, à toute occasion, malgré les colères, les haines, les attentats mêmes contre sa vie, il revendiqua hautement les droits de la pureté et châtia les coupables.

Ainsi agit-il contre un des principaux seigneurs de Neustrie, qui, habitant en Anjou, y donnait le scandale d’une de ces unions criminelles. L’ayant vainement exhorté, averti plusieurs fois, il prononça enfin sur lui la sentence d’excommunication.

Ce fut un frémissement dans la France entière, et il se trouva des évêques pour taxer cette juste sévérité d’excessive rigueur.

Peut-être, pour venger sa cause, ou plutôt celle de Dieu, Aubin provoqua-t-il le troisième concile d’Orléans, en 538, qui fut présidé par l’archevêque de Lyon. Il y prononça du moins un discours également éloquent et énergique contre le désordre qui allumait son zèle. Et les Pères du concile ne purent que l’applaudir et voter un canon où était fait droit aux justes réclamations du Saint. Mais ils n’allèrent pas plus loin et, contents d’avoir donné raison en principe à leur collègue, ils l’engagèrent à user de modération et, en signe d’absolution, d’envoyer, comme ils allaient le faire eux-mêmes, au coupable qu’il avait excommunié, des eulogies, sorte de pains bénits à l’offertoire de la messe et distribués en signe d’amitié et de communion. Aubin refusa d’abord ; il céda enfin à leurs injonctions expresses. « Mais, ajouta-t-il, je suis contraint par votre ordre de bénir et d’envoyer cette eulogie ; vous refusez de défendre la cause de Dieu : il est assez puissant pour la venger lui-même. » Dieu la vengea en effet ; avant même de recevoir les eulogies, le coupable fut frappé par la mort.

Douloureusement atteint par le blâme de ses collègues, Aubin voulut savoir s’il avait outrepassé les droits de la douceur. Il se rendit, en compagnie de saint Lubin, auprès de saint Césaire d’Arles, pour le consulter à ce sujet. Saint Césaire, en effet, jouissait alors dans toute la France de la plus haute réputation de talent et de sainteté. Il n’est pas douteux, quand on sait quelle conduite il a tenu lui-même dans des circonstances pareilles, qu’il n’ait pleinement approuvé l’évêque d’Angers.

Saint Aubin allait atteindre sa quatre-vingtième année, lorsqu’un nouveau concile fut convoqué à Orléans. Mais l’âge et les infirmités l’empêchèrent d’y assister. II ne tarda pas, en effet, à expirer : c’était le 1er mars 549, ou, selon d’autres, 550.

A son tombeau se multiplièrent les miracles. Non moins grand thaumaturge que de son vivant, saint Aubin a laissé parmi son peuple un souvenir toujours entouré de reconnaissance et de vénération.

Like a Star @ heaven
St Léon, évêque de Rouen et martyr (v. 856 † v. 890)

Patron de la ville de Bayonne, dont il fut l’évêque, saint Léon est également fêté aujourd’hui dans le diocèse de Coutances et Avranches : il était en effet originaire de Carentan. Sa vie mouvementée l’emmena tout d’abord en Rhénanie, où il fut page à la cour du roi Louis de Germanie. Mais il se sentait plus de goût pour l’étude et la prière que pour la vie de courtisan. Il partit donc pour Paris, où il étudia et où il fut ordonné prêtre. Et c’est après sa consécration épiscopale, qui eut lieu à Rome, qu’il fut nommé au siège de Bayonne. Son activité apostolique le conduisit à prêcher l’Évangile auprès des populations basques, en Navarre et en Biscaye. Mais il périt décapité par des pirates, un 1er mars, vers l’an 890, avec l’un de ses compagnons d’apostolat

Like a Star @ heaven
St Siviard, abbé d’Anisole († v. 680)

Dans le Maine, vers 680, saint Siviard, abbé d’Anisole.

Like a Star @ heaven le 1 mars 492 : décès et fête de saint Félix III, pape.

Like a Star @ heaven
le 1 mars 492 : élection du pape saint Gélase 1er.

49ème pape, il est d’origine berbère, un des trois papes africains ; c’est un des plus proches collaborateurs du pape saint Félix III, son prédécesseur mort le 25 février.

L’empire romain d’occident est la proie des barbares. Le pape doit lutter contre Byzance et l’empereur d’Orient à qui il rappelle par une lettre de 494 que tout pouvoir vient de Dieu, que ce pouvoir, sur terre se divise en deux avec un principe spirituel et un principe royal :

« Je vous prie Votre Piété de ne pas juger arrogance ce qui est devoir envers la vérité divine. J’espère qu’il ne sera pas dit d’un empereur romain qu’il n’a pas souffert qu’on lui rappelât la vérité. Il y a deux principes, Empereur Auguste, par qui ce monde est régi au premier chef : l’autorité sacrée des pontifes et la puissance royale, et des deux, c’est la charge des prêtres qui est la plus lourde, car devant le tribunal de Dieu ils rendront compte même pour les rois des hommes. Vous savez en effet, Fils très clément, que, bien que vous régniez sur le genre humain, vous courbez avec dévotion la tête devant ceux qui président aux choses divines, et que vous attendez d’eux les moyens de votre salut. »

Le pape Gélase réaffirme ainsi avec vigueur la doctrine traditionnelle de l’autonomie de la juridiction ecclésiastique vis-à-vis du pouvoir politique: l’empereur n’est qu’un fils de l’Église, comme tout chrétien, et non pas un prêtre. Si les empereurs peuvent apporter le soutien de leur autorité temporelle aux évêques, ils devraient rester soumis à ces derniers dans toutes les matières de foi, chacun des deux ordres demeurant ainsi compétent en son domaine propre.

Il meurt le 20 novembre 496.

Like a Star @ heaven le 1 mars 705 : élection du pape Jean VI

Like a Star @ heaven le 1 mars 965 : le pape Léon VIII meurt à Rome.

Like a Star @ heaven
le 1 mars 1591 : le pape Grégoire XIV renouvelle l’excommunication prononcée contre le futur Roi de France Henri IV en 1585.

En raison de la loi de Catholicité un prince non catholique ne peut pas en effet accéder au trône de France. Bernard Basse, dans son livre La constitution de l’ancienne France (DMM Editions) rappelle que la loi de catholicité ou d’orthodoxie implique que le Roi doit être catholique. Cette loi découle du principe de Droit Divin, c’est-à-dire que dans ses lois fondamentales la France reconnaît que l’origine de tout pouvoir se trouve en Dieu.

C’est la loi de catholicité qui a poussé Henri IV à abjurer sa foi protestante, pour recevoir légitimement la couronne de France. L’édit d’Union, de 1588, formule cette loi clairement et la qualifie de loi fondamentale du Royaume. Elle remonte en fait au pacte de Tolbiac et au baptême de Clovis et de ses guerriers à la Noel 496. Un pacte formel est passé là, entre la France et Dieu, l’Eglise en est le témoin officiel. Cette alliance fait du Roi et de la France, le fils et la fille Aînée de l’Eglise, qui s’engagent à défendre la chrétienté contre toutes les attaques, dont elle serait victime. Historiquement, la France n’est pas un Etat laïc, mais confessionnel. Et le Roi, lors du sacre, s’engage à favoriser le développement de la religion catholique. C’est aussi cette loi qui fait du clergé le premier des 3 ordres.

Like a Star @ heaven
le 1 mars 1562 : le massacre de «23» Huguenots à Wassy.

Le massacre de 80 Huguenots à Wassy, sous les ordres du duc de Guise, est un pur mensonge historique. Dater les guerres de religions de cette échauffourée en est un autre. Tous les crimes commis par les huguenots seraient la conséquence de cet « énorme crime des catholiques », et seraient ainsi « justifiés » aux yeux de l’histoire. En fait, l’histoire des guerres de religions en France, a été depuis la révolution totalement réécrite et trafiquée.

Jean Guiraud dans Histoire partiale- Histoire Vraie (Editions Beau-Chesne-Croit, tome 2 chapitre 16, page 202) écrit :

« Qui a donné le signal des guerres de religion ? Qui a lancé notre malheureux pays dans ces luttes fratricides qui l’ont déchiré et dévasté pendant plus de trente ans ? A qui devons-nous cette déplorable explosion de haine ? La sympathie qu’éprouvent pour le protestantisme les auteurs « laïques » a dicté à leurs manuels la même réponse à cette question. C’est le fanatisme catholique, écrivent-ils unanimement, qui a déchaîné les guerres de religion. Les protestants ne demandaient qu’à pratiquer en paix leur culte nouveau, lorsque le massacre de Vassy, savamment préparé par le duc de Guise, les obligea à prendre les armes pour défendre leurs croyances et leur vie. Dès lors, ce n’est point sur les huguenots qu’il faut faire retomber la responsabilité des guerres qui étaient pour eux des guerres de légitime défense, mais sur les catholiques qui les ont provoquées avec le dessein avoué d’en finir avec le protestantisme. «

Toutefois, le vrai début des guerres de religions n’est pas celui que retient l’histoire officielle, mais le sacrilège commis à Paris en 1528, première manifestation du protestantisme à Paris qui met tout le Royaume en émoi. Rue des Rosiers, près de la petite porte Saint Antoine était vénérée depuis des lustres une statue de Notre Dame Elle est retrouvée mutilée et décapitée.

A cette nouvelle et à l’unisson des sentiments du peuple, François 1er, profondément choqué, ordonne d’en refaire une identique en argent. 12 jours plus tard, la statue terminée, le Roi convoque dans une église voisine tous les corps ecclésiastiques de Paris, huit évêques, le Parlement, la chambre des comptes, les corps de la ville, les princes de sang, les ambassadeurs étrangers et tous les grands officiers de la couronne pour assister à une messe expiatoire. Puis une procession se rend sur le lieu du sacrilège, l’évêque portant la nouvelle statue et le Roi un cierge. Arrivé sur place au chant de l’Ave regina coelorum et devant le peuple à genoux le Roi place la nouvelle statue dans son emplacement initial.

La statue mutilée se trouve aujourd’hui dans l’église de Saint Gervais et est honorée sous le vocable de Notre-Dame de Tolérance.

Ceux qui souhaitent plus de détails les trouveront dans Notre Dame de France ou Histoire du culte de la Sainte Vierge en France de Hamon (tome 1 page 119 et 120 ; éditions Henri Plon)

Pendant 40 ans, les catholiques subissent les persécutions des huguenots ; comme ni l’Eglise ni le pouvoir royale ne répriment les attentats, les sacrilèges voire les assassinats, les huguenots multiplient leur méfaits. En 1560 – 1561, tout le sud de la France est le théâtre de scènes d’affrontements très violents ( exemple du pillage de la cathédrale de Montpellier le 19 octobre 1561.

Que c’est-il passé à Wassy ? Relisons Jean Guiraud dans Histoire partiale- Histoire Vraie (Editions Beau-Chesne-Croit, tome 2 chapitre 16, page 214 et 215 :

«Le 1er mars 1562, le duc de Guise, qui se rendait de Joinville à Paris, passait par Vassy avec son escorte de gentilshommes et de serviteurs… C’était le dimanche, il s’arrêta pour entendre la messe. L’église était à une portée d’arquebuse d’une grange où les réformés de la ville et des environs célébraient leur culte. Quoique Vassy fût ville close, ils y avaient établi un temple, contrairement à l’édit de janvier (Rendu par le chancelier de l’Hôpital pour garantir les libertés des protestants). Leur communauté, qui ne comptait pas encore un an d’existence, était nombreuse et ardente. Quelques mois auparavant, l’évêque de Châlons, Jérôme Bourgeois, venu pour l’admonester de vivre catholiquement, avait été pris à partie par le ministre et forcé de se retirer au milieu des huées et des cris: « Au loup ! au renard ! »… Sagement, le duc de Guise avait résolu de ne pas séjourner dans la ville, « voulant, disait-il, fuir les occasions que quelques-uns des miens pussent s’agacer et dire mots à ceux de ladite ville et qu’ils n’entrassent les uns et les autres en dispute de religion ». Il comptait n’y rester que le temps d’ouïr la messe.

Il venait d’entrer dans l’église quand on l’avertit que les réformés, au nombre d’environ 500, étaient en train de célébrer leur prêche. Peut-être crut-il à une bravade. Il sortit pour leur remontrer l’insolence de leur conduite. Les réformés, interprétant mal cette démarche, crurent que Guise venait les attaquer et, avant d’être l’objet de la moindre violence, ils « lancèrent des pierres au duc et à ses compagnons qu’ils voyaient s’approcher. Il y eut des gentilshommes blessés et Guise lui-même reçut une contusion. Son escorte accourut à l’aide, elle riposta aux coups de pierre par des coups d’arquebuse… Quand le duc de Guise arrêta le carnage, il y avait vingt-trois morts et plus de cent blessés. Guise n’eut ni un remords, ni un scrupule, ni un doute. « De mes voisins et sujets m’ont voulu, écrivait-il à un de ses lieutenants, faire une braverie où ils m’ont blessé une douzaine de gentilshommes, de quoi ils se sont trouvés marchands ; voilà leurs belles Évangiles ! » Il s’éloigna emmenant des prisonniers qu’il se proposait de livrer aux magistrats comme perturbateurs et séditieux. Mais, si sa conscience était en repos, il appréhendait l’effet que pouvait produire cette sanglante journée. Il ne voulait pas avoir l’air d’un chercheur de querelles. Aussi se montra-t-il prudent. Il évita Vitry où, sur le bruit du massacre, cinq ou six cents religionnaires avaient pris les armes ; il campa hors de Châlons sans vouloir entrer dans cette ville, où les réformés, quoique en minorité, étaient les maîtres »

Tel est le récit de ce que l’on a appelé improprement le massacre de Vassy ; au lieu de l’écrire nous-même, nous avons mieux aimé l’emprunter à un auteur qui ne dissimule pas ses sympathies pour les protestants, M. Mariéjol, professeur à la Sorbonne. »

Like a Star @ heaven le 1er mars 1858 : première miraculée de Lourdes.

C’est la douzième apparition. Plus de mille cinq cents personnes sont présentes. Pour la première fois, un prêtre assiste à l’événement. Dans la nuit, Catherine Latapie, une amie lourdaise de Bernadette, se rend à la Grotte, elle trempe son bras déboîté dans l’eau de la source : son bras et sa main retrouvent leur souplesse immédiatement.

Like a Star @ heaven le 1 mars 1954 : le pape Pie XII interdit l’expérience des prêtres ouvriers.

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty 2 mars

Message par Lysliane le Sam 2 Mar - 11:21

Like a Star @ heaven le 2 mars 1858 : message de Notre Dame de Lourdes aux prêtres
La treizième apparition voit une foule encore plus importante que d’habitude. Notre Dame demande à Bernadette: “Allez dire aux prêtres qu’on vienne ici en procession et qu’on y bâtisse une chapelle”.
Bernadette en parle à l’abbé Peyramale, curé de Lourdes. Celui-ci ne veut savoir une chose: le nom de la Dame, et exige une preuve : voir fleurir en plein hiver le rosier (l’églantier) de la Grotte. 

Like a Star @ heaven le 2 mars 1876 : naissance d’Eugenio Maria Giuseppe Giovanni Pacelli futur Pape Pie XII.

Like a Star @ heaven le 2 mars 1939 : le Cardinal Pacelli devient le Pape Pie XII.
Le jour sous le signe des chrétiens  2-mars-4Aussitôt élu, Pie XII se trouve plongé dans la Seconde Guerre mondiale. Après l’invasion de la Tchécoslovaquie, la diplomatie vaticane intervient pour empêcher la guerre, sans succès. Après le pacte Ribbentrop-Molotov, le Vatican tente au moins de garder l’Italie hors du conflit. Pie XII choisit de maintenir l’Église hors de la guerre. Il mène une politique de compromis, ouvre les institutions du Vatican aux victimes du nazisme dans Rome occupée, mais n’intervient pas publiquement contre les persécutions. Par son action directe et indirecte, il permet de sauver entre 700 000 et 860 000 juifs. Il est considéré à l’époque comme le plus farouche opposant du nazisme, et les institutions juives l’ont remercié à de nombreuses reprises pour ses actes.

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty Re: Le jour sous le signe des chrétiens

Message par Lysliane le Dim 3 Mar - 10:45


  • Like a Star @ heaven le 3 mars: saints du jour français ou en France.

    • Saint Gwenole (ou Guénolé), abbé, Fondateur de l’abbaye de Landévennec(v. 460 – 532)



Né vers 460 à Ploufragran (Côtes-d’Armor, France), ou à Plouguin (Finistère), Gwenole était le troisième fils de sainte Gwenn et de saint Fracan, frère de saint Jacut et de saint Guethenoc. Il fut confié à saint Budoc en 470 au monastère de l’île Lavret.

  • Like a Star @ heaven Bx Pierre-René Rogue, prêtre et martyr († 1796)

À Vannes, en 1796, le bienheureux Pierre-René Rogue, prêtre de la Mission et martyr. Pendant la Révolution française, il récusa le serment à la Constitution civile du clergé, demeura dans la ville pour exercer son ministère en secret auprès des fidèles, fut condamné à mort dans l’église même où il avait célébré les saints mystères et il chantait les bontés du Seigneur tandis qu’on le menait à l’échafaud.

  • Like a Star @ heaven le 3 mars 468 : saint Simplice est élu pape.

C’est sous son pontificat que s’écroule en 476 l’empire romain. Il le passe à lutter contre l’arianisme et contre les conséquences des invasions barbares.

⭐le 3 mars 1431 : Gabriele Condulmer est élu pape, devenant le 207ème pape sous le nom d’Eugène IV.


Like a Star @ heaven le 3 mars 1798 : message du Directoire annonçant l’effondrement de la Rome pontificale.


Like a Star @ heaven le 3 mars 1858 : quatorzième apparition de Notre Dame à Lourdes.
Dès 7 heures le matin, alors que sont présentes trois mille personnes, Bernadette se rend à la Grotte, mais la Vierge n’apparaît pas. Après l’école, elle entend par locution intérieure l’appel de Notre Dame. Elle se rend à la Grotte et lui redemande son nom. Notre Dame lui répond par un sourire.
Son curé Peyramale lui répète ensuite : “Si la Dame désire vraiment une chapelle, qu’elle dise son nom et qu’elle fasse fleurir le rosier de la Grotte”.



Like a Star @ heaven  le 3 mars 1599 : le pape Clément VIII fait cardinal Robert Bellarmin.
Robert Bellarmin a alors toutes les chances de lui succéder comme pape (Clément VII meurt en Mars 1605). Cependant le cardinal Bellarmin ne souhaite pas devenir Pape ; il va cependant jouer un très grand rôle dans les discussions relatives à la grâce, qui opposent catholiques et réformés à cette époque.
Tiré de Saint Robert Bellarmin par Aimé Richardt, éd. François-Xavier de Guibert.


Like a Star @ heaven le 3 mars 1605 : décès de Clément VIII.


Pape depuis le 30 janvier 1592, il avait Saint Philippe Néri comme confesseur. Travailleur acharné et rigoureux il mène une politique équilibrée dans une Europe en pleine guerre de religion. Il a participé activement à la conversion d’Henri IV au grand mécontentement de l’Espagne qui y a vu une perte d’influence.
A ne pas confondre avec l’anti pape Clément VIII du grand schisme d’Occident.

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty 4 mars : Bienheureuse Louise-Elisabeth de Lamoignon

Message par ami de la Miséricorde le Dim 3 Mar - 21:49

Le jour sous le signe des chrétiens  78138792

4 mars : Bienheureuse Louise-Elisabeth de Lamoignon :

Religieuse, Fondatrice des sœurs de la Charité de Saint-Louis


Marie-Louise-Élisabeth de Lamoignon naquit à Paris le 3 octobre 1763 dans une famille de la haute noblesse, son père étant Garde des sceaux de France.

A l'âge de 30 ans elle se retrouva veuve, son mari exécuté le jpour de Pâques 1794, elle perdit également sa fille la même année. Son frère qui combattait contre la Convention thermidorienne en Bretagne l'année suivante, en 1795 mourut aussi.

Mgr de Pancemont avec qui elle correspondait clandestinement devenu en 1802 évêque de Vannes, l'encouragea à fonder en 1803 une congrégation religieuse. Ses deux enfants étant mariés elle accepta. Elle fonda le 25 mai 1803, la Congrégation des Sœurs de la Charité de Saint-Louis ayant vocation à s'occuper des fillettes pauvres et déhéritées.

Mère Saint-Louis mourut le 4 mars 1825, serrant sur son cœur le crucifix qui ne la quittait pas depuis ses jeunes années. Elle fut enterrée à Vannes, dans la chapelle de la communauté.

Elle a été déclarée vénérable par le pape Jean-Paul II le 16 janvier 1986 et béatifiée par Mgr Amato pour le pape Benoît XVI le 27 mai 2012.

Source : Wikipédia

Une de ses paroles à ses filles :"Si les soins que vous donnez aux pauvres enfants étaient donnés en esprit d’une foi vive … Si l’esprit de la foi vous animait, ce n’est plus eux que vous verriez, c’est Jésus Christ … Vous diriez : je suis avec J.C., je parle avec J.C., je vis avec J.C. Pour moi, je me glorifie de vivre avec J.C. pauvre et humilié . »

Biographie de la Bienheureuse Louise-Elisabeth de Lamoignon
https://nominis.cef.fr/contenus/saint/12582/Bienheureuse-Louise-Elisabeth-de-Lamoignon.html

Vie de la Bienheureuse Louise-Elisabeth de Lamoignon.
http://www.soeursdelacharitestlouis.org/sites/default/files/livret_beatification_inter-francais.pdf

Lettre de Mgr Centène à l'occasion de sa béatification à Vannes.
https://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2012/05/b%C3%A9atification-%C3%A0-vannes-de-m%C3%A8re-saint-louis-fondatrice-de-la-congr%C3%A9gation-des-soeurs-de-la-charit%C3%A9-sa.html

Béatification de Marie-Louise-Elisabeth de Lamoignon.
https://www.youtube.com/watch?v=AWTEwdrdJv8

Quelques Pensées et Ecits de la Bse Louise-Elisabeth de Lamoignon.


« Le Saint Esprit a allumé en moi un incendie d’amour. »
« Soyons, un témoignage vivant de ce que peut sa Miséricorde … sur nous et par nous

« Vous êtes responsables du soin de leur esprit, du soin de leur coeur, du soin
de leur corps …Vous êtes chargées du soin de leur esprit, pour leur donner
l’instruction nécessaire, pour leur apprendre à connaître, à aimer, à servir
Dieu par la pratique de notre sainte religion. À cette instruction, vous devez
encore joindre celle qui leur est nécessaire pour être utiles à la société dont
elles sont membres ... Rien, de votre part, ne doit être négligé pour développer
leur intelligence, ouvrir leur esprit à la lumière, former leur raison

« ... La dernière chose qu’exige de nous la parfaite justice, c’est d’avoir de la tendresse pour les
pauvres et de les secourir, autant que nous le pouvons, dans leurs besoins et leurs nécessités ; et cette
oeuvre de Miséricorde est de sévère justice … si notre position ne nous met pas dans la possibilité de
faire l’aumône des biens temporels, nous devons la faire des biens spirituels … par le seul principe
de la charité … »

Source : http://www.soeursdelacharitestlouis.org/sites/default/files/livret_beatification_inter-francais.pdf

SAINTS DU 4 MARS
https://nominis.cef.fr/contenus/fetes/4/3/2018/4-Mars-2018.html

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
Vénérable
Vénérable

Messages : 784
Points : 1296
Date d'inscription : 03/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty 4 mars Bienheureuse Eulalie Placide Viel

Message par ami de la Miséricorde le Dim 3 Mar - 21:57

Le jour sous le signe des chrétiens  76185211

4 mars : Bienheureuse Eulalie Placide Viel :

Religieuse, Supérieure des Filles de la Miséricorde


Eulalie naquit le 26 septembre 1815 près de Coutances en Normandie.
Elle rencontra sainte Marie-Madeleine Postel, Fondatrice des Sœurs des Écoles chrétiennes. Elle entra dans cette congrégation où elle fut assistante générale à l'âge de 26 ans puis succéda à la sainte fondatrice à l'âge de 31 ans.
Elle connut bien des jalousies de la part de certaines sœurs, jusqu'au jour où elle obtint l'approbation pontificale pour son institut. Malgré une grande timidité, elle sut mener, avec audace et pour eux, une vie de charité au service des pauvres. Elle se sacrifia pleinement à cette sainte oeuvre jusqu’à sa mort, en 1877.

Elle a été béatifiée par Pie XII le 6 mai 1951.
Source : paroisse-saint-aygulf.fr

Paroles de la Bx Eulalie Placide Viel
: « Si Jésus dit à un cœur impatient : sois patient, il le sera ; s'il dit à un cœur froid et peu charitable : sois brûlant et charitable, il le sera ; s'il dit à un cœur rempli d'affection pour le monde : sois détaché, aussitôt il sera changé. Qu'il est grand et puissant, celui qui opère tant de merveilles... »

« J'aimerais une maison remplie d'enfants et dans laquelle le Bon Dieu serait bien servi »

À propos de ses quêtes : « J'allais sans crainte ayant la foi la plus entière dans les paroles de ma Supérieure et persuadée que j'accomplissais l'œuvre de Dieu »


Source : Wikipédia

Biographie de la Bienheureuse Eulalie Placide Viel.

http://har22201.blogspot.com/2015/03/bienheureuse-eulalie-placide-viel.html

Site de Mère Marie Madeleine Postel.
http://mmpostel.com/notre-histoire/bienheureuse-m%C3%A8re-placide-viel/

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
Vénérable
Vénérable

Messages : 784
Points : 1296
Date d'inscription : 03/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty 4 mars Saint Casimir de Pologne

Message par ami de la Miséricorde le Dim 3 Mar - 22:50

Le jour sous le signe des chrétiens  A5515161

4 mars : Saint Casimir de Pologne :

Prince


Au XV' siècle, Saint Casimir est Prince de Pologne et Grand-Duc de Lituanie, deuxième des treize enfants du roi Casimir IV et aujourd’hui Saint Patron de la Lituanie et la Pologne.

Régent juste et généreux en l'absence de son père, le jeune homme est un fervent serviteur de la Vierge Marie et des pauvres :

« Je ne veux que servir les plus pauvres d'entre les pauvres ».

Inviolablement attaché à la chasteté, le Prince Casimir domptait ses passions par une vie d'austères mortifications.

Atteint de tuberculose pulmonaire, il mourut à l’age de 26 ans à Grodno, le 4 mars 1484.

Lorsqu’en 1604, on ouvrit son tombeau pour sa translation dans l’église que Sigismond III venait d’élever sous son vocable, on trouva son corps frais et entier qui, entre ses mains tenait une « Hymne à la Sainte Vierge ».

Source : site-catholique.fr

Biographie de Saint Casimir
http://reflexionchretienne.e-monsite.com/pages/vie-des-saints/mars/saint-casimir-fils-de-casimir-iv-de-pologne-saint-patron-de-la-lituanie-et-de-la-pologne-fete-le-04-mars.html

Prière de Saint Casimir à la Sainte Vierge Marie.
http://site-catholique.fr/index.php?post/Priere-de-Saint-Casimir

Prière à Saint Casimir de Pologne.
http://parousie.over-blog.fr/article-33224526.html

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
Vénérable
Vénérable

Messages : 784
Points : 1296
Date d'inscription : 03/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty Re: Le jour sous le signe des chrétiens

Message par Lysliane le Lun 4 Mar - 9:24

Merci mais il m'aurait été souhaitable que vous ouvriez votre propre fil à cet effet.

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty 4 mars

Message par Lysliane le Lun 4 Mar - 9:33


  • Like a Star @ heaven le 4 mars : saints du jour français ou en France.

    • Bx Humbert III, comte de Savoie (1136-1189)



À Chambéry en Savoie, l’an 1158, le bienheureux Humbert III, comte de Savoie. Après plusieurs mariages, il quitta le pouvoir pour se faire moine à Hautecombe, mais ses barons le contraignirent à reprendre le pouvoir et à se remarier. Au bout de quelques années, il put reprendre la vie monastique, dont il fit profession juste avant de mourir.

  • Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Bse Marie-Louise de Lamoignon, en religion Mère Saint-Louis, Fondatrice de la Congrégation des « Sœurs de la Charité de Saint-Louis»

Marie-Louise-Élisabeth, fille de Chrétien François de Lamoignon de Basville, garde des sceaux de France en 1787, naît à Paris le 3 octobre 1763, dans l’hôtel particulier des Lamoignon, et fait partie de la haute noblesse française.
Elle est baptisée le jour même à l’église Saint-Sulpice. Louise-Élisabeth est proche de sa grand-mère, Madame Berryer, qui reçoit la famille dans son château de Thubeuf en Normandie et qui veille à la piété de sa petite-fille, tout en lui donnant des précepteurs de qualité. La fillette est influencée par Bourdaloue qui est le directeur spirituel de la famille. Elle n’oubliera jamais les grâces reçues de sa première communion, à l’âge de huit ans.
Marie-Louise-Élisabeth épouse, en la chapelle de l’hôtel Lamoignon, en février 1779, Édouard François Mathieu Molé, conseilleur au Parlement de Paris, issu d’une famille de grands magistrats. Ils auront cinq enfants dont deux atteignent l’âge adulte. Madame Molé forme, grâce à M. de Pancemont, nouveau curé de sa paroisse Saint-Sulpice, un groupe de dames pour secourir la pauvreté du quartier pendant le dur hiver 1788-1789. Au cours d’une retraite, elle sent l’appel du Christ.
Puis la Révolution survient, la famille reste en France, malgré un court intermède à Bruxelles en 1791. Le comte et la comtesse Molé de Champlâtreux sont de retour en janvier 1792 pour se mettre en règle avec la loi du 9 novembre 1791 sur les émigrés. Ils sont cependant arrêtés et enfermés à la Conciergerie. Madame Molé est libérée à cause de son état de santé, mais son mari, homme intègre et charitable, est guillotiné, le jour de Pâques 1794.
Madame Molé est profondément affectée par l’exécution de son mari et la mort de sa fille de quatre ans en 1794 et songe à entrer dans un ordre contemplatif. Elle a trente ans, et renouvelle son pacte avec la Croix du Christ. Elle est expulsée de chez elle. Elle ne retrouve sa propriété de Méry-sur-Oise que l’année suivante. Elle perd son frère qui combat contre la Convention thermidorienne en Bretagne en 1795. C’est une nouvelle épreuve.
Elle est cependant dissuadée, à cette époque, d’entrer en religion par son confesseur, M. de Pancemont, avec qui elle correspond clandestinement et qui, revenu d’exil est devenu évêque de Vannes, l’encourage plutôt à fonder quelques années plus tard une congrégation religieuse, la congrégation des « Sœurs de la Charité de Saint-Louis », le 25 mai 1803. Le Concordat est entré en vigueur depuis quelques mois, et la liberté religieuse peut s’établir en France. Madame Molé s’installe à Vannes avec quelques compagnes et sa mère, Madame de Lamoignon, dans un premier couvent acheté par elle, près du port de Vannes. Ses deux enfants étant « établis », elle y ouvre des classes pour les fillettes de familles pauvres.
Elle prononce ses vœux sous le nom de Sœur Saint-Louis (Mère Saint-Louis lorsqu’elle devient supérieure de la Congrégation) et les vocations affluent. Elle y anime notamment un atelier de dentelle et de tissage du coton.
Lorsque Pie VII (Barnaba Chiaramonti, 1800-1823) vient sacrer Napoléon Ier, il bénit la fondatrice et ses compagnes. Une nouvelle épreuve crucifiante survient en 1807, lorsque Mgr de Pancemont meurt d’une attaque d’apoplexie. Une nouvelle maison de charité ouvre en 1808 à Auray, dans l’ancien couvent des cordelières, puis fonde un noviciat séparé en 1810. La congrégation est reconnue civilement par une ordonnance royale, en 1816. En 1824, elle achète l’ancien couvent de Saint-Gildas de Rhuys pour y ouvrir une école gratuite et une œuvre de retraites.
Mère Saint-Louis quitte, à Vannes, sa demeure terrestre, pour la rencontre avec Dieu, le 4 mars 1825, serrant sur son cœur le crucifix qui ne la quittait pas depuis ses jeunes années. Au décès de la Fondatrice, la Congrégation compte une cinquantaine de religieuses.  Elles désirent vivre selon son esprit et porter aux déshérités l’amour de Dieu qui les habite. L’œuvre de Mère Saint-Louis s’est poursuivie en France, et dans d’autres pays : Angleterre, Canada, États-Unis, Haïti, Madagascar, Mali, Sénégal, Martinique, Mexique de sorte qu’on peut dire que sa Congrégation a pris une dimension internationale.
Le procès diocésain de béatification débute en 1959, le diocèse de Vannes déposant le dossier à Rome en 1962.
Déclarée vénérable par Saint Jean-Paul II, le 16 janvier 1986, Louise-Elisabeth de Lamoignon, épouse Molé de Champlâtreux (Mère Saint-Louis), a été proclamée bienheureuse le 27 mai 2012, en la solennité de Pentecôte, sur l’esplanade du port de Vannes, par le cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, qui représentait le Pape Benoît XVI.
Une première en Bretagne !

  • Like a Star @ heaven Bse Placide (Eulalie Viel), vierge (1815-1877)

Martyrologe Romain : À Saint-Sauveur-le-Vicomte en Normandie, l’an 1877, la bienheureuse Placide (Eulalie Viel), vierge, qui dirigea avec zèle et humilité la Congrégation des Sœurs des Écoles chrétiennes de la Miséricorde.

  • Like a Star @ heaven le 4 mars 561 : décès du pape Pélage Ier.
    Il a condamné l’origénisme. Il a commencé les travaux de l’église de Saint-Philippe et Saint-Jacques à Rome.
  • Like a Star @ heaven le 4 mars 1465 : le Roi Louis XI quitte Poitiers, pour un pèlerinage vers Notre-Dame-du-Pont de St-Junien.
    Roi particulièrement pieux, il est pratiquement impossible d’énumérer tous les pèlerinages qu’il fait pendant son règne.
  • Like a Star @ heaven le 4 mars 1858 : quinzième apparition de Notre Dame.

Devant huit mille personnes Notre Dame apparaît de nouveau. De son côté le curé Peyramale ne veut toujours pas entendre parler de construction de chapelle.

  • Like a Star @ heaven
  • le 4 mars 1979 : le pape Jean-Paul II publie Redemptor Hominis.

C’est sa première encyclique ; elle porte sur la dignité de l’homme, et constitue une mise en garde contre les risques de la course aux armements et du progrès technique non maîtrisé. L’encyclique est consultable entièrement ici :
http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_04031979_redemptor-hominis_fr.html

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty Re: Le jour sous le signe des chrétiens

Message par ami de la Miséricorde le Lun 4 Mar - 12:54

Bonjour Lysliane

Désolée je pensais gagner de l espace mais effectivement je préfère avoir mon fil et vous le vôtre.
Excusez moi je vous prie.
Bien amicalement.

ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
ami de la Miséricorde
Vénérable
Vénérable

Messages : 784
Points : 1296
Date d'inscription : 03/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty Re: Le jour sous le signe des chrétiens

Message par Lysliane le Lun 4 Mar - 13:49

Vous n'avez en rien à vous excuser mais je pensais bien que vous préfèreriez avoir aussi votre propre fil . Je n'ai pas voulu pour ma part  me limiter aux saints du jour mais élargir un peu le champ .
Je lirai le vôtre avec plaisir . Smile

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty 5 mars

Message par Lysliane le Mar 5 Mar - 10:34


  • Like a Star @ heaven le 5 mars : saints du jour français ou en France.

    • St Virgile d’Arles, évêque († v. 618)



À Arles en Provence, vers l’an 618, saint Virgile, évêque, qui donna l’hospitalité à saint Augustin et ses moines qui se rendaient en Angleterre, sur la recommandation du pape saint Grégoire le Grand.

  • Like a Star @ heaven le 5 mars 524 : martyr de Lucius 1er, 22ème

Immédiatement déporté par l’empereur Trébonien Galle après son élection le 25 juin 253, il meurt martyr, le 5 mars 254.

  Like a Star @ heaven le 5 mars 1759 : le pape Clément XIII met L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert et De l’esprit d’Helvétius à l’index
Il suit en cela les sages conseils donnés par le ministre de Louis XV, le cardinal Fleury au pape Clément XII (voir la chronique du 29 janvier).

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty 6mars

Message par Lysliane le Mer 6 Mar - 10:01


  • Like a Star @ heaven le 6 mars : saints du jour français ou en France.

    • Like a Star @ heaven St Fridolin de Säckingen, abbé en Allemagne († VIe s.)



À Säckingen dans le sud de l’Allemagne, vers le VIIe siècle, saint Fridolin, abbé. Venu, dit-on, d’Irlande, il séjourna d’abord à Poitiers près du tombeau de saint Hilaire, puis pérégrina à travers la Gaule, et aboutit à Säckingen, où il fonda un monastère double en l’honneur de saint Hilaire.

  • Like a Star @ heaven   St Chrodegand (ou Chrodegang), évêque de Metz († 766)

À Metz, en 766, saint Chrodegand, évêque, qui rédigea une règle de vie, pour les prêtres de son diocèse qu’il réunit en chapitres de chanoines, pour qu’ils vivent dans la vertu à l’intérieur du cloître; il promut aussi merveilleusement le chant d’Église.
Son nom offre bien des variantes : Chrodegangus, Chrotgandus, Godegrand, Rotgandus, etc

  • Like a Star @ heaven Ste Colette de Corbie, clarisse († 1447)

Sainte Colette Vierge, réformatrice des Clarisses (1380-1447)
Colette est née à Corbie, en Picardie. Ses parents se désolaient de ne pas avoir d’enfants ; ils prièrent saint Nicolas. Lorsqu’ils reçurent cette petite fille, ils lui donnèrent le nom du saint protecteur : Nicole, en diminutif familier Colette.
Orpheline à dix-huit ans, elle obtint du père Abbé d’un monastère voisin, la possibilité d’entrer chez les béguines d’Amiens malgré son âge. Elle n’y reste qu’un an jugeant leur vie trop douce. Même déception chez les bénédictines, puis chez les clarisses. Son père spirituel est franciscain et comprend son désir d’austérité. Il la fait entrer dans le Tiers-Ordre de Saint François comme recluse à Corbie.
Mais elle se sent appelée à plus de pauvreté encore et, pour cela, elle veut réformer le Second Ordre de saint François, les clarisses. C’est pourquoi elle obtient de rencontrer le pape Benoît XIII qui réside alors en Avignon. Ce pape était un « antipape d’Avignon » du Grand Schisme qui déchirait alors l’Occident. Mais son sens spirituel était réel et profond. Il reçoit la profession religieuse de sainte Colette dans la règle de Sainte Claire et la nomme abbesse de tous les monastères qu’elle sera amenée à fonder ou réformer. Si Colette s’adressa à Benoît XIII, c’est que, dans l’incertitude sur l’obédience à laquelle il fallait se rattacher, elle suivit la France entière, qui avait reconnu le pape d’Avignon ; mais dès les décisions connues du concile de Pise, elle fit ratifier par Alexandre V, l’élu du concile, les faveurs reçues précédemment de Benoît XIII.
Colette vient alors en Franche-Comté et réforme en premier lieu le monastère de Besançon puis bien d’autres en Savoie, Artois, Allemagne et Belgique. Elle mourra à Gand et son corps sera, par la suite, transporté à Poligny dans le Jura.

  • Like a Star @ heaven le 6 ou 11 mars 251 : début du pontificat de saint Corneille, 21ème pape.
  • Like a Star @ heaven le 6 mars 1058 : confirmation par le pape Étienne IX du privilège monétaire de Cluny.
  • Like a Star @ heaven
  • le 6 mars 1429 : Jeanne la pucelle, rencontre Charles VII, Dauphin de France.

Le jour sous le signe des chrétiens  6-mars-2Certains historiens parlent du 23 février ; d’autres de deux entrevues. Celle qui nous intéresse est l’entrevue où elle reconnaît le Dauphin parmi les courtisans et où elle lui transmet le « signe » donné par le Ciel justifiant de sa légitimité sur le trône de France.
Après avoir chevauché à travers les terres bourguignonnese Vaucouleurs, Jeanne d’Arc arrive au château de Chinon. Mais le Dauphin la met à l’épreuve en se cachant dans le groupe des courtisans. Guidée par ses Voix, Jeanne se dirige tout droit vers lui et lui annonce :
Gentil Dauphin, j’ai nom Jehanne la Pucelle et vous mande par moi le Roi des Cieux que vous serez sacré et couronné à Reims et que vous serez lieutenant du Roi des Cieux qui est Roi de France !”
Et en guise de bonne foi, elle lui aurait révélé la prière qu’il récitait en secret:
« A donc, Seigneur mon Dieu, est-ce qu’à cause de la conduite de ma mère, je ne serais pas ainsi que  je l’ai cru l’héritier légitime du trône et de la couronne de France ? S’il en est ainsi, inspirez-moi, Seigneur, auquel cas je suis décidé à rendre le Royaume à qui il appartient et à quitter le pouvoir 

pour me retirer en royaume ami. Au contraire, si je suis véritablement fils du Roi et légitime héritier

de la Couronne, je vous prie de combattre pour moi et de m’aider à recouvrer mon Royaume. Si les

malheurs de la France sont arrivés à cause de mes péchés qu’il vous plaise, Seigneur de me punir tout seul; mais si ces malheurs sont la conséquence des péchés du peuple, veuillez bien apaiser votre  colère et pardonner. »
Le futur Roi comprend alors le caractère divin de la mission de Jeanne. Il sort « transfiguré » de cette entrevue.
En fait, elle lui annonce que sa mission est de « bouter les Anglais hors de France »; mais aussi quatre évènements : la libération d’Orléans, le sacre de Reims, la libération de Paris, qui aura lieu en 1436, et la libération du Duc Charles d’Orléans (alors retenu en Angleterre).
La réaction de la cour est assez hostile ; en particulier La Trémoille, le puissant protecteur de Gille de Rais ! Qui est un personnage que l’on peut qualifier de byzantin pour ne pas dire plus…
Le Dauphin doute encore et va la faire interroger par ses théologiens à Poitier. Jeanne convainc le Roi et ses théologiens. Elle reçoit alors le commandement militaire, et une armure.
Ses voix disent de creuser derrière l’autel de l’église de Sainte Catherine de Fierbois pour trouver une épée marquée de 5 croix, que la tradition attribue à Charles Martel. Elle fait peindre sur un étendard le Christ entre deux anges et broder sur la soie ” Jésus, Maria ! ” avant de prendre le chemin d’Orléans.
Avant de faire couler le sang elle somme au nom de Dieu les anglais de quitter le Royaume, en écrivant au chef anglais.
Like a Star @ heaven

  • le 6 mars 1447 : élection du pape Nicolas V.

Tommaso Parentucelli né à Sarzana vers 1398. Il est élu pape le 6 mars 1447 sous le nom de Nicolas V. Il met fin au schisme de l’antipape Félix V ; fonde la Bibliothèque vaticane ; fait construire des fortifications et restaurer des églises. Il commence son pontificat en embellissant la grande ville et en invitant les peintres, les architectes et avant tout les écrivains. Reconnu comme seul souverain pontife en 1449, il garde une position de neutralité en Italie.
Le jour sous le signe des chrétiens  6-mars-3
Peint par Laurent de la Hyre 1630 : descendant dans la crypte de la basilique d’Assise, le pape Nicolas V voit saint François debout. Soulevant le bas de son froc, il découvre un de ses pieds stigmatisés d’où le sang coule encore. Le corps de saint François est resté intact dans sa tombe.

Like a Star @ heaven
le 6 mars 1642 : le pape condamne l’Augustinus de Jansénius.
[/list]
Mais la bulle n’est publiée que l’année suivante.


le 6 mars 1906 : la république met en œuvre sa haine de l’Eglise catholique : expulsion des Congrégations.

« À 10 heures du matin, le percepteur, M. Caillet, se présente devant l’église de Boeschepe, un village du Nord, non loin de la frontière belge. Il est accompagné de son fils, étudiant en droit à Lille, et de M. Benoist, commissaire de Bailleul, le chef-lieu du canton. Un détachement du 8e d’infanterie, une dizaine de dragons et cinq gendarmes les attendent. Leur mission : assurer la protection de l’inventaire des biens ecclésiastiques qui doit avoir lieu à Boeschepe, comme dans les 36 000 communes de France, en application de la loi de séparation des Églises et de l’État promulguée le 9 décembre 1905. Depuis un mois, ces inventaires ont donné lieu à de multiples incidents. Mais en Flandre française, la population est très pratiquante : l’atmosphère est électrique.

Deux serruriers étrangers à la commune ont été réquisitionnés. Ils forcent la porte de l’église. Entouré d’une cinquantaine de fidèles, le curé, l’abbé Haan, lit la protestation que son évêque a transmise au clergé du diocèse. Pendant que les fonctionnaires examinent les objets du culte, l’assistance entonne des cantiques. À 11 heures, alors que l’opération s’achève, un tumulte se fait entendre : forçant les barrages, 300 hommes pénètrent dans le cimetière, passent par la sacristie et font irruption dans l’église.

Aucun d’entre eux n’est armé. Revolver au poing, le commissaire demande au prêtre de calmer les manifestants. L’abbé Haan s’exécute. Dans un premier mouvement, les assaillants reculent. Mais la bagarre éclate avec les gendarmes. Coups de poing, coups de pied, les chaises volent. Dans l’action, le percepteur roule à terre. Son fils, qui porte un revolver sur lui, prend peur : il tire, au moment où claquent d’autres détonations. Un homme s’effondre, mort. Dans la plus grande confusion, le percepteur et son fils s’échappent, puis un fourgon de cavalerie les emmène au galop.

L’autopsie révélera que la balle mortelle venait du calibre 6 du fils du percepteur, l’enquête confirmant que trois balles avaient été tirées par cette arme et trois autres par les gendarmes. Premier martyr des Inventaires, Gery Ghyseel, un ouvrier boucher de 35 ans, laissait une veuve et trois orphelins.

La Flandre catholique l’enterrera le 10 mars. Trois jours auparavant, ce drame avait provoqué la chute du gouvernement. »

Tiré de Quand les catholiques étaient hors la loi de Jean Sévillia (éditions Perrin page 9)

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty 7mars

Message par Lysliane le Jeu 7 Mar - 9:52

⭐e 7 mars: saints du jour français ou en France.

  • St Siméon Berneux, évêque, Louis Beaulieu et Pierre-Henri Dorie, Just Ranfer de Bretenières, prêtre et martyr († 1866)

À Sai-Nam-Hte en Corée, l’an 1866, les saints martyrs Siméon Berneux, évêque, Just Ranfer de Bretenières, Louis Beaulieu et Pierre-Henri Dorie, prêtres, de la Société des Missions étrangères de Paris. Soumis à des interrogatoires et à la torture, ils répondirent hardiment à leurs persécuteurs qu’ils étaient venus en Corée pour sauver les âmes au nom du Christ, et ils furent décapités.

Like a Star @ heaven

  • le 7 mars 1274 : décès de Saint Thomas d’Aquin.

Saint Thomas d’Aquin, né vers 1225 à Aquin en Italie, est un théologien et un philosophe dominicain, considéré comme l’un des principaux maîtres de la scolastique et de la religion catholique. Il est canonisé en 1323 par le pape Jean XXII et proclamé Docteur de l’Église, par Pie V en 1568. Il affirme que l’étude philosophique, aussi poussée soit-elle, ne contredira en aucun cas l’enseignement de la religion, puisque les deux ont un même objet, qui est la vérité.Le jour sous le signe des chrétiens  7-mars-2

⭐le 7 mars 1619 : l’évêque de Luçon, le cardinal de Richelieu, quitte son exil d’Avignon et prend la route d’Angoulême.


Like a Star @ heaven

  • le 7 mars 1693 : naissance de Carlo della Torre Rezzonico, futur Clément XIII.
  • Like a Star @ heaven le 7 mars 1724 : décès du pape Innoncent XIII.

⭐le 7 mars 1801 : Pie VII reconnaît officiellement l’existence des Jésuites en Russie.
Like a Star @ heaven
le 7 mars 1976 : le cardinal Wojtyla, futur Jean-Paul II, prêche le Carême devant Paul VI à Rome.

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty 8 mars

Message par Lysliane le Ven 8 Mar - 10:18


  • Like a Star @ heaven le 8 mars: saints du jour français ou en France.

    • Like a Star @ heaven St Humphroy, évêque de Thérouanne († 871)



Au pays des Morins, en 871, saint Humfroy, évêque de Thérouanne. Quand sa ville fut détruite par les Normands, il devint un soutien et une consolation pour son troupeau.

  • Like a Star @ heaven St Étienne, premier abbé d’Aubazine († 1159)

A  Aubazine (Obazine), dans le Limousin, en 1159, saint Etienne en fut le premier abbé de ce lieu. En quête de Dieu, il hésita entre la vie d’ermite, de chanoine et de moine. Il proposa à ses disciples de vivre en commun l’idéal du désert. Il établit, par la suite, ses communautés sous la dépendance de Citeaux qui, à la même époque, garantissait ce genre d’observance et s’agrégea à l’Ordre cistercien avec les trois monastères qu’il avait fondés.

  • Like a Star @ heaven le 8 mars 1118 : élection de l’antipape Grégoire VIII.

Moine Français de Cluny, il est poussé par Henri V, empereur du St empire, à devenir pape car l’élection de Gélase II lui déplaît. L’empereur n’y trouvant pas son compte, lui retire bientôt son soutien. Grégoire finit enfermé dans un monastère à partir de 1121.

  • Like a Star @ heaven le 8 mars 1144 : mort du pape Célestin II.
  • Like a Star @ heaven le 8 mai 1829 : la cathédrale d’Orléans est inaugurée.

La première église date de 330. Plusieurs fois détruite, des travaux de reconstruction sont décidés en 1278 par Robert, évêque d’Orléans. Arrêtée plusieurs fois, par les guerres entre la France et l’Angleterre, en partie détruite par les protestants lors des guerres de religions, sa dernière reconstruction, commencée en avril 1601, a été tout de même exceptionnellement longue. Le Roi Charles X inaugure la cathédrale ce jour.

  • Like a Star @ heaven le 8 mars 1835 : Lacordaire donne sa 1ère conférence à Notre-Dame de Paris.

 Le jour sous le signe des chrétiens  8-mars-2Portrait par Jammot bibliothèque du Saulchoir

©️ Province dominicaine de France


Like a Star @ heaven
le 8 mars 1886 : vote d’une loi instituant les lundis de Pâques et de Pentecôte comme fériés en France.

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty 9 mars

Message par Lysliane le Sam 9 Mar - 9:33


  • le 9 mars 1309 : installation des Papes à Avignon.

Le jour sous le signe des chrétiens  9-mars-1Le conflit qui opposait le pape Boniface VIII et le Roi de France Philippe le bel, s’achève avec la mort du pape, suite à « l’attentat »d’Agnani en 1303. Benoit XI succède pendant un an à Boniface VII; puis Philippe le bel parvient à faire élire comme successeur, un pape français, Clément V.
Bertrand de Got, ancien archevêque de Bordeaux et pape sous le nom de Clément V, fixe la résidence papale au couvent des dominicains à Avignon afin d’échapper aux troubles politiques qui agitent alors Rome. Cela va durer 68 ans. Clément V demeure ensuite à Malaucène, Carpentras et Caromb.
Une partie du Palais des papes à Avignon
Avignon est la propriété du comte de Provence et roi de Naples. Sur les conseils du Roi de France, Philippe IV le Bel, le souverain pontife a renoncé à regagner Rome et s’y installe
De 1309 à 1377, sept papes se succèdent en Avignon : Clément V, Jean XXII, Benoît XII, Clément VI, Innocent VI, Urbain V et Grégoire XI

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty Re: Le jour sous le signe des chrétiens

Message par Lysliane le Sam 9 Mar - 9:35

Like a Star @ heaven Le 9 mars 1513 : élection du pape Léon X.

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty 10 mars

Message par Lysliane le Dim 10 Mar - 9:44


  • le 10 mars : saints du jour français ou en France.

    • St Droctovée, abbé à Paris († v. 580)



À Paris, vers 580, saint Droctovée, abbé, qui fut mis à la tête de la communauté de moines établie dans cette ville par son maître, saint Germain d’Auxerre.

  • St Attale (Attala), abbé dans le Piémont († 628)

Au monastère de Bobbio en Italie, l’an 628, saint Attale, abbé. Partisan de la vie cénobitique, il alla d’abord au monastère de Lérins, puis se mit à Luxeuil sous la direction de saint Colomban, qu’il suivit à Bobbio et à qui il succéda.
Le jour sous le signe des chrétiens  10-mars-1

  • Ste Marie-Eugénie de Jésus, vierge et Fondatrice des : « Religieuses de l’Assomption» († 1898)

Marie-Eugénie de Jésus, née Anne-Eugénie Milleret de Brou, naquit à Metz le 26 août 1817, elle partagea son enfance entre l’hôtel particulier des Milleret de Brou et la vaste propriété de Preisch, aux frontières du Luxembourg, de l’Allemagne et de la France.
Le jour sous le signe des chrétiens  10-mars-2Comblée, dans une famille non-croyante dont le père voltairien est un haut-fonctionnaire et la mère, excellente éducatrice, ne pratique que le formalisme religieux, elle connaîtra une véritable rencontre mystique avec Jésus Christ le jour de sa première communion, à Noël 1829.
Après 1830, son père, ruiné, doit vendre la propriété de Preisch, puis l’hôtel de Metz. Ses parents se séparent; elle va à Paris avec sa mère qui sera emportée brutalement par le choléra en 1832. Elle est recueillie dans une riche famille d’amis, à Châlons. L’adolescente de 17 ans connaît alors le désarroi et la solitude dans les mondanités qui l’entourent: « Je passai quelques années à me questionner sur la base et l’effet des croyances que je n’avais pas comprises… Mon ignorance de l’enseignement de l’Église était inconcevable et pourtant j’avais reçu les instructions communes du catéchisme » (Lettre à Lacordaire – 1841)
Son père la fait revenir à Paris. Durant le carême 1836, elle retrouve la lumière en entendant l’abbé Lacordaire prêcher à Notre-Dame. « Votre parole me donnait une foi que rien ne devait plus faire vaciller ». « Ma vocation date de Notre-Dame » dira-t-elle plus tard. Elle se passionne alors pour le renouveau du christianisme de Lamenais, de Montalembert et de ses amis.
Parmi eux, l’abbé Combalot dont elle entend les prédications à Saint-Sulpice en mars 1837. C’est à Saint-Eustache qu’elle le rencontre pour la première fois. Il rêvait de fonder une congrégation dédiée à Notre-Dame de l’Assomption, pour former les jeunes filles des milieux dirigeants, non-croyants pour la plupart. Elle rêvait de réaliser une vocation religieuse mais elle hésite d’abord à le suivre, puis elle accepte.
Il l’envoie en formation chez les Visitandines de la Côte Saint-André (Isère) qui la marquent de l’esprit et de la spiritualité de saint François de Sales.
En octobre 1838, c’est la rencontre avec l’abbé d’Alzon qui fondera les Pères de l’Assomption en 1845. Cette grande amitié durera 40 ans. Elle a déjà, précises dans son esprit, les bases de sa pédagogie: elle récuse une éducation mondaine où l’instruction profane est au rabais; elle veut un christianisme authentique et non un vernis superficiel; elle entend donner aux jeunes filles une formation de tout l’être à la lumière du Christ.
En avril 1839, elles sont deux jeunes filles à se réunir dans ce but, dans un petit appartement, rue Férou, à Paris; en octobre, elles se retrouvent bientôt à quatre dans une maison de la rue de Vaugirard, étudiant la théologie, l’Écriture Sainte et les sciences profanes. Kate O’Neill, une irlandaise, est déjà là, elle qui prendra le nom religieux de Thérèse-Emmanuel; sa forte personnalité accompagnera Marie-Eugénie de Jésus de son amitié et de son aide durant toute sa vie. Les sœurs se séparent définitivement de l’abbé Combalot en mai 1841. Sa direction fantasque et son manque de mesure vis-à-vis de l’Archevêque de Paris risquaient de tout compromettre.
Mgr Affre leur offre l’appui de son Vicaire général, Mgr Gros. C’est une libération. Les sœurs reprennent leurs études et font leur profession religieuse le 14 août 1841.
Leur pauvreté est grande et la communauté ne se développe pas. Ce qui n’empêche pas sœur Marie-Eugénie, d’ouvrir une première école, au printemps 1842, impasse des Vignes. Puis elle s’installe à Chaillot, car la communauté grandit, toujours plus internationale. Elle se plaint parfois des prêtres et des laïcs trop repliés sur leur piété: « Leur cœur ne bat pour rien de large ».
Sa relation avec l’Abbé d’Alzon s’approfondit. Pétri des idées de Lamennais, fort de Jésus Christ, attaché à l’Église, il l’entraîne; elle le modère. Il est combatif; elle le nuance.
Les fondations se multiplient à travers le monde. Rome reconnaît la Congrégation des Religieuses de l’Assomptionen 1867. Les Constitutions seront définitivement approuvées le 11 avril 1888. La mort du P. d’Alzon, en 1880, est l’annonce du dépouillement qu’elle avait reconnu nécessaire en 1854: « Dieu veut que tout tombe autour de moi ». Sœur Thérèse-Emmanuel disparaît à son tour le 3 mai 1888, et sa solitude se creuse davantage. La croissance de la Congrégation est une lourde charge pour elle.
Entre 1854 et 1895, de nouvelles communautés naissent en France, puis des fondations en Angleterre, en Espagne, en Nouvelle-Calédonie, en Italie, en Amérique latine et aux Philippines. Elle enchaîne voyages, constructions, consultations, décisions…
Les religieuses seront des enseignantes s’adaptant aux besoins devant lesquels les place l’évolution de la vie et de l’Église, sans pour autant se départir des observances monastiques.
Quand elle découvre l’impuissance de la vieillesse, « un état où ne reste plus que l’amour », elle s’efface peu à peu. « Je n’ai plus qu’à être bonne ». Sa santé s’altère. Vaincue par la paralysie en 1897, elle n’aura plus que son regard pour le dire.
Le 10 mars 1898, elle rejoint le Christ ressuscité qui, sur terre, était son unique passion.
Marie Eugénie de Jésus a été élevé à la gloire des autels le 9 février 1975, à Rome, par le Bx  Paul VI (Giovanni Battista Montini, 1963-1978) et canonisée, place Saint-Pierre, par le Pape Benoît XVI (Joseph Ratzinger, 2005-2013), le 3 juin 2007.

  • le 3 ou 10 mars 483 : mort du pape saint


  • le 10 mars 1791 : Pie VI critique la Constitution Civile du Clergé.

Le pape publie le bref “Quod aliquantum” qu’il adresse aux archevêques français.
Il y rejette la constitution civile du clergé et exhorte les prêtres au refus d’un serment inique. Par ailleurs, il se plaint de la situation dans ses Etats du Comtat Venaissin : « Nous avons eu la douleur de voir quelques membres de l’Assemblée Nationale allumer, répandre et entretenir dans Avignon le feu d’une révolte contre laquelle nous ne cesserons de réclamer et d’invoquer les droits du Saint-Siège ».


  • le 10 mars 1898 : décès de Sainte Marie-Eugénie de Jésus, religieuse catholique française.

Sainte Marie-Eugénie de Jésus, née Anne-Eugénie Milleret de Brou (née à Metz le 26 août 1817 et morte à Paris le 10 mars 1898), est une religieuse catholique française, fondatrice de la congrégation apostolique des Religieuses de l’Assomption. Elle est béatifiée en 1975 par le Pape Paul VI, puis canonisée par le Pape Benoît XVI le 3 juin 2007. Elle est fêtée le 10 mars, jour de sa mort, c’est-à-dire de sa naissance au ciel, son « Dies natalis ».
Le jour sous le signe des chrétiens  10-mars-7

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty Re: Le jour sous le signe des chrétiens

Message par Lysliane le Dim 10 Mar - 9:46


  • le 10 mars 1934 : incendie de l’église Saint-Nicaise de Rouen.

Cette église connue à cet emplacement depuis le VIIe siècle, a été déjà reconstruite au XVIe siècle.

  • le 10 mars 1987 : le Vatican rappelle l’opposition de la hiérarchie catholique aux manipulations génétiques, en rejetant la procréation artificielle.

Selon l’Église catholique, tout ovule fécondé est déjà un être humain, et la fécondation in vitro entraîne la destruction de plusieurs embryons.

  • le 10 mars 1997 : malgré les menaces américaines, le Vatican annonce l’ouverture de relations diplomatiques avec la Libye où vivent environ 50 000 catholiques.

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty Re: Le jour sous le signe des chrétiens

Message par Lysliane le Mar 12 Mar - 10:09

Le jour sous le signe des chrétiens  11-mars-3-1050x600

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty 11 mars

Message par Lysliane le Mar 12 Mar - 10:11


  • Le 11 mars: saints du jour français ou en France.

    • St Vindicien, évêque de Cambrai et d’Arras († v. 712)



En Hannonie, vers 712, saint Vindicien, évêque de Cambrai et d’Arras, qui après le martyre de saint Léger, exhorta Thierry, roi de Neustrie, à expier ce crime par la pénitence.

  • le 11 mars 1513 : élection du pape Léon X.

Le cardinal Jean de Medicis, Giovanni di Lorenzo de Médicis, fils de Laurent de Médicis, est élu pape et devient le 217e pape de l’Église catholique, sous le nom de Léon X. Il succède à Jules II. Il meurt en 1521.
Le jour sous le signe des chrétiens  11-mars-1



  • le 11 mars 1713 : Fénelon obtient le privilège pour publier son “Sentiments de piété”.

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 963
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  Empty Re: Le jour sous le signe des chrétiens

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum