Forum de la France chrétienne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -31%
Remise de 1000€ sur TV OLED Philips OLED+ 934 ...
Voir le deal
2199 €

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty JDM

Message par Catoneo le Dim 29 Déc - 19:18

Talmont a écrit:Je pense que notre ami commun Catoneo le connait bien.
Oui et non. Non parce que j'ignore toujours s'il a fait son service militaire. Oui parce que je l'ai vu monter son site pour accueillir les comités de soldats mécontents qui voulaient dénoncer leurs cadres sur un support plus visible que les fanzines anti-militaristes. Puis la masse de contributions reçues lui a fait comprendre qu'il avait trouvé un bon filon et un personnage d'expert qu'il cultive parfois maladroitement. Il l'exploite la mine mais ne sait que ce que la communication des armées lui confie. Je n'ai jamais vu M. Merchet patauger en rangers dans la boue d'une OPEX pour capturer de l'info de première main. C'est un recycleur qui travaille ses sujets et doit les vendre à sa rédaction d'où sa tendance à titrer sous alarme.

Catoneo
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Re: Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Prince de Talmont le Lun 30 Déc - 17:18

Catoneo a écrit:D'ailleurs la plus grosse manip à cette époque fut celle de Timisoara en Roumanie lors de la révolution qui éteignit le Génie des Carpates.

Et qui a inspiré Racak.

Catoneo a écrit:
Racak n'a pas suffi à faire basculer l'opinion. La page Wikipedia est très bien faite.

J'y lis :

Condamné par le Conseil de sécurité des Nations unies, le massacre de Račak est devenu une des causes principales de l'ultimatum pour des négociations à Rambouillet puis, celles-ci ayant échoué, du bombardement de la République fédérale de Yougoslavie par l'OTAN.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Ra%C4%8Dak

Catoneo a écrit:
Je n'ai pas à nier ou confirmer puisque je ne détiens aucune source de première main, et je me méfie des commentateurs de seconde main. Le TPI n'est pas le sujet de ce fil consacré à la toxicité des USA.

Ce que vous appelez informations de seconde main, qui l'étaient peut-être à l'époque des fait, sont aujourd'hui, avec le recul historique, la version admise et reconnue de manière générale. Tous les grands journaux ont admis qu'il y avait eu manipulation des faits par les Etats-Unis :
https://www.monde-diplomatique.fr/2000/03/HALIMI/2172

Catoneo a écrit:En passant, j'élude bien moins que vous les questions, mais je vous confirme que si le sujet ne m'intéresse pas, je ne réponds pas.

A quelle question n'ai-je pas répondu ?

Catoneo a écrit:
Croyez-vous à l'histoire des bébés tués dans les couveuses koweïtiennes par les soldats irakiens ?
J'ignorais cette sauvagerie. Mais ce n'est pas une histoire de couveuses qui a déclenché la riposte occidentale car il n'y a pas besoin de l'appui de l'opinion internationale quand un pays en envahit un autre. L'invasion fut l'occasion rêvée pour les Américains de sécuriser les puits de la péninsule pour la fois suivante. Je n'ai retenu de la guerre au Koweit que les puits incendiés par l'armée irakienne en retraite et l'attitude courageuse du président du Comité olympique (et fana de foot) qui perdit la vie en ville, l'arme à la main.

Vos souvenirs sont décidément très vagues et parcellaires.
Je vous mets du wikipedia puisque vous aimez :

L’affaire des couveuses au Koweït désigne le scandale du faux témoignage fait le 14 octobre 1990, lors de l'invasion du Koweït par les forces armées irakiennes de Saddam Hussein, qui alléguait des atrocités commises contre des nouveau-nés koweïtiens. Le témoignage se révéla être mensonger, après avoir servi à favoriser l'entrée en guerre des Occidentaux.

Le 14 octobre 1990, une jeune femme koweïtienne, appelée par les médias « l'infirmière Nayirah », témoigne, les larmes aux yeux, devant une commission du Congrès des États-Unis1. L'événement est retransmis rapidement par les télévisions du monde entier :

« Monsieur le président, messieurs les membres de ce comité, je m'appelle Nayirah et je reviens du Koweït. Ma mère et moi étions au Koweït le 2 août pour passer de paisibles vacances. Ma sœur aînée avait accouché le 29 juillet et nous voulions passer quelque temps au Koweït auprès d'elle. […] Pendant que j'étais là, j'ai vu les soldats irakiens entrer dans l'hôpital avec leurs armes. Ils ont tiré les bébés des couveuses, ils ont pris les couveuses et ont laissé mourir les bébés sur le sol froid. J'étais horrifiée. Je ne pouvais rien faire et je pensais à mon neveu qui était né prématuré et aurait pu mourir ce jour-là lui aussi. […] Les Irakiens ont tout détruit au Koweït. Ils ont vidé les supermarchés de nourriture, les pharmacies de médicaments, les usines de matériel médical, ils ont cambriolé les maisons et torturé des voisins et des amis. J'ai vu un de mes amis après qu'il a été torturé par les Irakiens. Il a 22 ans mais on aurait dit un vieillard. Les Irakiens lui avaient plongé la tête dans un bassin, jusqu'à ce qu'il soit presque noyé. Ils lui ont arraché les ongles. Ils lui ont fait subir des chocs électriques sur les parties sensibles de son corps. Il a beaucoup de chance d'avoir survécu. »

Ce témoignage, avec d'autres comme ceux conçus par l'agence de communication Rendon Group (en) chargée de superviser la communication de la CIA et du Pentagone, a beaucoup ému l'opinion publique internationale et a contribué à ce qu'elle soutienne l'action des puissances occidentales contre les armées de Saddam Hussein lors de la guerre du Golfe.

En fait, ce témoignage était entièrement faux. La jeune fille, coachée selon certaines sources par Michael Deaver ancien conseiller en communication de Ronald Reagan, s'appelait Nayirah al-Ṣabaḥ , et était la fille de l'ambassadeur du Koweït à Washington Saud bin Nasir Al-Sabah. L'association Citizens for a Free Kuwait (en), organisée par le gouvernement du Koweït exilé avait commandé cette campagne à la compagnie de relations publiques Hill & Knowlton (en) (pour la somme de 10 millions de dollars4).

La machination a fonctionné grâce à l'intervention de Lauri Fitz-Pegado, qui a convaincu les députés que l'identité n'était pas révélée pour protéger la famille de la jeune femme5. Lauri Fitz-Pegado avait auparavant travaillé pour le gouvernement, dans l'Agence de l'Information6.

Par ailleurs, le gouvernement américain aurait payé 14 millions de dollars à cette compagnie pour l'avoir aidé à médiatiser la guerre du Golfe sous un jour favorable à l'intervention occidentale.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_couveuses_au_Kowe%C3%AFt


Catoneo a écrit:
Croyez-vous aux fioles d'anthrax de Colin Powell brandies à l'ONU et aux armes de destruction massive de Saddam Hussein ? Oui ou non ? Ce sont pourtant ces histoires qui ont justifié l'intervention américaine en Irak en 2003 non ?
Tout le monde sait que les rapports de la CIA et des agences militaires ont été bidonnés par Rumsfeld et Wolfowitz pour offrir à GW Bush sa guerre d'adulte !

Tout le monde le sait, même vous, c'est bien !
Veuillez me pardonnez mais il y a tellement de choses que tout le monde sait et que vous seul sembliez ignorer.

Catoneo a écrit:Mais à part le gouvernement de Tony Blair qui a voulu le croire en dépit des dénégations du Mi6, aucun pays occidental n'a acheté la version de Colin Powell, ni le Canada, ni l'Allemagne, la Belgique, l'Allemagne, l'Italie, la Turquie et bien sûr ni la France.
Notez que la coalition anglo-américaine est partie sans mandat international. Rumsfeld s'est donc retrouvé avec la seule compagnie de l'armée britannique pour entrer sur le théâtre d'opérations, ce qui l'arrangeait très bien puisqu'il voulait prouver aux stratèges de métier que la guerre était comme un jeu-vidéo qui n'avez pas besoin de beaucoup d'effectifs. On sait la suite.

On sait la connerie majuscule de Paul Bremer, le proconsul aux rangers jaunes, qui débanda l'armée sunnite en déroute, militaires de profession que l'on a retrouvés ensuite à Mossoul et à Raqqa dans les rangs du califat. Tout ça, je connais mais je ne donne pas de cours. Ma modestie en souffrirait.

Il ne s'agit pas de donner des cours, juste de reconnaître, à la lumière des faits, que les Etats-Unis sont une nation particulièrement belliqueuse et prédatrice, prête à toutes les manipulations et à tous les mensonges pour arriver à ses fins, sous couvert grotesque de démocratie et de droits de l'homme, prétextes qui ne trompe plus personne.

Mais tout le monde le sait, et même vous maintenant ! Smile

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 3495411069
Prince de Talmont
Prince de Talmont
Vénérable
Vénérable

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 A8prin12
Messages : 1684
Points : 3039
Date d'inscription : 17/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Re: Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Catoneo le Lun 30 Déc - 17:44

Je ne vous réponds que sur l'histoire des couveuses à Koweit City et le massacre de Racak.
Vous pourriez en faire dix pages que ça ne changerait pas ma conviction, étayée par un passage dans le "réacteur", qu'aucun pays n'entre en guerre pour des couveuses. Les cercles dirigeants sont bien plus durs à émouvoir, y compris les nôtres.

Mitterrand est allé faire une télé à Sarajevo en 1992 pendant le siège serbe et on le voit tout réjoui face à la caméra nous dire que Milosevic l'avait appelé pour l'inviter à une rencontre. Au retour à l'aéroport il a rencontré le général Mladic qui a compris que le Français se foutaient carrément des malheurs du siège malgré les effusions médiatiques. Ces gens ont un coeur de pierre.

Quant au massacre de quarante kosovars, c'est pareil. On n'entre pas en guerre pour des exactions villageoises, surtout contre une armée redoutée, à tort sans doute mais Time Magazine avait fait un reportage définitif sur les Serbes qui allaient nous mettre la pâtée. Ce qui a peut-être provoqué un rehaussement des armes d'emploi au Pentagone.

Catoneo
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Re: Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Prince de Talmont le Lun 30 Déc - 17:48

Nous sommes entièrement d'accord, les manipulations ne sont pas destinées à émouvoir les dirigeants, qui en sont au contraire les chefs-d'orchestre, mais l'opinion publique pour qu'elle approuve la guerre.
Prince de Talmont
Prince de Talmont
Vénérable
Vénérable

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 A8prin12
Messages : 1684
Points : 3039
Date d'inscription : 17/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Re: Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Catoneo le Mar 31 Déc - 18:43

Talmont a écrit:Nous sommes entièrement d'accord, les manipulations ne sont pas destinées à émouvoir les dirigeants, qui en sont au contraire les chefs-d'orchestre, mais l'opinion publique pour qu'elle approuve la guerre.
Même pas. Les gouvernements n'ont pas besoin de l'opinion publique, ni en Chine, ni en Russie, ni en Corée du Nord. Et dans les démocraties non plus ! Sauf pendant les quatre derniers mois d'une campagne électorale ; après quoi les promesses de campagne sont rangées au placard des inutilités pour resservir la fois suivante, et la guerre continue comme si elle n'avait jamais été remise en cause.

C'est très exactement ce qui se passe au Sahel pour nous ; l'opinion publique ne compte pas. Les massacres de villageois ne sont pas des manipulations mais des réalités et l'opinion s'en tape. C'est pareil pour toutes les interventions conflictuelles des autres pays, sauf au Japon et en Allemagne.

Je veux dire que les gouvernements n'ont même pas besoin de manipulations. Le cas Powell - Rumsfeld est l'exception ; GW Bush recherchait un mandat onusien comme son père l'avait obtenu dans l'affaire du Koweit. Mais à défaut de mandat international ils y sont allés seuls (avec le RU de Blair). S'il avaient voulu économiser le passage à l'ONU, il n'auraient pas eu besoin de sortir toutes ces conneries et c'était pareil à la fin.
La manipulation est plus souvent un phantasme complotiste qu'un levier tactique. Mais une exception célèbre est la dépêche d'Ems, c'était avant les réseaux sociaux et Google map Wink

Catoneo
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Tanzor le Mar 31 Déc - 19:09

Catoneo a écrit:Tanzor, je pense que le complot anglo-saxon (Trilatérale, Bilderberg etc...) contre la France est dépassé par les nouveaux enjeux et que l'irruption d'une jeune classe d'inventeurs a ringardisé la classe dominante. D'ailleurs Boris Johnson n'hésite plus à assigner Soros au Royaume-Uni. Il ne fait plus peur à personne et va finir sous un autobus.
L'agence Bloomberg dit à l'instant que :
The world’s 500 wealthiest people boosted their collective net worth 25 per cent to US$5.9 trillion in 2019 en augmentation de 1.2 trillions de dollars ! Jeff Bezos conserve la tête. Notez que le PIB français 2019 sera autour de 2,8 trillions avec une dette souveraine de même montant qui l'annule et une dette obscure du double !

Petite erreur sémantique : vous parlez de trillions (10 puissance 18) alors qu'il s'agit de billions (10 puissance 12).

Catoneo a écrit:Nous n'avons ni rente, ni réserves, ni capitaux libres. Le pays est bureaucratisé à mort et l'Etat veut tout faire, même mal ! Ce qui veut dire que la France seule (chère à Charles Maurras) est hors-jeu désormais et que nous ne nous en sortirons (peut-être) qu'en coalition avec nos partenaires européens dans la guerre économique, et notre partenaire britannique en matière de défense. En cas de guerre c'est l'OTAN pour l'instant ; pas d'alternative crédible. Nous allons en rabattre beaucoup dans les années qui viennent et nous devrons conserver des relations "potables" avec les Etats-Unis si on ne veut pas être écrasés.

Si, la France a de l'argent : l'épargne privée est de 5,2 billions d'euros (5200 milliards d'euros). Un gouvernement qui aurait la confiance du peuple pourrait lancer un vaste emprunt d'Etat et l'histoire montre que cela marche. Mais aujourd'hui la confiance n'y est pas. Il faudrait un roi...
Quant à votre raisonnement, il est compréhensible dans une logique républicaine. C'est d'ailleurs pour les raisons que vous indiquez que tous les gouvernements n'osent surtout pas affronter les Etats-Unis.
Vous avez aussi raison de dire qu'en cas d'opposition, "on risque d'être écrasés".
En résumé, l'alternative se résume à : accepter la soumission ou se soulever contre l'oppresseur.
Jeanne d'Arc, en son temps, n'avait pas hésité... Franco, lui non plus, n'avait pas hésité...
Il faut se préparer à la guerre civile, à l'échelle européenne.
Tanzor
Tanzor
Vénérable
Vénérable

Messages : 859
Points : 1502
Date d'inscription : 07/03/2019
Age : 80
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Re: Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Catoneo le Mar 31 Déc - 19:33

Tanzor a écrit:Petite erreur sémantique : vous parlez de trillions (10 puissance 18) alors qu'il s'agit de billions (10 puissance 12).
Désolé. Mais en dollars, 1000 milliards se disent trillion.
Et ils ne disent pas milliards mais billions.
La dénomination monétaire est différente le dénomination mathématique et les Américains semblent ne pas savoir.

Un emprunt national pour faire quoi ? Nous empruntons déjà pour couvrir les échéances mensuelles de la fonction publique et de toutes les agences liées. Nous empruntons pour faire vivre un Etat pachydermique disproportionné, comparé à tous les Etats de l'OCDE.
Avant d'en appeler à la souscription nationale, il faut un projet national et des réformes structurelles, mais les Français d'aujourd'hui sont complètement addicts à l'Etat-providence au point de soutenir des régimes spéciaux déficitaires dont ils comblent les comptes par leurs impôts. N'attendez rien de ce peuple. Après la débâcle de juin 40, la soviétisation du CNR de 1945 l'a définitivement enfoncé.

Pour le reste, Jeanne d'Arc etc... d'accord, après vous Very Happy mais aucun pays d'Europe ne marchera avec vous.

Catoneo
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Re: Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Prince de Talmont le Mer 1 Jan - 14:10

Catoneo a écrit:
Même pas. Les gouvernements n'ont pas besoin de l'opinion publique, ni en Chine, ni en Russie, ni en Corée du Nord. Et dans les démocraties non plus ! Sauf pendant les quatre derniers mois d'une campagne électorale ; après quoi les promesses de campagne sont rangées au placard des inutilités pour resservir la fois suivante, et la guerre continue comme si elle n'avait jamais été remise en cause.

C'est très exactement ce qui se passe au Sahel pour nous ; l'opinion publique ne compte pas. Les massacres de villageois ne sont pas des manipulations mais des réalités et l'opinion s'en tape. C'est pareil pour toutes les interventions conflictuelles des autres pays, sauf au Japon et en Allemagne.

Je veux dire que les gouvernements n'ont même pas besoin de manipulations. Le cas Powell - Rumsfeld est l'exception ; GW Bush recherchait un mandat onusien comme son père l'avait obtenu dans l'affaire du Koweit. Mais à défaut de mandat international ils y sont allés seuls (avec le RU de Blair). S'il avaient voulu économiser le passage à l'ONU, il n'auraient pas eu besoin de sortir toutes ces conneries et c'était pareil à la fin.
La manipulation est plus souvent un phantasme complotiste qu'un levier tactique. Mais une exception célèbre est la dépêche d'Ems, c'était avant les réseaux sociaux et Google map Wink

Quelle est votre thèse au juste ?

Que les gouvernements choisissent d'entrer en guerre pour des motifs humanitaires et non pour des raisons économiques, financières et géopolitiques ?

Ce que vous appelez "fantasme complotiste" repose sur le constat lucide de la réalité de la nature humaine et des luttes pour le pouvoir.

C'est votre vision d'un monde d'état-bisounours qui est délirante et hors-intelligence, qui mérite elle le qualificatif de fantasme (ou phantasme pour avoir l'air brillant malgré tout).

A cette époque d'inversion, les fous affublent les sages de leurs oripeaux.
Mais vous n'êtes pas l'homme de raison malgré les apparences que vous tentez de prendre, avec pour seul appui le rouleau-compresseur lourdaud de la propagande d'état.
Vous êtes, sans vouloir vous manquer de respect, une personne qu'on ne peut pas raisonnablement considérer comme douée d'une grande intelligence, ni même d'une moyenne.
Si vous en éprouvez le besoin, ce modeste forum fera tout pour vous permettre d'améliorer la qualité de votre réflexion et vous adresse tous ces vœux sincères de prospérité et de santé pour cette nouvelle année 2020.

colombe
Prince de Talmont
Prince de Talmont
Vénérable
Vénérable

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 A8prin12
Messages : 1684
Points : 3039
Date d'inscription : 17/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Re: Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Catoneo le Mer 1 Jan - 16:04

Talmont a écrit:C'est votre vision d'un monde d'état-bisounours qui est délirante et hors-intelligence, qui mérite elle le qualificatif de fantasme (ou phantasme pour avoir l'air brillant malgré tout).
Je n'ai rien dit de tout cela, rien ! Faut-il l'écrire en gros ?

Je soutiens que la raison d'Etat n'a pas besoin de provocations racoleuses d'opinions favorables et que les stratégies nationales ne sont pas descriptibles par le bien et le mal.

Arrêtez de vous saouler vous-même avec des concepts purement rhétoriques sans fondement. Vous récitez des mantras comme au monastère tibétain, sans en comprendre la portée.
Souvenez-vous deux minutes par jour que votre forum est une fenêtre de la Légitimité sur l'extérieur et que l'image que vous en donnez est trop souvent négative. A lire vos "fabrications" et vos grandes envolées d'insultes, je comprends que l'UCLF vous ait déréférencé !

Talmont, vous avez besoin d'une vie active dans le monde réel pour atterrir en... 2020 ! C'est fini l'Ancien régime. Vous ne servez à rien pour la cause royaliste.

Quelle que soit la nullité de mon concours, le vôtre est dirimant pour la conversion d'une tradition en espérance. Quand vous aurez coulé ce forum, ce sera le troisième forum légitimiste à disparaître par l'arrogante incandescence de leurs administrateurs.

Gardez vos voeux "sincères" pour vous-mêmes car vous en avez trop besoin déjà pour les disperser.

Catoneo
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Tanzor le Mer 1 Jan - 19:55

Catoneo a écrit:
Tanzor a écrit:Rapprochement avec la Russie
Je me souviens que le chancelier fédéral Helmut Schmidt comparait l'Union soviétique à une Haute Volta dotée de missiles balistiques. Cela a peu changé. La Fédération de Russie souffre d'une économie de type africain qui ne transforme pas ses matières premières, ne lance rien sans importer des capitaux et managers étrangers et distrait d'énormes ressources dans la reconstruction d'une armée globale. Tout ça avec le PIB de l'Italie ?! C'est mussolinien en diable.

Les cadres du KGB qui ont été reconvertis en directeurs d'administration n'ont ni le savoir ni l'intelligence pour transformer une économie de rentes minières en une économie de transformation à forte valeur ajoutée. Et ce malgré le temps accordé par l'histoire. Poutine est là depuis le retrait politique de Boris Eltsine (1999) ; mais comme un poule devant un couteau, il ne comprend pas l'enjeu sauf dans la case militaire où les concepts russes sont simplistes comme au bon vieux temps de l'URSS.

Comme beaucoup de Français je suis russophile mais je sais voir la médiocrité des dirigeants actuels qui s'occupent plus de politique étrangère que de l'amélioration des conditions d'existence de leurs peuples hors de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Visiter l'enclave de Kaliningrad est un parfait résumé du défaut de gestion poutinien.

L'Oblast de Kaliningrad est idéalement situé pour devenir le Singapour balte en le décrétant zone franche : port industriel et commercial libre de glaces, doté de bassins équipés, hinterland de la Communauté européenne, matières premières en roubles, main d'oeuvre disponible. Des accords similaires à ceux passés avec la Turquie étaient possibles du temps d'Eltsine. Au lieu de quoi, la base navale de Baltiisk est bourrée de fusées pour faire face à quoi ? Au bitcoin ? La Russie perd beaucoup de temps avec l'équipe actuellement au pouvoir qui appartient au passé, et ce n'est pas de ce côté que l'Europe occidentale devrait s'appuyer. L'Europe ne devrait avoir besoin de s'appuyer sur quiconque.
Cher Cataneo, vous parlez en manager mais non en militant politique.
1) le faible développement de la Russie tient, à mon sens, à deux raisons principales : a) le racket organisé par les mafias pour empêcher que se crée une classe moyenne. Et ces mafias sont aidées par un ennemi intérieur que je ne nommerai pas, assez puissant pour que Poutine n'arrive pas à le combattre ; b) la nécessité, comme vous le mentionnez, d'investir un maximum dans l'armement car la Russie est menacée en permanence. N'ironisez pas sur les fusées russes, car ce sont les meilleures du monde ; certains missiles volent à la vitesse de Mach 10 (ou 15, je ne me souviens plus), ce qu'aucun pays au monde ne sait faire, et ces missiles sont "furtifs" (je ne suis pas sûr que ce soit le terme employé), ce qui veut dire qu'ils volent en zig-zag au raz du sol, donc indétectables par les radars. Un deuxième point fort des russes : ils sont bien plus forts que les américains dans le domaine de la cyberguerre.
2) Quant à la France, nous ne sommes plus à l'époque de De Gaulle, qui pouvait se permettre d'afficher une  "défense tous azimuts" (tout en restant dans l'OTAN, même si nous avions quitté le commandement intégré). Il faut voir la situation au niveau géopolitique. Deux arguments qui s'ajoutent : a) l'oligarchie mondialiste, dont la triade Royaume Uni / Etats-Unis / Israël est le bras armé, menace la paix du monde (c'est un euphémisme) ; b) la Russie est le seul Etat au monde qui défende officiellement le développement du christianisme. Or nous avons besoin de Dieu pour gagner contre les forces diaboliques qui nous oppressent.
Tanzor
Tanzor
Vénérable
Vénérable

Messages : 859
Points : 1502
Date d'inscription : 07/03/2019
Age : 80
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Tanzor le Mer 1 Jan - 20:04

Catoneo a écrit:
Tanzor a écrit:Petite erreur sémantique : vous parlez de trillions (10 puissance 18) alors qu'il s'agit de billions (10 puissance 12).
Désolé. Mais en dollars, 1000 milliards se disent trillion.
Et ils ne disent pas milliards mais billions.
La dénomination monétaire est différente le dénomination mathématique et les Américains semblent ne pas savoir.

Non seulement ils refusent le système métrique mais, en plus, ils ont des définitions (que vous citez) farfelues !

Catoneo a écrit:Un emprunt national pour faire quoi ? Nous empruntons déjà pour couvrir les échéances mensuelles de la fonction publique et de toutes les agences liées. Nous empruntons pour faire vivre un Etat pachydermique disproportionné, comparé à tous les Etats de l'OCDE.
Avant d'en appeler à la souscription nationale, il faut un projet national et des réformes structurelles, mais les Français d'aujourd'hui sont complètement addicts à l'Etat-providence au point de soutenir des régimes spéciaux déficitaires dont ils comblent les comptes par leurs impôts. N'attendez rien de ce peuple. Après la débâcle de juin 40, la soviétisation du CNR de 1945 l'a définitivement enfoncé.

J'entends souvent ce genre de réflexion autour de moi : "les Français sont des imbéciles", etc. Et pourtant les Français sont, depuis plusieurs décennies, le peuple le plus combatif d'Europe. Les événements actuels en sont une confirmation de plus.
Ce qui manque, c'est une organisation royaliste qui mène l'offensive, ce qui sous-entend d'avoir défini une stratégie...

Catoneo a écrit:Pour le reste, Jeanne d'Arc etc... d'accord, après vous : mais aucun pays d'Europe ne marchera avec vous.
La question n'est pas d'unir les Etats mais les peuples, dans de vastes mobilisations populaires autour d'un objectif commun.
Tanzor
Tanzor
Vénérable
Vénérable

Messages : 859
Points : 1502
Date d'inscription : 07/03/2019
Age : 80
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Tanzor le Mer 1 Jan - 23:03

Catoneo a écrit:Je soutiens que la raison d'Etat n'a pas besoin de provocations racoleuses d'opinions favorables et que les stratégies nationales ne sont pas descriptibles par le bien et le mal.

Rappelons quelques faits.
Le groupe bancaire Morgan finança, à hauteur de 975 millions de dollars, l'économie allemande pendant la seule période qui va de 1924 à 1926.
Sur ce total, 826,4 millions de dollars vont à la haute industrie, dont 170 millions servent à la création de trois cartels :
- Le Vereinigte Stahlwerke, pour le charbon et l'acier, par fusion de six firmes allemandes déjà puissantes
- la General Electric allemande, ou AEG, pour l'électricité, de la production et la distribution à ses moyens d'utilisation publics et privés, dont les lampes électriques, etc.
- l'IG-Farben, pour l'industrie chimique et ses dérivés.
A partir de 1929, ces trois cartels conditionnent toute l'économie allemande. A partir de 1935, ils contribuent au financement d'un programme massif d'armement.
Ces trois cartels sont mondialement dirigés par des conseils d'administration où siègent à la fois leurs dirigeants en Allemagne et les financiers américains.
IG Farben versa 400 000 marks à Hitler pour qu'il puisse gagner les élections de 1933.

Et après cela est-il sérieux de dire que "les stratégies nationales ne sont pas descriptibles par le bien et le mal" ?
Tanzor
Tanzor
Vénérable
Vénérable

Messages : 859
Points : 1502
Date d'inscription : 07/03/2019
Age : 80
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Re: Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Prince de Talmont le Jeu 2 Jan - 11:47

Catoneo a écrit:
Je n'ai rien dit de tout cela, rien ! Faut-il l'écrire en gros ?

Je soutiens que la raison d'Etat n'a pas besoin de provocations racoleuses d'opinions favorables et que les stratégies nationales ne sont pas descriptibles par le bien et le mal.

Pardonnez-moi mais je ne me souviens pas que vous ayez déjà dit cela.

Déjà sous les Romains, la guerre devait être juste et pieuse.
Toute chose est forcément soit bonne soit mauvaise, ne pensez-vous pas ?

Je serais curieux de savoir comment vous décririez les stratégies nationales ? Quel est leur objet selon vous ?
Et comment appréhender une stratégie mondiale qui, d'après certains, devrait remplacer les premières ?

Catoneo a écrit:Arrêtez de vous saouler vous-même avec des concepts purement rhétoriques sans fondement. Vous récitez des mantras comme au monastère tibétain, sans en comprendre la portée.

Je cherche à lier théorie et pratique et vous, à la manière gnostique, vous tenez sans cesse à couper ce lien de causalité entre actes et morale. Pardonnez ce nouveau mantra tibétain, ou plutôt cette chrétienne mise en garde, mais vous abîmez votre âme.

Catoneo a écrit:Souvenez-vous deux minutes par jour que votre forum est une fenêtre de la Légitimité sur l'extérieur et que l'image que vous en donnez est trop souvent négative. A lire vos "fabrications" et vos grandes envolées d'insultes, je comprends que l'UCLF vous ait déréférencé !

Encore une fois, ce forum n'a jamais été mis en lien par quelque site de l'UCLF (vous confondez avec celui-ci : https://royaumedefrance.forumpro.fr/).
Il s'agit ici d'un site personnel. J'aurais pu faire un blog et livrer mes analyses à qui est intéressé, mais je préfère en débattre avec vous et tous nos amis, sans engager quelque structure officielle que ce soit, sachant que dans notre bonne démocratie éprise de liberté d'expression et d'opinion, sauf bien sûr pour ceux qui ne pensent pas comme elle, il me semble plus responsable d'assumer personnellement l'entièreté de mes prises de position.
Les sites de l'UCLF n'engagent pas la personne du roi tout comme ce forum n'engage pas l'UCLF.

Catoneo a écrit:Talmont, vous avez besoin d'une vie active dans le monde réel pour atterrir en... 2020 ! C'est fini l'Ancien régime. Vous ne servez à rien pour la cause royaliste.

Quelle que soit la nullité de mon concours, le vôtre est dirimant pour la conversion d'une tradition en espérance. Quand vous aurez coulé ce forum, ce sera le troisième forum légitimiste à disparaître par l'arrogante incandescence de leurs administrateurs.

Je crois déceler comme une légère contradiction dans vos assertions.
Je ne sers à rien mais pourtant le forum que j'ai lancé aurait tout de même quelque utilité à vos yeux (ce qui m'honore fort).

Je sais mes limites et mes faiblesses, voilà pourquoi, plutôt qu'un blog, j'ai préféré faire un forum où ma parole ne pèse pas davantage que la vôtre, qui peut ainsi corriger toutes les scories de ma prose ou du moins les équilibrer par des avis experts et autorisés.
Cela dit, si vous consentiez à vous inscrire plutôt qu'à ne parler qu'en invité, votre place ici serait peut-être mieux établie et votre concours à ce forum, qui dépend de l'aide de toutes les bonnes volontés, encore plus fructueux.

Catoneo a écrit:Gardez vos voeux "sincères" pour vous-mêmes car vous en avez trop besoin déjà pour les disperser.

Merci à vous, mais c'est en donnant que l'on reçoit.
Prince de Talmont
Prince de Talmont
Vénérable
Vénérable

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 A8prin12
Messages : 1684
Points : 3039
Date d'inscription : 17/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Re: Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par florence_yvonne le Jeu 2 Jan - 12:43

Depuis l'affaire de la baie des Cochons,nous n'avons jamais été aussi près d'une guerre nucléaire, Merci Trump.

_________________
Je suis contre l'avortement. Il y a de meilleurs moyens :
- La contraception.
- Un soutien financier de la future mère.
- Un soutien psychologique pour quelle puisse résister à la pression.
- La responsabilité du père, inscrite dans la législation italienne, dont on ne parle jamais en France.
- L'accouchement sous X.
florence_yvonne
florence_yvonne
Vénérable
Vénérable

Messages : 1284
Points : 1838
Date d'inscription : 24/03/2019
Age : 59
Localisation : Hérault

http://www.forum-religions.org/

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty les Etats-Unis, ami ou ennemi ?

Message par Tanzor le Jeu 2 Jan - 19:01

Prince de Talmont a écrit:
Catoneo a écrit:
Je n'ai rien dit de tout cela, rien ! Faut-il l'écrire en gros ?

Je soutiens que la raison d'Etat n'a pas besoin de provocations racoleuses d'opinions favorables et que les stratégies nationales ne sont pas descriptibles par le bien et le mal.

Pardonnez-moi mais je ne me souviens pas que vous ayez déjà dit cela.

Déjà sous les Romains, la guerre devait être juste et pieuse.
Toute chose est forcément soit bonne soit mauvaise, ne pensez-vous pas ?

Je serais curieux de savoir comment vous décririez les stratégies nationales ? Quel est leur objet selon vous ?
Et comment appréhender une stratégie mondiale qui, d'après certains, devrait remplacer les premières ?

Catoneo a écrit:Arrêtez de vous saouler vous-même avec des concepts purement rhétoriques sans fondement. Vous récitez des mantras comme au monastère tibétain, sans en comprendre la portée.

Je cherche à lier théorie et pratique et vous, à la manière gnostique, vous tenez sans cesse à couper ce lien de causalité entre actes et morale. Pardonnez ce nouveau mantra tibétain, ou plutôt cette chrétienne mise en garde, mais vous abîmez votre âme.

Catoneo a écrit:Souvenez-vous deux minutes par jour que votre forum est une fenêtre de la Légitimité sur l'extérieur et que l'image que vous en donnez est trop souvent négative. A lire vos "fabrications" et vos grandes envolées d'insultes, je comprends que l'UCLF vous ait déréférencé !

Encore une fois, ce forum n'a jamais été mis en lien par quelque site de l'UCLF (vous confondez avec celui-ci : https://royaumedefrance.forumpro.fr/).
Il s'agit ici d'un site personnel. J'aurais pu faire un blog et livrer mes analyses à qui est intéressé, mais je préfère en débattre avec vous et tous nos amis, sans engager quelque structure officielle que ce soit, sachant que dans notre bonne démocratie éprise de liberté d'expression et d'opinion, sauf bien sûr pour ceux qui ne pensent pas comme elle, il me semble plus responsable d'assumer personnellement l'entièreté de mes prises de position.
Les sites de l'UCLF n'engagent pas la personne du roi tout comme ce forum n'engage pas l'UCLF.

Catoneo a écrit:Talmont, vous avez besoin d'une vie active dans le monde réel pour atterrir en... 2020 ! C'est fini l'Ancien régime. Vous ne servez à rien pour la cause royaliste.

Quelle que soit la nullité de mon concours, le vôtre est dirimant pour la conversion d'une tradition en espérance. Quand vous aurez coulé ce forum, ce sera le troisième forum légitimiste à disparaître par l'arrogante incandescence de leurs administrateurs.

Je crois déceler comme une légère contradiction dans vos assertions.
Je ne sers à rien mais pourtant le forum que j'ai lancé aurait tout de même quelque utilité à vos yeux (ce qui m'honore fort).

Je sais mes limites et mes faiblesses, voilà pourquoi, plutôt qu'un blog, j'ai préféré faire un forum où ma parole ne pèse pas davantage que la vôtre, qui peut ainsi corriger toutes les scories de ma prose ou du moins les équilibrer par des avis experts et autorisés.
Cela dit, si vous consentiez à vous inscrire plutôt qu'à ne parler qu'en invité, votre place ici serait peut-être mieux établie et votre concours à ce forum, qui dépend de l'aide de toutes les bonnes volontés, encore plus fructueux.

Catoneo a écrit:Gardez vos voeux "sincères" pour vous-mêmes car vous en avez trop besoin déjà pour les disperser.

Merci à vous, mais c'est en donnant que l'on reçoit.

Bravo, cher Prince de Talmont !
Tanzor
Tanzor
Vénérable
Vénérable

Messages : 859
Points : 1502
Date d'inscription : 07/03/2019
Age : 80
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Tanzor le Dim 5 Jan - 7:44

florence_yvonne a écrit:
Tanzor a écrit:
florence_yvonne a écrit:Ce ne sont Pas les USA qui sont notre ennemi, c'est Trump.

Non. Trump a toujours déclaré vouloir cesser de jouer les gendarmes du monde. Mais des forces occultes l'ont plusieurs fois obligé à continuer la politique impérialiste que nous connaissons depuis plus d'un siècle.

Tu veux que je te cite la liste des pays que Trump a "sanctionné" ? est-ce l'attitude d'un homme sain d'esprit ?
Toutes ces sanctions sont le résultat de la manipulation de Trump par Israël.
La question est de savoir s'il reste à Trump un espace de liberté où il n'accepte pas cette soumission. Je pense que cet espace existe, mais qu'il est effectivement très petit.
Tanzor
Tanzor
Vénérable
Vénérable

Messages : 859
Points : 1502
Date d'inscription : 07/03/2019
Age : 80
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Tanzor le Dim 5 Jan - 7:58

Nous avons vu dans un précédent article que la première guerre mondiale aurait pu se terminer en 1916, avec beaucoup moins de morts, si les Etats-Unis n’avaient pas relancé la guerre pour deux années supplémentaires. En plus de cela, ce sont eux qui ont piloté les négociations sur les dommages de guerre d’une manière doublement honteuse : pour les Allemands dont l’économie a été volontairement écrasée au-delà du raisonnable ; pour les Français qui, soi-disant vainqueurs, n’ont pas touché le niveau d’indemnités que la France méritait, ce qui a durablement affaibli son économie.
Qu’en a-t-il été à l’issue de la deuxième guerre mondiale ? Les Allemands ont davantage souffert après la guerre que pendant. Après la reddition de l’Allemagne, le gouvernement américain a imposé à ce pays un régime alimentaire quotidien de 700 à 1500 calories, ce qui conduit petit à petit à une mort certaine. De plus, sur les 12 millions d’Allemands expulsés des provinces de l’Est, près de 20%, soit 2,5 millions de personnes ont trouvé sur la route une mort atroce, comme nous le décrivons ci-dessous.
Tout ceci n’est pas le fruit du hasard, ou d’une mauvaise gestion. Déjà en 1941, Theodor N. Kaufman publiait le livre intitulé « L’Allemagne doit périr ». Henry Morgenthau, ambassadeur américain en Turquie, était l’un des conseillers de Roosevelt. Il avait élaboré un projet qui prévoyait la destruction complète de l’industrie allemande et la transformation de l’Allemagne en un pays uniquement agricole.
Voilà ce que nous raconte la revue Valeurs Actuelles :
(Source : https://www.valeursactuelles.com/histoire/1945-1947-le-drame-des-expulses-allemands-37307)
« Au mois de juin 1945, la guerre vient de prendre fin et pourtant en Tchécoslovaquie, comme en Pologne ou en Yougoslavie, la violence continue de se déchaîner. La chasse aux Volksdeutsche – les “Allemands ethniques” – commence. « Une vieille femme fut défenestrée, un musicien lynché en pleine rue parce qu’il ne parlait pas le tchèque, d’autres furent pendus, arrosés d’essence et enflammés comme des torches vivantes. La foule enragée écumait les hôpitaux pour y trouver des proies faciles. L’une d’elles était un patient, tchèque, mais dont les papiers indiquaient un lieu de naissance dans les Sudètes… »
L’heure est à la vengeance. D’abord populaire, spontanée, elle va vite être orchestrée par les autorités : armée, police, milice. Des centaines de personnes, dont beaucoup de femmes et d’enfants, sont exécutées au cours des mois de mai et juin 1945 ; des milliers d’autres sont chassées de Moravie, de Silésie, de Prusse. Telle est l’ouverture sanglante d’un épisode tragique de l’histoire européenne qui durera trois ans et constituera, selon l’historien R.M.Douglas, auteur d’une étude magistrale sur le sujet, « le plus vaste transfert forcé de population, peut-être la plus grande migration dans l’histoire de l’humanité ». Un transfert de population qui fera un million et demi de morts et marquera l’histoire de l’Europe « peut-être autant que le conflit lui-même ».
L’Allemagne est occupée par les forces alliées. C’est à elles, à leurs gouvernements, qu’incombe la gestion de l’après-guerre et, en premier lieu, des millions de civils germanophones vivant en Tchécoslovaquie, en Hongrie, en Pologne ou en Yougoslavie et qui ont commencé à quitter leur foyer. Réunis à Potsdam à la mi-juillet 1945 pour définir les modalités d’encadrement de ce processus, les responsables politiques ne peuvent ignorer « qu’à 25 kilomètres au nord-est, des trains surchargés quittaient les territoires allemands sous administration polonaise pour aller décharger les malades, les miséreux, les mourants et les morts sur les quais des grandes gares berlinoises ».
Premières victimes des expulsions sauvages, ils ont fui l’avancée de l’Armée rouge et de ses alliés. Ils n’ont pas eu le choix. L’expulsion est voulue, organisée. Au milieu de l’été 1945, 5 000 Allemands s’exilent chaque jour. Des expulsés témoignent : « Durant la marche, les femmes étaient frappées, on leur arrachait leurs boucles d’oreilles, on leur prenait leurs bagues ; certaines sont mortes… » ; « Dieu sait combien de fois nous fûmes détroussés par des Russes ou des Polonais, les femmes violées à répétition. »
Ils fuient à pied, ou parfois entassés à la hâte dans des convois que personne n’escorte, que personne n’attend, car rien n’est encore prévu dans ce transfert chaotique de population. Des trains sont abandonnés sur des voies de garage, des enfants meurent de faim, des femmes deviennent folles. Une survivante raconte l’arrivée à un point de passage : « Avant de nous laisser, ils prirent tout ce que nous avions, vêtements, sous-vêtements, objets de valeur, et dirent : “Voilà la frontière. Traversez la. Ceux qui reviendront sur leurs pas seront abattus.” » (fin de citation)
Le fait est que les alliés, avec le poids des Etats-Unis, auraient très bien pu éviter ces tueries et ces ignominies. Ils ne l’ont pas fait. Ils ont même choisi de répondre favorablement à la demande russe de rapatrier les deux millions de prisonniers de guerre et de réfugiés qui avaient fui le régime soviétique pour se réfugier en Europe, sachant qu’ils les livraient ainsi à la mort.
N’accusons pas les citoyens américains mais leurs gouvernements successifs, tous sous la coupe de la franc-maçonnerie. Un changement de gouvernement ne suffira pas. Il suffit de voir comment se bat Donald Trump, obligé bien souvent de se soumettre au diktat d’Israël. C’est un vaste mouvement de conversion au Christ qu’il leur faut.
Tanzor
Tanzor
Vénérable
Vénérable

Messages : 859
Points : 1502
Date d'inscription : 07/03/2019
Age : 80
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Re: Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Prince de Talmont le Lun 6 Jan - 11:09

C'est drôle, on n'en parle pas du tout dans le programme d'histoire.
Prince de Talmont
Prince de Talmont
Vénérable
Vénérable

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 A8prin12
Messages : 1684
Points : 3039
Date d'inscription : 17/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Tanzor le Sam 18 Jan - 11:42

4ème partie...
En 1915, le président des Etats-Unis Woodrow Wilson voulait convaincre l’opinion américaine qu’il fallait entrer en guerre aux côtés de la France et du Royaume Uni. Il fallait trouver un prétexte permettant d’accuser l’Allemagne de mener des opérations sanguinaires contre des civils. On fit croire aux Allemands qu’un paquebot transportant des civils était en fait chargé de livrer des munitions à la Russie. Aussi chargea-t-on secrètement sur le paquebot Lusitania six millions de cartouches et des dizaines de tonnes d’explosifs et on le fit dévier de sa route pour passer à proximité de Hambourg. Les Allemands envoyèrent un sous-marin qui torpilla le bateau, ce qui conduisit à la mort 1257 passagers.
Cela fut suggéré au président Wilson par le colonel House, son éminence grise, et par William Wiseman, liés à un  même groupe d’intérêts financiers internationaux, à travers la banque Kuhn, Loeb & C°. L’objectif final était d’abattre l’Allemagne et la Russie et s’assurer du même coup du contrôle de leurs économies (Pierre de Villemarest : Les sources financières du nazisme, 1984).
Sautons quelques années. Dans la seule période de 1924 à 1926, les Etats-Unis versent à l’Allemagne 975 millions de dollars, dont 824 millions vont à la haute industrie et permettent la création de trois cartels : la Vereinigte Stahlwerke, pour le charbon et l’acier, le groupe AEG pour l’électricité et l’IG-Farben pour l’industrie chimique et ses dérivés.
A partir de 1929, ces trois cartels conditionnent toute l’industrie allemande. Parmi les membres du conseil d’administration d’IG-Farben se trouvent Walter Teagle, président de la Standard Oil et Paul Warburg, président de la FED (Réserve Fédérale) et conseiller de Roosevelt. Ils y siègent lorsqu’au début 1933 cette firme verse 400 000 marks à Hitler pour qu’ils puisse gagner les élections, ce qui se produisit. A partir de 1935, à la demande de Hjalmar Schacht, président de la banque du Reich, ils contribuent à lancer « un programme massif d’armement ».
« Sydney Warburg » est le pseudonyme d’un personnage qui joua un rôle clé dans les aides financières attribuées à Hitler par Wall Street et la City. C’est ainsi que, en 1929, dix millions de dollars furent versés – par dix chèques d’un million – à des personnalités désignées par le futur Führer. Puis, en 1931, cinq millions de dollars, par le canal de la Mendelsohn Bank d’Amsterdam, cinq millions de dollars par le canal de la Rotterdamasche Bankverein et cinq autres millions par le canal de la Banca Italiana. De plus, cette dernière banque reçoit en 1933, en faveur de Hitler, encore cinq millions de dollars et deux autres millions aboutissent pour lui à la Royal Dutch Shell, à Düsseldorf.
Historiquement, nous explique Pierre de Villemarest, rien ne pèse cependant plus que le rapport Dodd, daté du 19 octobre 1936, cité par Sutton : « Rien qu’en ce moment, plus d’une centaine de corporations américaines entretiennent ici des filiales, et appliquent des accords de coopération… Dupont est le principal partenaire d’IG-Farben ; Standard Oil, qui a fait virer, en décembre 1933, deux millions de dollars, a signé un contrat de 500 000 dollars annuellement, comme subventions, pour aider à la fabrication d’un gaz synthétique à usage militaire… ».
En août 1933 entre officiellement en scène le trust américain ITT. Ce groupe ne cessera plus, jusqu’en 1944, de travailler pour l’armement du Reich.

Aujourd’hui des sanctions négatives contre l’Iran, la Russie, etc.
Hier des sanctions positives en faveur de l’Allemagne nazie !

Pourquoi cette aide d’une certaine haute finance ? Parce que toutes ces actions font partie du plan mondialiste d’établissement d’un gouvernement mondial. Ainsi, en juin 1929, un long conciliabule réunit à New York les responsables des douze banques fédérales constituant la FED, plus cinq banquiers « indépendants », plus les représentants de Guaranty Trust, Royal Dutch Shell et enfin J.D. Rockefeller… avec  l’objectif de déterminer les financements à attribuer à l’Allemagne.
Tanzor
Tanzor
Vénérable
Vénérable

Messages : 859
Points : 1502
Date d'inscription : 07/03/2019
Age : 80
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Re: Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par florence_yvonne le Sam 18 Jan - 17:07

Tanzor a écrit:On fit croire aux Allemands qu’un paquebot transportant des civils était en fait chargé de livrer des munitions à la Russie.

C'est qui "on" ?

_________________
Je suis contre l'avortement. Il y a de meilleurs moyens :
- La contraception.
- Un soutien financier de la future mère.
- Un soutien psychologique pour quelle puisse résister à la pression.
- La responsabilité du père, inscrite dans la législation italienne, dont on ne parle jamais en France.
- L'accouchement sous X.
florence_yvonne
florence_yvonne
Vénérable
Vénérable

Messages : 1284
Points : 1838
Date d'inscription : 24/03/2019
Age : 59
Localisation : Hérault

http://www.forum-religions.org/

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Tanzor le Sam 25 Jan - 16:31

florence_yvonne a écrit:
Tanzor a écrit:On fit croire aux Allemands qu’un paquebot transportant des civils était en fait chargé de livrer des munitions à la Russie.

C'est qui "on" ?

J'ai voulu raccourcir. Voici le texte intégral tiré de la plaquette de Pierre de Villemarest, "Les sources financières du nazisme" :
C'est William Wiseman, chargé pour les services secrets britanniques de l'hémisphère atlantique, qui, avec l'accord du Président Wilson et à travers son subordonné Courtenay Benett, a combiné le torpillage par les Allemands du paquebot Lusitania, le 7 mai 1915.
Six millions de cartouches, des dizaines de tonnes d'explosifs secrètement entreposés dans les soutes, ont mené à la mort 1257 passagers qui se croyaient à l'abri de toute menace puisqu'embarqués sur un bateau de ligne.
Le paquebot dévia de sa route, navigua au ralenti dans la zone où, justement, Hambourg avait été prévenu qu'il passerait ainsi, et avait envoyé un sous-marin. L'écrivain anglais Colin Simpson a révélé l'affaire en 1973, documents à l'appui. Vérifiés. Nous avions ultérieurement repris son récit en ajoutant quelques faits ignorés de lui.
Tanzor
Tanzor
Vénérable
Vénérable

Messages : 859
Points : 1502
Date d'inscription : 07/03/2019
Age : 80
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Tanzor le Sam 25 Jan - 16:34

Cinquième et dernière partie...
Dans les précédents articles, nous avons vu le rôle pervers qu’ont joué les Etats-Unis, non pas une fois mais d’une manière continue tout au long du vingtième siècle. Ainsi, ils ont rallongé la durée de la première guerre mondiale, ce qui a coûté des centaines de milliers de morts supplémentaires ; ensuite ils ont financé Hitler, avant et pendant la deuxième guerre mondiale ; plus tard, ils ont manipulé le peuple américain pour l’entraîner dans la guerre, avec l’objectif clair, non de sauver la France du joug allemand mais d’en faire une colonie américaine ; puis, une fois l’Allemagne vaincue, ils ont humilié le peuple allemand et l’ont littéralement affamé.
Enfin, ils ont utilisé Jean Monet, l’un des deux fondateurs de l’Union Européenne, pour créer une structure politique non pas indépendante mais asservie aux intérêts américains. Philippe de Villiers, qui a épluché les archives mises dans le domaine public, le démontre très bien dans son livre « J’ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu » (Fayard, 2019).
Rappelons que l’oligarchie mondialiste a mis en place un pouvoir politique dont le fer de lance est la triade Royaume Uni / Etats-Unis / Israël. Ce n’est donc pas tout à fait par hasard si le Brexit a eu lieu, ce qui permet au Royaume Uni de revenir officiellement dans le giron américain.
Alors, que faire ?

Déconstruire l’Union Européenne et dissoudre l’OTAN

Bien sûr, l’UE représente une importante force économique. Mais il en va de cette structure comme de l’entreprise : tout manager sait que son entreprise est d’autant plus performante si son personnel adhère à la stratégie qu’il a définie. Or l’harmonie sociale ne peut exister que dans le respect du principe de subsidiarité. Car c’est le seul moyen pour que chaque membre du personnel se sente reconnu.
Le Traité de Lisbonne, cependant, est bâti en opposition flagrante au principe de subsidiarité. De même, l’OTAN ne fonctionne que sous le contrôle politique total des Etats-Unis. L’Union européenne, dont le taux de croissance est inférieur à la moyenne mondiale, retrouverait sa prospérité si l’on bâtissait une Europe des Etats souverains.
Résumons : la France – mais il en va de même pour tout Etat européen – doit choisir entre deux camps. Prenons quelques exemples :
- Lorsque les Etats-Unis ont imposé des sanctions économiques à l’égard de l’Iran, cela a coûté à notre pays la perte d’un marché de 500 000 voitures par an que PSA aurait produites ; le choix est clair : être du côté de l’Iran ou des Etats-Unis.
- Lorsque les Etats-Unis ont poussé la France, le Royaume Uni et l’Italie à agresser la Libye, ce qui a conduit à l’assassinat de Kadhafi et, par voie de conséquence, à la montée en puissance de l’invasion migratoire de l’Europe, avec l’augmentation de la délinquance et l’attribution d’emplois aux immigrés au détriment des Français ; le choix est clair : accepter l’immigration massive ou s’opposer aux Etats-Unis.
- Lorsque la Russie choisit de s’allier avec le maréchal Haftar, qui mène une guerre de reconquête en Libye, contre le gouvernement de cet Etat, lequel reçoit le soutien de la Turquie, la France doit prendre position : pour ou contre le maréchal Haftar, ce qui signifie pour ou contre la politique impérialiste de la triade Royaume Uni / Etats-Unis / Israël.
L’intérêt de la France est de s’opposer à cette dernière, donc à l’oligarchie mondialiste, et de construire une Europe chrétienne des Nations, en alliance avec la Russie.
Tanzor
Tanzor
Vénérable
Vénérable

Messages : 859
Points : 1502
Date d'inscription : 07/03/2019
Age : 80
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ? - Page 3 Empty Re: Les Etats-Unis : notre allié ou notre ennemi ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum