-43%
Le deal à ne pas rater :
Braun Tondeuse À Barbe BT3041
28.59 € 50.01 €
Voir le deal

Matzneff, Cohn-Bendit, Montherlant, Green et...Dolto qui cautionne

Aller en bas

Matzneff, Cohn-Bendit, Montherlant, Green et...Dolto qui cautionne Empty Matzneff, Cohn-Bendit, Montherlant, Green et...Dolto qui cautionne

Message par Cécile de Polignac le Jeu 9 Jan - 13:27

Ceux qui ont délibérément fermé les yeux sur les viols d’enfants et d’adolescents commis par Gabriel Matzneff et ceux qui les ont approuvés, au nom de la liberté sexuelle, se parent maintenant de vertu en devenant ses censeurs impitoyables ; ainsi en est-il du Monde et de Libération, entre autres.

L’écrivain pédophile n’est plus ni moins criminel qu’il ne l’était il y a trois semaines. Mais, depuis, est paru un livre de l’une de ses victimes, abusée à 13 ans et demi, Vanessa Springora, ouvrage titré : Le Consentement.


Elle y raconte comment cette relation sexuelle, sordide, perverse, avec cet homme de 50 ans, l’a traumatisée à vie. Ah, bon ? semblent dire ceux qui trouvaient ça très bien, feignant de croire que c’était une merveilleuse histoire d’amour.
C’était un prédateur, dit-elle. Matzneff n’était pas le seul écrivain pédophile, loin de là, mais c’était le seul qui s’en vantait sans même le camoufler derrière un roman « imaginaire ».

Julien Green était de ceux-là mais son journal n’est paru en intégralité, non expurgé, qu’après sa mort ; il y narre par le menu comment il allait à la chasse aux petits garçons, avec Montherlant – un ami de Matzneff – se racontant leurs dégoûtants « exploits » respectifs en ce domaine.

C’était une autre époque, dit-on maintenant du côté de Bernard Pivot, où la littérature passait avant la morale. Dans la porcherie littéraire et médiatique, sans doute, mais pas dans le Code pénal qui, en ces temps-là déjà, réprimait les relations sexuelles avec les mineurs sans, il est vrai, que des poursuites fussent engagées de ce chef.
Mais la tolérance à l’égard de ces prédateurs s’est poursuivie ces dernières années encore chez les politiques et dans les media quand l’un des leurs était mis en cause.

Souvenons-nous... Cohn-Bendit a écrit : « Il m’était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller.
Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : “Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi vous m’avez choisi, moi, et pas les autres gosses ? Mais s’ils insistaient, je les caressais quand même.»


Des « chatouilles » et des « caresses » de cette nature s’appellent « attouchements sexuels » dans le Code pénal et, selon l’article 222-27, leurs auteurs encourent sept ans d’emprisonnement et 100.000 € d’amende.

Et sur Antenne 2, en 1982, à Apostrophe, l’anar pédophile déclarait : « Quand une petite fille de cinq
ans et demi commence à vous déshabiller, c’est fantastique.
»

En 2009, au cours d’un débat télévisé, François Bayrou lui rappelle tout cela pour s’en indigner. Pas de mea culpa du rouquin mais une attaque contre son contradicteur :

« Je ne me sens pas mal, je trouve ça ignoble de ta part, (...) je te dis, jamais tu ne seras président de la République, parce que t’es trop minable. »

Le minable, l’ignoble, c’était Bayrou et non pas le pédophile ! Le pire est que la classe politico-médiatique a volé au secours de ...Cohn-Bendit !
L’Express dénonce le « dérapage » du leader du MoDem mais pas celui de Cohn-Bendit avec les bambins qu’il avait tripotés. Le secrétaire général de l'UMP d’alors, Xavier Bertrand, s'était dit « écœuré » par... les propos de Bayrou, jugeant que le centriste avait « dépassé les bornes ». «J'ai ressenti comme d'autres participants du dégoût en entendant ses propos», a-t-il ajouté, alors qu'Hervé Morin (Nouveau centre) avait évoqué un « homme qui a perdu tous ses repères. »

Or, qui avait perdu ses repères dans cette affaire ? C’est évidemment Cohn-Bendit mais aussi ceux qui prenaient son parti.

Cela ne se passait pas il y a 50 ans, juste après mai 68, mais il y a dix ans et ceux qui soutenaient l’insoutenable n’étaient pas des gauchistes mais des hommes de droite. Nous aurons l’occasion de revenir sur cette affaire et notamment sur Mai 68 et son « jouir sans entraves » que les pédophiles ont traduit en actes sordides.

Il y a les acteurs et les inspirateurs. Parmi ceux-là, il y a une icône de la psychanalyse, François Dolto, dont des écoles et d’autres établissements publics portent le nom. Sur le plan des actes, on n’a rien à lui reprocher mais elle professait que, dans le cas le plus grave de pédophilie, c'est-à-dire l’inceste, le coupable c’était l’enfant qui d’ailleurs pouvait y « prendre son pied. »

Cela est écrit noir sur blanc dans L’enfant, le juge et le psychanalyste (Ed. Gallimard), dialogue avec un magistrat. Nous nous abstiendrons de tout commentaire, le texte, épouvantable, se suffit à lui-même.

- Mais on sait très bien que cet enfant est battue, qu’elle a été violée.
- Dolto : Oui, et d’ailleurs qu’elle le provoque.

-Dolto : Si les enfants savaient que la loi interdit les privautés sensuelles entre adultes et enfants, eh bien, à partir du moment où un adulte le lui demande, s'il accepte, c'est qu'il est complice, il n'a pas à se plaindre.

-Mais il peut avoir, sans se plaindre, à dire : « mais ça m'a fait très mal.

-Dolto : Oui. Pourquoi t'es-tu laissé faire puisque tu savais que ce n’était pas permis. À partir du moment où l'enfant est au courant, très jeune, de la loi, il est complice.

-Dolto : puisqu'il a survécu, qu'est-ce qu'il y a eu de suffisant pour y prendre son pied ? Si un être est vraiment traumatisé, il tombe malade; si un être n'a pas de quoi vivre, il ne continue pas (...) Ils (les victimes) sont responsables de laisser les parents commettre un acte qui les avilit dans leur relation à leurs enfants.

Le Bulletin d'André Noël - n°2637
Cécile de Polignac
Cécile de Polignac
Vénérable
Vénérable

Matzneff, Cohn-Bendit, Montherlant, Green et...Dolto qui cautionne A3baro12
Messages : 316
Points : 771
Date d'inscription : 27/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum