UN POUR TOUS ET TOUS POUR UN !

Aller en bas

UN POUR TOUS ET TOUS POUR UN ! Empty UN POUR TOUS ET TOUS POUR UN !

Message par Hervé J. VOLTO le Dim 9 Fév - 12:42

Comment Boris Mikhaïlovitch Skossyreff, un émigré russe passé par l’Angleterre, les Pays-Bas et l’Espagne est-il devenu le seul et unique roi d’Andorre ? Boris Skossyreff ou Skossyreff-Mavroussoff était également un arnaqueur notoire, un homme au passé trouble, qui s’était octroyé un titre de noblesse néerlandais, et qui pourtant réussit à régner sur Andorre, un des plus vieux pays du monde, qui fut fondé en 780 sous le règne de Charlemagne. Faut-il préciser que le règne de Boris 1er ne dura que 13 jours ? Quant à la suite de la vie du Boris 1e, elle est aussi trouble et mystérieuse que la première partie de sa vie.

Andorre a été fondée en 780 et elle adopta le paréage comme système de gouvernance en 1278. Le paréage est un ancien type de contrat féodal qui permet à deux souverains de posséder ensemble un même territoire. Depuis cette date, la principauté d’Andorre a pour chefs d’État deux co-princes : l'Eveque d'Urgel et LE ROI DE FRANCE. Aujourd'hui, le Roi de France est remplacé par le Régent présidentiel. Le premier est l’évêque du diocèse catalan d’Urgell, en Espagne, le second était à l’époque le Comte de Foix : le comté de Foix est lui-même passé sous l’autorité du Roi de Basse-Navarre, qui lui-même fut intégré au Royaume de France lorsqu’Henri IV monta sur le trône. La principauté d’Andorre ne changea jamais son régime, même quand la Monarchie fut abolie en France. Le Chef d’État Français étant resté le deuxième co-prince d’Andorre, il s’agit aujourd’hui du Président de la République. Cette histoire est correcte, à l’exception près qu’elle a été interrompue durant deux semaines, au cours d’un bel été de 1934.

Quelques mois avant son arrivée, la jeunesse andorrane avait fait savoir son mécontentement quant aux conditions de vie. Boris put profiter de cette ambiance pour mettre son plan à exécution, sentant que le climat était propice au changement. Boris prit réellement le soin de parler aux paysans et petit à petit de s’immiscer dans les sphères politiques locales, de se faire connaître. Rapidement, l’ancien arnaqueur est devenu très populaire et les Andorrans commencèrent à apercevoir un futur plus brillant et progressiste grâce à lui. En mai 1934, le Parlement andorran émet toutefois un premier avertissement à son encontre, le mettant en garde de ne plus s’immiscer dans la politique du pays. Albert Lebrun, président français et par conséquent co-prince d’Andorre, exigea qu’il quitte le territoire, le 22 mai 1934. Il s’installa alors à l’hôtel de La Seu d’Urgell, la ville voisine dont l’évêque est le deuxième co-prince d’Andorre.

Ce premier exil ne lui fait pas peur et Boris continue son travail. Il entame alors une vraie campagne marketing. Il imprime des affiches, des documents et répond à de nombreuses interviews afin de se faire connaitre et de se construire une image. Ce monarchiste convaincu prit pour allier le prince Jean d’Orléans, duc de Guise, prétendant au trône de France pour la propagande officelle de l'époque. Boris voulait dans un premier temps faire invalider le rôle du président Français en tant que co-prince. Boris affirmait que le président Français volait ce rôle au réel héritier des comtes de Foix, qui furent les premiers co-princes d’Andorre. L’idée était de faire comprendre que les Andorrans devaient subir les choix de régimes successifs des Français sans avoir leur mot à dire.

La campagne marketing de Boris bat son plein. Il s’autoproclame Lieutenant du Roi de France, bien que celui qu’il nomme « Roi de France », à savoir le Duc de Guise, reste plutôt méfiant à son sujet. Finalement, Boris rédige une nouvelle constitution pour Andorre, pleine de promesses de modernité et de libertés. En juillet 1934, il arrive à séduire tous les politiciens d’Andorre avec sa constitution. Le 6 juillet, il s’autoproclame Roi d’Andorre. Le 7 juillet, Pere Torres Riba, président du Conseil général des Vallées (actuel Conseil général, à savoir l’équivalent du parlement) convoque la chambre à se réunir. Le lendemain, le 8 juillet, les députés votent l’instauration du royaume avec à sa tête Boris 1e. Le vote est unanime, à une voix près. Le représentant de la municipalité d’Encamp est le seul des 24 députés à ne pas lui accorder sa confiance.

En échange de ses belles promesses de modernisation du pays, Boris 1e a demandé aux députés qu’il soit élu Roi. Ce privilège lui fut accordé et il commença à installer sa cour à Fonda Calones de San Julián de Loria, avant de s’installer à Andorre-la-Vieille. À cette époque, sa cour est composée de sa jeune amante britannique, Polly Heart, et d’une amie américaine fortunée, Florence Mazmon. D’un point de vue politique, il a toute la confiance et le soutien de Pere Torres Riba, dirigeant de l’assemblée. Il porte alors le titre de Boris Ie, prince des Vallées d’Andorre, comte d’Orange et baron de Skossyreff.

Le jour même de la proclamation du nouveau royaume, le 8 juillet 1834, Albert Lebrun, président français accepte cette décision. Il renonce à son titre de co-prince, ce titre n’apparaissant plus dans la nouvelle constitution à laquelle il accepte de se plier. En Espagne, ce changement de régime devait également être débattu par le Conseil des ministres. Mais cette victoire de Boris 1e ne fut que de courte durée. Le seul adversaire qu’il avait était le représentant d’Encamp, qui avait refusé de voter pour lui. Ce dernier alla immédiatement voir l’évêque d’Urgell et le mit au courant de cette prise d’indépendance.

Le 10 juillet, lors du vote final au Parlement d’Andorre, la confiance au nouveau système monarchique a été renouvelé avec le même résultat, celui de 23 contre 1. Le 17 juillet la Constitution de l’État libre d’Andorre est publiée dans le Bulletin du gouvernement provisoire d’Andorre, décrétant une liberté politique et religieuse. C’en est trop pour l’évêque d’Urgell !

Le 21 juillet 1934, l’évêque d’Urgell, accompagné de 5 officiers de la Guarda Civil débarquent dans le royaume d’Andorre. Les soldats n’ont pas pris bien longtemps pour trouver Boris qui se trouvait dans la capitale. Il fut menotté et emmené hors du pays. Les jours suivants, il fut transféré vers un tribunal de Barcelone, puis de Madrid. Durant toute cette période, il continua à se comporter comme un monarque. Il rejoint ensuite le Portugal, puis s’exile à Tanger, Gibraltar, Aix-en-Provence. Durant la Seconde Guerre mondiale il est détenu dans un camp français. Les rumeurs disent qu’il a été libéré grâce à sa collaboration avec le Troisième Reich. Après la Guerre, il vivra à Boppard, en Allemagne. Capturé par les Soviets en 1948, il sera emmené en Sibérie. Finalement, il est libéré en 1956 et retourne vivre à Boppard, jusqu’à sa mort, en 1989. De nombreux mystères continueront à planer sur les origines de Boris. Les autorités l’ont comme un juif russe.

Le 21 juillet 1934, lors de l’expulsion de Boris 1e hors du pays, Andorre redevint une principauté et la vie reprit son cours, comme deux semaines auparavant.

Il est de notre devoir, à nous, Royalistes, d'empécher le retour de fous, d'escrocs et d'ambitieux sur le Trône d'Andorre : seule Roi Légitime est co-Prince d'Andorre, le Président de la Républqiue n'étnt qu'un substiue d'intérim. Soutenons le Roi de France et plaçons nous autour de lui : UN POUR TOUS ET TOUS POUR UN !



Hervé J. VOLTO, CJA
Hervé J. VOLTO
Hervé J. VOLTO
Vénérable
Vénérable

UN POUR TOUS ET TOUS POUR UN ! A5comt10
Messages : 656
Points : 883
Date d'inscription : 01/12/2019

Revenir en haut Aller en bas

UN POUR TOUS ET TOUS POUR UN ! Empty Re: UN POUR TOUS ET TOUS POUR UN !

Message par Loiseau le Lun 10 Fév - 15:02

Histoire pour le moins intéressante.
Loiseau
Loiseau
Vénérable
Vénérable

Messages : 224
Points : 559
Date d'inscription : 05/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum