-85%
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
22.05 € 149.99 €
Voir le deal

ROYALISME, LEGITIMISME ET ULTRA-LEGITIMISME FRANCAIS

Aller en bas

ROYALISME, LEGITIMISME ET ULTRA-LEGITIMISME FRANCAIS Empty ROYALISME, LEGITIMISME ET ULTRA-LEGITIMISME FRANCAIS

Message par Hervé J. VOLTO le Ven 14 Fév - 13:08

Ne perdez pas votre temps à lire cet article si vous n'avez pas la foi Catholoique...



Sommaire.

Introduction.

1. La vie en France avant 1789.

2. L’École des néo-Monarchistes (de la fin XVIIIe siècle à la fin XIXe siècle).

3. Le Légitimisme ou la pensée Royaliste traditionnelle.

4. L'Ultra-Légitimisme.

5. Situation actuelle des Royalistes Français.

Conclusion.


______________



Introduction.


Le Royalisme est une idée politique qui prône ou soutient la Royauté, c’est-à-dire un régime politique dans lequel le chef d'une nation est un Monarque qui porte le titre de Roi ou de Reine, le plus souvent héréditaire.

Souvent confondu avec le Monarchisme, notion plus vague qui inclut entre autres des dimensions impériales, princières et grands-Ducales, le Royalisme est souvent placé sur l’échiquier politique comme étant le contraire de la démocratie, bien que la plupart des Monarchies cosntitutionnelles soient des démocraties à part entière. La notion de Royalisme est aussi opposée par excellence au républicanisme, notamment en France.

Le Royalisme peut s’exprimer aussi bien individuellement (par exemple, dans une opinion), collectivement, dans un parti Royaliste ou dans le cadre d’associations, en faveur d’une personne (Roi ou Reine régnants, Prétendant) ou d'une dynastie, jugée légitime par ses partisans pour conserver ou remplir le rôle de Cjhef d'Etat d’un pays qui devient, le cas échéant un Royaume.

Pour des Royalistes Français, poser le problème politique uniquement sous l’angle institutionnel Monarchie/République, n’est pas satisfaisant.

Il est vrai que seule l’institution Monarchique assure LA PERENITE de l’autorité politique, et de fait LA CONTINUITE d’une politique dans un pays : s'il n'y aurait pas eu la continuité Royale, la Reconquista espagnole aurait étè impossible ! c’est ce qui fit dire à S.S. Pie VI que « la Monarchie était en théorie la meilleure forme de gouvernement » (Déclaration du 17 Juin 1793). Car la Légitimité politique se définit historiquement par le respect des LOIS FONDAMENTALES DU ROYAUME DE FRANCE, charte coutmière de notre Pays inspirée par Dieu (Pacte de Tolbiac, vision prophétique de Saint Rémy concernant la vocation Catholique ed la France, Songe d'Hugues Capet, Triple donation de Sainte-Jeanne d'Arc) qui désigne l'AINE SALIQUE, CATHOLIQUE, NE EN FRANCE DE NAISSANCE LEGITIME, comme Roi Légitime de la France, et organise le mode de gouvernement Royal comme le mode de succession au Trône, ainsi que l’application d’une politique Catholique et Royale.

Ainsi, Clovis devient en 496, le seul Roi légitime parmi les Rois barbares du fait de son baptême et non de sa seule force. Le baptême, la légitimité dynastique, ne suffisent pas : encore faut-il une politique légitime et une continuité Royale pour porter en vant cette politique Légitme de façon CONTINUE. Est Légitime une politique qui défend le Bien commun (Légitimité naturelle) et défend la foi Catholique (Légitimité théologique). Or, historiquement, seule la Monarchie Capétienne, Catholique et Royale, a possédé pleinement cette double Légitimité . C’est le grand message du Comte Henri de Chambord, qui n’a pas voulu être le souverain légitime de la Révolution (c’est le sens de son refus symbolique du drapeau tricolore).

La marque politique de l’Ancienne France, ce avec quoi la Révolution a opéré une rupture, c’est la conduite d’une politique dominée par le Droit Divin. La Monarchie de droit Divin est un régime politique Monarchique dans lequel le pouvoir du Monarque est légitimé par la volonté de Dieu, que son élection soit naturelle ou civile, directe ou indirecte. Par exemple, la Monarchie Française, Catholique et Royale, depuis le baptême de Clovis, était de droit divin parce que selon Saint Paul " toute autorité vient de Dieu ", surtout l'autorité donnée patr Dieu à Son Lieutenent Royal.

La Monarchie de droit Divin n'est pas absolue mais tempérée par les Lois Fondamentales du Royaume de France.

Si aujourd’hui, nous descendons dans l’arène politique comme Royalistes, c’est pour défendre notre Foi et faire triompher ce Droit naturel pouvant servir de socle à la Royauté sociale du Christ, droit naturel issu du droit Divin, au sein du mouvement Légitimiste et armés de l’immense héritage de la pensée de la Monarchie traditionnelle Française, Capétienne, c'est à dire Catholique et Royale, transmise par nos pères depuis Hugues capet.



1. La vie en France avant 1789.



La France fut, jusqu'à 1789 , la plus ancienne et la plus prestigieuse Monarchie de droit divin du monde. Son ancienneté, son rayonnement et sa politique audacieuse ont participé à faire de la France une puissance dominante du monde, puissance qui perdure en partie sous la République jusqu'à nos jours.

Le Roi de France était un Monarque sacré : il ne tenait sa couronne que de Dieu et, selon la formule consacrée, était « Empereur en son Royaume ». Si sous les Mérovingiens et les Carolingiens, la succession au Trône n'était pas bien définie, Dieu donnera par le Songe d'Hugues capet la rectte "miracle" pour une bonn continuité Royale : la Loi de Primogéniture Mâle.

La notion de Royauté de droit divin est instituée par les juristes (et non par les théologiens) à la faveur de la Guerre de Cent Ans durant laquelle l'autorité de la Monarchie Française est contestée et a besoin de s'affirmer. Avec le principe de la Royauté de droit Divin, les Rois de France reçoivent leur autorité directement de Dieu, sans l'intermédiaire de l'Eglise, de telle sorte que ce pouvoir Divin ne saurait être limité ni par une autorité morale, ni par un contrat social avec le peuple. C'est sur cette notion que se fonde l'absolutisme Monarchique Français. Le terme absolu vient du latin ABSOLUTUS qui signifie INDEPENDANT DE , détaché de, AUTONOME. mais attention : la Monarchie absolue n'est pas une tyrrannie car elle est tempérèe par LES LOIS FONDAMENTALES DU ROYAUME DE FRANCE qui désigenent comme Roi l'Aîné des capétiens Salique, Catholique, né Français et de Naissance Légitme.

Louis XIV désirait voir la Monarchie rayonner à partir d'un lieu d'où il peut gouverner : ce sera Versailles. Les travaux débuteront en 1669 mais ils seront encore inachevés lorsque la Cour et le gouvernement s'Y installeront en 1682 . Plusieurs architectes de renom comme Louis Le Vau y travailleront, ainsi que le jardinier André Le Nôtre . Le Roi-Soleil reste à ce jour le Monarque Français qui a le mieux incarné le droit Divin hérité de l'ancienne Monarchie Franque.

La société de la France Monarchique a, bien sûr, connu diverses mutations : du Moyen Age à la Renaissance, de la Renaissance à l’Absolutisme et à la Réforme, et de la Réforme à la Révolution bourgeoise de 1789.

Cependant, cette société conservait des traits majeurs dans son développement historique : L'ATTACHEMENT PRIVILEGIEE A L'EGLISE CATHOLIQUE ROMAINE, faisait de la France la Fille aînée de l’Église , les Princes détenant leur légitimité du Sacre, ne pouvaient la conserver qu’en exerçant UNE POLITIQUE RESPECTEURSE DES DROITS DE DIEU qui défendait l'Eglise. UNE CONCEPTION CHRTIENNE DE L'HOMME CONDUISAIT INDIRECTEMENT LA POLITIQUE ROYALE.

La pensée clunisienne, la construction des cathédrales, les Corporations et communuatès Chrètiennes, la Chevalerie, les Croisades, le protectorat Français sur les Lieux Saints, la Ligue Catholique du temps des Guerres de Religion, la Révocation de l'Edit de Nantes par celui de Fontainbleau, sont d'autants de témoignages de la vocation Catholique de la France et de sa Royauté.



2. L’École des néo-monarchistes (de la fin XVIIIe siècle à la fin XIXe siècle).



C’est à partir de 1789, année ou la Révolution entend déchrisitianiser la France et de l’absence cruelle de cette société harmonieuse, que des Royalistes vont approfondir les principes qui la fondaient, et commencer à les mettre en forme. Jusques alors ces principes étaient tellement naturels, tellement évidents que l’on se contentait de les vivre (comme il est naturel de respirer l’air), sans éprouver le besoin de les expliciter.

Edmund BURKE (1729-1797) : cet anglais, libéral de formation, réagit contre les idées des lumières , la théorie des Droits de l’Homme , qui reflète l’abstraction et la désincarnation des institutions. L’idée de souveraineté du peuple lui apparait chimérique. S’opposant avec énergie à la distinction état de nature/état de raison de Rousseau, il pense que l’Homme ne peut être abstrait des conditions concrètes de son évolution. Il dénonce le rationalisme agnostique des lumières. Il perçoit dans la Révolution Française le germe d’une grande déstabilisation pour toute l’Europe Chrétienne : il ne se trompa guère.

Louis de BONALD (1754-1840) s’attache plus particulièrement à dénoncer l’idée d’une souveraineté du peuple : selon lui, l’autorité politique est analogue à l’autorité paternelle. Il en découle que la souveraineté du peuple à l’égal de la souveraineté des enfants , ne fait qu’engendrer le désordre. Les souverainetés du Prince et du père sont nécessairement tempérées par l’amour qui légitime leur autorité (le pouvoir absolu n’étant pas le pouvoir arbitraire).

Joseph de MAISTRE (1753-1821) considère, comme Bonald, que le pouvoir absolu qui coiffe la pyramide aristocratique (naturelle au gouvernement des hommes) est tempérée par son essence Divine, sa Légitimité Catholique et Royale (le Prince gouverne sous l’œil de Dieu, des clercs et des fidèles obéissant par Dieu et pour Dieu).



3. Le Légitimisme ou la pensée Royaliste traditionnelle.



Après la Révolution, l’avènement de la Ière République et du Ier Empire, il y eut deux Rois légitimes régnants : Louis XVIII (de 1814 à 1824) et Charles X (de 1824 à 1830). Leurs règnes furent marqués par une POLITIQUE CATHOLIQUE courageuse allant à l’encontre de la révolution de 1789, restaurant le droit Divin.

Après le règne de Charles X, Louis-Philippe d’Orléans usurpa le trône de France en empêchant le Roi légitime (Henri V, Comte de Chambord) de succéder. Ce fut la véritable naissance du courant Légitimiste qui concecevait LE ROI, Aînés Salique, catholique et né Français de naissance Légitme des capétiens, COMME ETANT LA SEULE AUTORITE LEGITIME EMAMANT DE DIEU et s’opposait à l’usurpation dynastique des Orléans, et surtout à la politique libérale des grands bourgeois qui soutenaient Louis-Philippe, digne continuateur de la révolution bourgeoise de 1789.

A partir de l’exil de Charles X en 1830, le Légitimisme est le mouvement politique Français favorable au rétablissement de la Royauté Très Chrétienne de Droit Divin dans la personne de l’Aîné des Capétiens, donc le chef de la Maison de Bourbon, prévu par les Lois Fondamentales du Royaume de France, et opposé à ce qu’ils voient comme la laïcisation et à un droit non-Divin de l’Orléanisme. Pour beaucoup de ces Catholiques le sceau et l’emblème de la contre-révolution est la dévotion au Sacré-Coeur qu’ils arborent dès les guerres de Vendée sur le Drapeau national avec la devise « Espoir et salut de la France » : le Général de Sonis en fera son drapeau.

Ce courant, dit L égitimiste ―parce qu’il voulait renouer avec la Légitimité politique de la Monarchie Très Chrétienne ―connut un vif succès : le Comte Henri de Chambord sut rassembler les Français restés fidèles à la tradition Catholique et Royale. Le mouvement Légitimiste assure depuis lors l’héritage de la pensée de l’Ancienne France, il s’oppose diamétralement à la Monarchie libérale, nationaliste ou socialiste de Juillet : en cela il est le seul mouvement politique authentiquement Contrerévolutionnaire parce que le seul antérieur à la Révolution ! sa devise est celle des Chouans : “ Dieu et le Roi ”.

Le Comte de Chambord, tout comme le célèbre écrivain légitimiste Antoine Blanc de Saint-Bonnet, prit toujours position dans la vie politique Française contre les injustices sociales ou lorsque l’enseignement de l’Église Catholique se trouvait bafoué par la fausse Monarchie louis-philipparde. Son intervention la plus notable fut, sans doute, sa Lettre sur les ouvriers , dans laquelle il s’opposait à l’égoïsme bourgeois qui exploitait les populations ouvrières, allant à l’encontre de la dignité qu’on doit aux créatures de Dieu. Nombre d’auteurs Catholiques suivirent l’exemple de leur Prince (La Tour du Pin, Albert de Mun qui fut à l’origine de toute nôtre législation sociale,...) et créront le Catholicisme Social.

Jusqu’à sa mort en 1880, Blanc de Saint-Bonnet dénoncera la démocratie, la politique du grand Capital et le socialisme anti-chrétien.

En 1883, à la mort sans enfants du Comte de Chambord, la majorité des anciens Légitimistes a reconnu comme héritier légitime du Trône de France, l’aîné de la branche cadette d’Orléans, le petit-fils de Louis-Philippe, Philippe d’Orléans, Comte de Paris, Philippe VII, ce qu’on oublie toujours de nous dire. Le Légitimisme cesse d’être un mouvement politique significatif en se fondant avec l’Orléanisme dans le Fusionisme . Une minorité légitimistes de L’Univers tentera d’imposer au Comte de Paris une ligne traditionaliste par la création de la Ligue de la Contrerévolution , mais le flou des positions du petit-fils de Louis-Philippe les incite à se réfugier dans le seul combat Catholique-Social : seul Joseph du Bourg se tournera vers les Bourbons d’Espagne.

Selon Stéphane Rials, il existe une fausse symétrie entre Légitimisme et Orléanisme. Cette tendance poussée à l’extrême, et une désintérêt des Princes Carlistes pour la cause Française , conduira certains Légitimistes au prophétisme et à l’attente du Grand Monarque: de là naîtrons les Providentialistes .





4. L'Ultra-Légitimisme.





Pour les Légitimistes, le Roi est la seule autorité Légitme émamant de Dieu et ce principe s'incarnait en 1830 à l'époque en la personne du petit Duc de Bordeaux, futur Comte de Chambord. Pour les Orléanistes, le Roi est une impérieuse nécessité nationale, la continuité de La France, le destin national incarné par un Souverain indépoendant des capprices du suffrage universle et du diktat des fortune anonymes et vagabondes, et ce principe s'incarnait en le Duc d'Orlèans, Louis-Philippe, Monarque de Juillet.

Mais Louis XVII n’avait pas disparu de la scène politique. Les proclamations de Louis XVIII atteignirent sans doute davantage les élites que le peuple. Des Français en étaient restés cependant au fils de Louis XVI, malgré l’annonce de sa mort en 1795. Fin 1813-début 1814, les révoltes de conscrits d’une partie de la Flandre Française, rapidement devenues soulèvement rural anti-napoléonien, se firent au nom de Louis XVII (sobriquet qui resta à leur chef). L’arrivée sur le trône de Louis XVIII n’empêcha même pas la multiplication des faux Louis XVII.

La contestation de Louis XVIII, puis partiellement de Charles X, s’alimente ainsi dans une partie du monde Ultra aux prophéties politiques circulant de manière manuscrite ou en compilations (désormais classificatoires) imprimées, et au dernier prophète Royal qu’est Thomas Martin de Gallardon .

Ce prophétisme se prolonge après 1830 dans le Survivantisme .

Qui sont les Survivantistes?

Le Comte de Chambord lui-même, qui ne voyait de destin Français que dans le cadre de la Chrétienté, ne concevait de Mission Française que la fidélité de la France à son Baptême et ne désirait de salut national que dans l'esprit de justice, décida de renoncer au Trône -au grand dam de ses contemporains!- après la révélation de Maximin Giraud , le Berger de la Salette, de la Survivance de Louis XVII et de la vraie descendance Royale, et la querelle du Drapeau Blanc ne fut qu'une excuse.

Ou se trouve cette descendance?

Il y a deux hypothèses:

1°) Naundorff n’était pas Louis XVII, mais le fils adultérin du dernier Prince de Condé (et donc demi-frère de l'infortuné Duc d'Enghien), dont la cuisinière hollandaise se nommait Emma Naundorff : le futur Grand Monarque est le descendant Salique du vrai Louis XVII mais on ignore complètement où se trouve cette descendance, qui est celle des Lys coupés : c'est l'hypothèse Survivantiste.


2°) Le futur Grand Monarque ne descend de Louis XVII que par sa mère , petite-fille du petit-fil de l’Enfant-Roi, et membre de la branche coupée des Lys , et descend par son père de la Branche Aînée de Saint-Louis , qui est celle des Bourbons-Montpensier-de-Valois-et-de-La Croix, lignée oubliée mais Légitime , dont le Masque de Fer fut l’incarnation comme l’instrument Divin du témoignage de la permanance de la Légitimité : on ignore totalement, là aussi, où se trouve cette double descendance, dont on ne connaitrait que le nom, SAR Henri -Louis de Bourbon-Montpensier de Sainte-Croix de Valois de La Croix , Duc de Bretagne, de jure le Roi caché Henri V de la Croix et le caractère Français , et que ce sera la Providence à nous le doner . Selon un message reçut par Martine, ce serait un Bourbon : c'est l'hypothèse Providentialiste.

Les hypothèses N° 1 et N° 2 se confondent dans la certitude d'une survivance de Louis XVII.

Elles s'en remettent humblement à Dieu pour le choix du Roi à venir.

L’Aîné des Bourbons désigné par les Lois Fondamentales du Royaume de France comme étant le Roi choisi par Dieu n’est pas SAR le Prince Louis-Alphonse de Bourbon-Espagne, Duc d’Anjou et de Cadix, aussi Catholique -et sympathique- puisse-t-il être .

Marie-Julie Jahenny (1850-1941) est une voyante Catholique Bretonne de Blain, près de Nantes, qui eu des extases et porta les stigmates du Christ. Ses visions révélèrent des catastrophes pour notre France contemporaines mais aussi le retour d'un Roi pour sauver notre Patrie. Dasns un contexte géopolitique de guerre cilvile et mondiale, le Roi sera notre seul recour dans le cahos. CE ROI SERAIT UN AINE, INCONNU MAIS LEGITIME DES BOURBONS, et aurait comme nom HENRI V DE LA CROIX , ce qui confirme la Légitmité Catholique et Royale : elle précisera que le Roi à venir, le GRAND MONARQUE de prophéties ne serait NI UN ORLEAN, NI UN NAUNDORF, NI UN BOURBON ESPAGNOL (d'Espagne, des Deux-Siciles, de Parme).

Les Providentialistes Légitimisants rejoigant l'hypothèse N° 2 qui savent que le Roi HENRI V DE LA CROIX, même caché, est l’incarnation comme l’instrument Divin du témoignage de la permanance de la Légitimité Catholique et Royale , se nomment Ultra-Légitmistes. Frank Abed et... votre humble serviteur, sont des Ultra-Légtitimistes.

L'engagement Ultra-Légitimiste, qui dépasse largement le cadre dynastique , revêt donc un caractère plus universel. Si l’Ultra-Légitimisme soutient la tradition Catholique, ce mouvement Royaliste s’honore d’accueillir toute personne qui accueille avec humilité et reconnaissance la volonté de la Divine Providence tout en adhérant aux principes de Légitmité naturelle et théologique de la Royauté Capétienne.

L'Ultra-Légitimisme dépasse donc le cadre dynastique en laissant humblement le choix du Roi à Dieu tout en défendant la tradition Catholique, le Divin Christ-Roi étant Dieu-Fait homme. Car depuis la chute de la Monarchie Catholique et Royale en 1830, à la suite de Bossuet, Bonald, Maîstre, les Royalistes maitiennent et manifestent le principe Royal, car le disait l'un d'eux, Maurice d'Andigné :

- C'est à la Légitimité Catholique et Royale que nous devons revenir... ce n'est pas les hommes si éminants soint-ils, qui sauvent un pays, mai les insitutions .

L'Ultra-Légitimisme est donc une pensée Néo-Légitimiste qui sait que l'Aîné des Bourbons désigné par les Lois Fondamentales du Royaume de France comme Roi n'est pas le Duc d'Anjou mais le Duc de Bretagne .

La conviction Monarchiste de l'Ultra-Légitimisme s’enracine autour d’une fidélité absolue envers le Divin Christ-Roi et en son Lieutenant SMTC HENRI V DE LA CROIX , qui qu'il soit, AINE INVISIBLE DES BOURBONS ET ROI LEGITIME DE FRANCE, Fils aîné des Coeurs Unis de Jésus et de Marie promis et annoncé dans les prophéties du Grand Monarque .




5. La situation actuelle du Royalisme Français .



Marie-Julier Jahenny (1850-1941) est une voyante Catholique bretonne de Blain, près de Nantes, qui eut des extases et porta les stigmates du Christ. Ses visions prophétiques révèlèrent des catastrophes pour notre France contemporaine -on y est- mais aussi le retour d'un Roi pour sauver l'Eglise et la France.

Le Royalisme persiste malgrès les décennies et les condamnations mais il est fortement divisé. Trois courant dominent avec trois Prétendants :

1°) Le courant Légitimiste avec le Prince LOUIS DE BOURBON. Le Légitimisme s'en remet au principe Royal qui est que le Roi est la seule autorité Légitime émanant de Dieu. Le Survivantisme, qui croit en la survivance de Louis XVII, et le Parmisme, constitué autour du Prince Sixte-henri de Bourbon-Parme et qui ne croit ni en la survivance de Louis XVII ni en la Légitimité du Prince Louis de Bourbon mais entend appliquer en France les principes carlistes -Dio, Ptria, fuoros y Rey legitimos (Dieu, Patrie, Foyers et Roi Légitime)- ne sont que des néo-Légitimismes : le principe est le même, seul le Prétendant change.

2°) Le courant Orléaniste avec le Prince J'EAN D'ORLEANS. L'Orléanisme, au contraire du Légitimisme, s'en remet à la volonté populaire pour l'appel au Roi, vu comme une impérieuse nécessité nationale, la Monarchie étant à leurs yeux la présence du Sacré dans le pouvoir, la continuité de la France, le destin national incarné par un Souverain indépendant des capprices du suffrage universel et du diktat de établissements banquaires.

3°) Le courant Providentialiste avec un Roi inconnu, dont on ne connaît que le nom : HENRI DE LA CROIX. Le Providentialisme a pour principe de s'en remettre à Dieu pour le choix et l'avènement du Roi à venir : il peut donc rejoindre par là le Néo-Légitmisme..

Marie-Julie Jahenny, dans plusieurs extases, a annoncé le futur Grand Monarque SMTC HENRI V DE LA CROIX (comme il y eu un Philippe VI de Valois), ROI DE FRANCE ET D'ITALIE, EMPEREUR DES CHRETIENS : ce ne sont pas les prétendants que l'on nous présente aujourd'hui qui seraient appellés à siéger sur le Trône de France.

Cette dernière prophétie semble confirmer et appuyer le mouvement Providentialiste parce que le Grand Monarque annoncé serait inconnu jusqu'au dernier moment. Il est précisé qu'AUPARAVANT, il y aurait UN FAUX ROI dont il faudrait se méfier.

Ainsi les prophéties du Grand Monarque parlent effectivement d'un retour à la Monarchie en France. Dans un contexte de de crise majeure, de guerres civile et mondiale, le Roi sera pour nous le seul Salut dans ce cahos.

La République est donc appellé à disparaître, et avec elle toutes les crimes de la Révolution : la décapitation du Constantin héréditaire de la France et des Français fidèles à Dieu et à Son Lieutenant Royal, la déchristianissation progressive de la France et l'islamisation progressive de l'Europe.





Conclusion.




Aujourd’hui, le Royalisme entend continuer l’oeuvre des Croisés, des Ligueurs du temps d'Henri IV, des Mousquetaires du Roi, des Chouans et Vendéens, des Chevaliers de la Foi, des Zouves Pontificaux et des Camelots du Roi, et opposer à la décadence générale ses valeurs Chrétiennes, familiales et patriotiques, ce afin de constituer un rempart contre la violence sournoise qui s’exerce partout, contre l’âme de nos enfants, contre les Catholiques, contre les traditions de notre pays, contre son histoire, contre la sécurité et l’honneur des Français.

Pour ses partisans, il consiste avant tout en une ambition pour la France : la volonté de redonner au pays sa position hégémonique qu’elle a eu jusqu’au début du siècle passé, celle de Fille Aînèe de l'Eglise et d'Educatrice des Peuples, de retrouver un Monarque apte à enclencher de grands projets, celle aussi de sortir du jeu des partis et de la politique à court terme qui caractérise, pour les Royalistes, l’exercice du pouvoir des hommes politiques de la république.

Le Royalisme se pose aussi pour certains comme une opposition au nouvel ordre mondial, par le renforcement de l’État face aux institutions supranationales qui empiètent sur les libertés fondamentales des peuples.

C'esst un acte de Foi qui nous est demendé : attendre et préparer la venue d'un Roi INCONNU mais envoyé par Dieu et, DANS L'ATTENTE DU PRINCE, DEFENDRE LE PRINCIPE.

-En vérité, en vérité, je vous le dit : qui accueille ce lui que je vous envoie, m'accueille; et qui mìaccueille, accueille Celui qui m'a envoyé (Jean 13:20) !

Etre Ultra-Légitmiste, c'est être avant tout Royaliste, et être Royaliste, ce n'est pas seulement vouloir un Roi, c'est se revendiquer Contrerévolutionnaire ! C'est renier les valeurs, l'histoire, les symbôles, les acquis de la République, fille de la Révolution, la république judéo-maçonnique qui déchristianise la France pour nuire au Catholicisme, comme nous l'a clairement rappellé Vincent Peillon dans une interwiew télévisée : La laïcité, nouvelle religion.

Être Royaliste, c'est avant tout être Catholique et Français :

-Avant d'être Royaliste, je suis Catholique et Français; Je dirai mêe que je suis Royaliste parce que je suis Catholique et Français (Maurice d'Andigné) !

Etre Royaliste, c'est avoir notre propre Histoire, notre espérence Monarchiste, mais c'est aussi un devoir envers Dieu qui a voulu la Royauté Très Chrétienne en France jusqu'en 1789 et de 1814 à 1830. Ce devoir envers Dieu, nous devons le concrétiser par l'action, et nous pouvons mettre en oeuvre cinq démarches pour aider à la Restauration :

1ー ) Refaire découvrir l'Histoire de France aux Français.

2ー ) Dénoncer les réseaux occultes qui rongent la France.

3ー ) Remettre l'Eglise au centre de la cité, remettre Dieu au centre de nos vies, remettre le Divin Christ-Roi au centre de la politique.

4ー ) Défendre avec le Marquis de La Franquerie le principe Royal : le Roi est la seule autorité Légitime émanant de Dieu.

5ー ) Construire l'Arche Franco-Catholique chère à Charles Maurras : la première préparation sera spirituelle, la seconde intellectuelle, la troisième personnelle, le tout pour créer des réseaux Catholiques et Royalistes, tout en laissant humblement à la Divine providence le choix du Roi à venir.

En attendant, les Rois de France pont assez servi notre Patrie durant 1500 ans -ces derniers 1000 ans comme Dieu le voulait, et ce jusqu'en 1830- pour que nous, Royalistes, nou portions RESPECT, SYMPATHIE et AFFECTION a l'ensembles de leurs DESCENDANTS ACTUELS : aujourd'hui, LES BOURBONS.

Prière, action, espérence…

-Pour que vive la France, vive le Roi !




Hervé J. VOLTO, CJA
Hervé J. VOLTO
Hervé J. VOLTO
Vénérable
Vénérable

ROYALISME, LEGITIMISME ET ULTRA-LEGITIMISME FRANCAIS A5comt10
Messages : 752
Points : 1006
Date d'inscription : 01/12/2019

Revenir en haut Aller en bas

ROYALISME, LEGITIMISME ET ULTRA-LEGITIMISME FRANCAIS Empty Re: ROYALISME, LEGITIMISME ET ULTRA-LEGITIMISME FRANCAIS

Message par Hervé J. VOLTO le Ven 14 Fév - 14:54

L'ULTRA-LEGITIMISME est une mouvence Royaliste : son objectif est de favoriser la restauration de la Royauté. Mais tout en reconnaissant la validité des LOIS FONDAMENTALES DU ROYAUME DE FRANCE, il considère que le futur Roi n'est pas définitivement identifié à ce jour et que le Prince Louis de Bourbon, pour auatnt qu'il soit sympathique et cahrismatique, n'est PAS l'Ainé des Bourbons. Ou bien le vrai Roi de France HENRI DE LA CROIX émergera du combat antimondialiste, et ce sera le début d'une nouvelle dynastie -une branche AINNE, OUBLIE MAIS LEGITIME DES BOURBONS- ou bien ce sera le descendant du jeune Roi Louis XVII qui, comme on le sait aujourd'hui, a très probalement été "exfiltré" de la prison du Temple.

Oupuet-être ... des deux !
Hervé J. VOLTO
Hervé J. VOLTO
Vénérable
Vénérable

ROYALISME, LEGITIMISME ET ULTRA-LEGITIMISME FRANCAIS A5comt10
Messages : 752
Points : 1006
Date d'inscription : 01/12/2019

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum