Le CrocoDeal du moment :
Licence Office 2019 Professional Plus ...
Voir le deal
15.90 €

LE HIEROSOLYMITISME OU ROYALISME DE TERRE SAINTE

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

LE HIEROSOLYMITISME OU ROYALISME DE TERRE SAINTE Empty LE HIEROSOLYMITISME OU ROYALISME DE TERRE SAINTE

Message par Hervé J. VOLTO le Ven 7 Fév - 15:54


Qu'est-ce que le Hiérosolymitisme ?

Le Hièrosolymitisme en Terre Sainte, c’est avant tout une attitude culturelle Catholique , celle de la Tradition. En politique, il incarne le principe d’expension-évangélisation dont Léon XIII rependra l’idée : tout le contraire de l’actuel euro-mondialisme islamisant ! C’est aussi un nationalisme Palestinien et Chrétien : mourir pour la Patrie, c’est mourir pour la société Chrétienne de Terre Sainte destabilisée par les idées révolutionnaires. C’est, enfin, face à la masse l’affirmation de la pers onne . Voulue Chrétienne .

Le Hiérosolymitisme, c'est le Royalisme de Terre Sainte. Il trouve son origine dans LE ROYAUME SAINT DE JERUSALEM.



Sommaire.

1. Naissance du Royaume Saint de Jérusalem.

2. L'apogée du Royaume Saint de Jérusalem.

3. Le déclin du Royaume Saint-de Jérusalem.

4. Le Hiérosolymitisme aujourd'hui.



_________



1. Naissance du Royaume Saint de Jérusalem.


Le Royaume Saint de Jéusalem ( 1099-1187 ) est un Royaume Chrétien fondé en Orient en 1099 lors de la Première Croisade. Il s’agit de l’Eta latin d’Orient le plus méridional. Le Royaume, à partir du règne de Baudoin I°, s’étend sur la Palestine, dominant le littoral de Gaza à Daron jusqu’à Beyrouth. Vers l’intérieur, le Royaume Saint de Jérusalem va jusqu’à la vallée du Jourdin. Plus tard, l’autre rive du Jourdain sera occupée jusqu’à la Mer Rouge, formant la Terre d’Outre-Jourdain.

Partir aux Croisades assure l’indulgence pléniaire. Lorsqu’un Croisé endosse son Blanc-Manteau, il renaît, lavé de ses péchés. Si le thème de la Jérusalem Céleste comme symbole du paradis est un lieu commun de l’époque, la Jérusalem Terrestre, vision de Paix, de Justice et d’Union pour toutes les tribus d’Israël, est le symbole du Royaume messianique et de l’Eglise Chrétienne ouverte à tous les peuples .

Le Royaume Saint de Jéusalem nait lors de la prise de Jérusalem (14 juillet 1099). Pour sécuriser les Lieux Saint délivrés le 15 Juillet 1099 après une journée de bataille, il faut sécuriser la ville de Jérusalem : pour sécuriser la ville Sainte de Jérusalem, il faut sécuriser la Palestine tout entière ! D’où la création du Royaume Saint de Jérusalem. Plusieurs chefs Croisés quitteront la Ville Sainte, soit pour se tailler des Principautés vassales du Royaume Saint de Jérusalem -Principauté d’Antioche, Comté d’Edesse et Comté de Tripoli- soit pour rentrer en Europe. Il ne reste plus que Godefroy, Tancrède de Hauteville, Raymond IV de Toulouse et trois cents Chevaliers. Tancrède conquit la plaine de Galilée et fonde la Principauté de Galilée.

Godefroye de Bouillon est le premier Souverain de Jérusalem, mais se contente du titre d’Avoué du Saint Sépulcre, ne voulant pas porter un couronne d’or là où le Christ a porté une Couronne d’épine. Il faut d’abord combattre une première contre-attaque fatimide, qui est battue à Ascalon le 12 août 1099. Le Royaume se limitera aux villes de Jérusalem et Bethléem, du port de Jaffa et de la route reliant Jérusalem et Jaffa.

Godefroy meurt le 18 juillet 1100. Baudoin, Comte d’Edesse et frère de Godefroy, se présente. Il est bientt Sacreé Roi de Jérusalem.

Les institutions du Royaume, lois initialement non écrites, seront regroupés par Jaen d’Ibelin dans les Assises de Jérusalem : c’est une réplique de la Monarchie Capétienne Française, Catholique et Royale.

Le Royaume Saint de Jérusalem est tout d’abord une Monarchie élective : Godefroy de Bouillon, Baudoin I° et Baudoin II ont été désignés de cette manière. Mais les Barons prirent rapidement l’habitude de choisir le Roi dans la famille Royale, au point qu’après le règne de Frédéric II, et malgré l’absence du Souverain et le rejet des Hohenstofen, l’hérérédité Royale est établie. Cette double nature de la succession, élective et héréditaire, permet l’élection de Baudoin V, afin d’écarter Guy de Lusignan du Trône, et le maintien sur le trône de Jean de Brienne, veuf de Marie de Montferrat, alors que l’héritière était une fille âgée de trois ans. Enfin le Roi de Jérusalem doit-être de confession Catholique.

Dans les Chartes en latin, les Rois sont nommés rex Hierusalem Latinorum , rex Ierosolymorum , rex Hierosolomitanus , rex Babilionie atque Asie , voire rex Francorum .

Baudouin I° passe son règne à conquérir le littoral et à repousser les contre attaques islamiques. Il réussit à faire reconnaître la suzeraineté du Royaume Saint de Jérusalem sur les autres Etat Latins d’Orient : Les Royaume de Cypre et d’Arménie, la Principauté d’Antioche, le Comté d’Edesse et le Comté de Tripoli. Il meurt en 1118 et les seigneurs du Royaume lui choisirent comme successeur son cousin Baudoin du Bourg, Comte d’Édesse.



2. Apogée du Royaume Saint de Jérusalem.


Baudouin II renforce la présence Franque en Terre Sainte et remporte plusieurs victoires, mais ne peut s’emparer de la Syrie intérieure, les villes d’Alep et de Damas restant aux musulmans.

Les succès de la première croisade étaient principalement dus aux divisions des musulmans. Foulques d’Anjou, successeur de Baudoin II, parvint à maintenir cet équilibre, mais la Syrie musulmane commençait à s’unifier sous la férule de Nur al-Din. La Deuxième Croisade n’aura aucun résultat positif, les Croisés ayant attaqué Damas, le seul émirat allié aux Francs.

Les règnes de Baudoin III et d’Amaury I° sont marqués par la recherche d’alliances auprès de Byzance et de l’Egypte fatimide, mais cette dernière action se soldera par un échec qui contribura à l’hégémonie de Sal- al-Din ou Saladin sur la Syrie et l’Égypte réunies, prenant le Royaume en tenaille.

Saint Baudoin IV le Lépreux, puis Raymond III de Tripoli, Régent au nom de Baudoin V, réussissent à tenir Saladin en échec, mais le comportement de Renault de Chatillon et l’avènement de Guy de Lusignan amèneront la catastrophe : l’armée Franque est vaincue à Hattin (4 juillet 1187), le Roi Guy de Lusignan fait prisonnier, et Saladin entreprend rapidement la conquête des États latins d’Orient. Le Royaume Saint de Jérusalem se réduit bientôt au port de Tyr, le Comté de Tripoli se réduit à la ville de Tripoli, au château de Tortose et au Krak des Chevaliers, et la Princiopauté d’Antioche à Antioche et à Marqab.



3. Le déclin du Royaume Saint de Jérusalem.



C’est de Tyr que vient la contre-attaque. Conrad de Montferrat, un homme énergique et résolu, oncle de Baudouin V, y a débarqué en juillet 1187, mit la ville en état de défense, et repoussé les attaques de Saladin. Pour contrebalancer cette réaction, Saladin délivre Guy de Lusignan, mais Conrad refusera à ce dernier l’entrée de Tyr. Tandis que Conrad épouse Isabelle de Jérusalem pour faire valoir des droits au Trône, Guy de Lusignan se met à assiéger Acre. Ce siège durera deux ans, les Francs de Lusignan se retrouvant à leur tour assiégés par une armée de secours de Saladin, et en proie à la rivalité entre partisans de Guy et partisans de Conrad. Ce n’est qu’à l’arrivée de la Troisième Croisade, conduite par Philippe II Auguste et Richard I° Coeur de Lion, que la ville peut être prise.

Philippe Auguste rentrera en France pour repousser l’envahisseur Otton IV de Brunswick à Bouvines, mais Richard restera, fera héroïquement la conquête de la bande côtière et négociera avec Saladin une paix garantissant aux pèlerins Chrétiens l’accès à Jérusalem. Sous la pression des Barons, il se résigne à reconnaître Conrad Roi de Jérusalem, installant Guy de Lusignan sur le trône de Chypre qu’il venait de prendre aux Byzantins.

Jérusalem est perdue, mais le Royaume gardera le nom de ROYAUME SAINT DE JERUSALEM , et son siège sera installé à Saint-Jean d’Acre (1187 à 1291). Conrad de Montferrat, son nouveau Roi, est assassiné peu après. Se succéderont alors les deux maris suivants d’Isabelle, Henri II de Champagne, puis Amaury II de Lusignan, frère de Guy, devenu Roi de Chypre. Amaury II parvient à reprendre plusieurs ports et à reconstituer le Royaume tout le long du littoral, de Jaffa à Beyrouth. À sa mort, ce sera Marie de Montferra qui lui succédera, sous la Régence de Jean d’Ibelin, le « vieux Seigneur de Beyrouth » .

Lorsque Marie eut dix-neuf ans, Jean d’Ibelin la marie à Jean de Brienne. En 1218, celui-ci lance une expédition en Égypte dans le but de négocier la restitution de Jérusalem. Le 5 Novembre 1219, il prend Damiette, et le sultan d’Égypte est disposé à échanger la ville contre Jérusalem. Le légat Pélage Galvani s’y oppose (!) et marche sur Le Caire au moment de la crue du Nil. L’expédition tourne ainsi à la catastrophe et les succès de l’opération sont réduits à néant.

Pour obtenir des secours de l’Occident, Jean de Brienne marie en 1125 sa fille Isabelle II à l’Emperereur Germanique Frédérique II de Hohenstaufen, lequel l’écarte du trône. Frédéric II, bien qu’ayant réussi à récupérer Jérusalem par traité, mécontente les Barons et la « guerre des Lombards » éclate entre les Impériaux et les Barons. Ce n’est qu’en 1232 que les Barons l’emportent, ne laissant aux Impériaux que la ville de Tyr qui sera prise en 1243.

Tout en maintenant la fiction des Rois Hohenstaufen, les Barons organisent un gouvernement collégial, dirigé par Jean d’Ibellin, puis par son fils Ballian, mais l’anarchie s’installe. Jérusalem est reprise par les musulmans en 1244.

SaintLouis IX vient à la tête d’une Croisade, mais est fait prisonnier à Damiette. Après sa libération, il gouverne le Royaume de 1250 à 1254 et le réorganise, frainnt le déclin du Royaume Saint de Jérusalem. Il y introduit les insituttions Capétiennes, Catholiques et Royales, ce qui convient parfaitement aux Barons, mais l’anarchie revient après son départ, aggravée par les rivalités entre les Gênois et les Vénitiens (Guerre de Saint-Sabas), et la double prétention au trône de Hugues III de Chypre et de Charles I° d’Anjou, frère de Saint-Louis – Marie d’Antioche, prétendante au Trône de Jérusalem, a vendu ses droits à Charles d’Anjou -qui règnera de1227- 1285, puis de Charles II d’Anjou , fils du précédant, qui règne sur Jérusalem de de 1285 à 1309 .

Pendant ce temps, le sultan mamelouk Baybars reprend petit à petit les différentes places fortes du Royaume. La dernière place forte Franque sera Saint-Jean d’Acre, prise le 28 Mai 1291.



4. Le Hiérosolymitisme aujourd'hui.



La Royauté de Jérusalem est un titre qui subsiste longtemps après la disparition du Royaume, et encore de nos jours. Après la prise de Saint-Jean-d’Acre, deux lignées revendiquent le titre :

– les Lusignan à Chypre, qui le transmettent jusqu’à la fin de la dynastie, avec Jacque III de Cypre, mort en 1474. Le titre passe alors à un de ses cousins, Louis de Savoie, puis à son frère Philippe III Sans Terre, Duc de Savoie, tous deux fils d’Anne de Lusignan. Les Ducs de la Maison de savoie deviennent ensuite Prince de Piémont, Rois de Sardaigne, puis Rois d’Italie. L’ex-comunication du Roi Victor-Emmanul II de Savoie par le Pape Pie IX après la prise de Porta Pia en 1860 fait que ces derniers ne peuvent moralement plus porter le titre de Roi de Jérusalem, QUE LE PAPE CONFIERA AUX BOURBONS-SICILES.

– Charles II d’Anjou, fils de Charles I°, et ses successeurs, Roi de Naples et des Deux Siciles de la famille d’Anjou, portent le titre jusqu’à Jeanne I°. Celle-ci adopte Louis d’anjou, mais un cousin, Cahrles de Durazzo, s’empare du Royaume. Le Royaume de Naples passe ensuite aux Rois d’Aragon qui deviennent ensuite Roi d’Espagne puis aux Bourbon, qui règneront sur l’Espagne, le Royaume de Naples et le Duché de Parme. Louis d’Anjou transmet le titre à ses descendants jusqu’à René d’Anjou et son neveu Charles V d’Anjou. La succession sera disputée entre René II de Loraine, qui transmet le titre aux Duc de Lorraine -qui abandonnent leur titre au Roi de France pour devenir Empereurs du Saint-Empire Romain Germanique- puis aux Habsbourg-Lorraine, qui ne peuvent plus le porter moralement, surtout après le renonciaitioin de Otto de Habsbourg en 1963. Louis XI de France est, quand à lui, fils de Charles VII et de Marie d’Anjou QUI TRANSMET, QUAND A CETTE DERNIERE, LE TITRE ET LES DROITS AU ROI DE FRANCE.

L’ORDRE ROYAL RELIGIEUX ET MILITAIRE DU SAINT SEPULCRE DE JERUSALEM est l'Ordre de Chevalerie créé par Godefroy de Bouillon après la prise de Jérusalem en 1099. Constitué de Chanoines Réguliers et de Chevaliers, cet Ordre a pour fonction la protection du Saint-Sépulcre mais aussi la vie liturgique du sanctuaire. Sa devise est DEUS LE VEULT , qui se traduit en Français par DIEU LE VEUT.

Des hommes dévoués se regroupent en une sorte de confrérie laïque autour du chapitre du Saint-Sépulcre. Des Croisés, restés en Terre Sainte, des cadets de grandes familles Nobles trouvant ici l'occasion de continuer à SERVIR, de jeunes gens prets à combattre pour l'honneur de la Chrétienté, mettent spontanément leurs armes au service des chanoines pour protéger et défendre le Saint-Sépulcre : le chanoines les adoubent Chevaliers, ce qui vaut anoblissement. Comme d’autres Chevaliers engagés par les églises et les abbayes d’Occident, ils ont le statut de «rendus», dit aussi «donnés» ou «donats», c'est-à-dire de laïcs DONES A LA RELIGION, sans prononcer de vœu.

Ces chevaliers laïcs ont alors une double dépendance, une dépendance religieuse envers les chanoines et une dépendance charitable envers les Hospitaliers qui les nourissent et les entretiennent.

Avant de créer les Chevaliers du Temple, Hugues de Payns a vraisemblablement fait partie des milites sancti Sepulcri dès 1115.

Avec l’extension des conquêtes en Terre Sainte, l’Ordre se développe en étendant sa mission de protection des lieux saints sur l’ensemble du Royaume Saint de Jérusalem, les Chanoines veillants sur les Lieux Saints et les Chevaliers constituant le gendarmerie du Roi de Jérusalem. C’EST L'ORDRE DYNASTIQUE DE LA MAISON ROYALE DE JERUSALEM .

Avec la perte des Etats lation du levant, l’Ordre se replie sur l’Europe. C’est en 1489 que le pape Innocent VIII décide la suppression de l’Ordre canonial et son incorporation à l’Ordre Hospittalier de Saint-Jean.

L’ORDRE EQUESTRE DU SAINT-SEPULCRE DE JERUSALEM est un Ordre de Chevalerie religieux, réorganisé en 1847 sous forme d’Ordre Pontifical. C’est une association de fidèles Catholiques reconnue par le Saint Siège, et qui œuvre pour aider la communauté Chrétienne installée en Terre Sainte, aujourd’hui territoire d’Israël, de la Palestine, de Jordanie et de Chypre, voire en egypte. Sa devise est Deus lo veult , qui reprend la devise de l’ Ordre Royal, Religieux et Militaire du Saint-Sépulcre de Jérusalem . Les buts de l’Ordre du Saint Sépulcre sont définis dans l’article II de ses statuts, à savoir :

– Accroître parmi ses membres laïcs la pratique de la vie chrétienne, en fidélité absolue au Souverain Pontife, en observant comme base les principes de la charité, qui pour l’ordre sont un moyen fondamental d’aide à la Terre Sainte.

– soutenir et aider, notamment par une aide matérielle, les œuvres et les institutions cultuelles, caritatives, culturelles et sociales de l’Eglise Catholique en Terre sainte, particulièrement celles situées dans la juridiction du Patriarcat Latin de Jérusalem (diocèse recouvrant Israël, la Jordanie, la Cisjordanie, Gaza, Chypre) ; à ce titre l’Ordre soutient : -52 paroisses comprenant 80 prêtres,-206 établissements scolaires rassemblant 45 000 élèves,-différents établissements médicaux et sociaux ainsi que des organisations caritatives catholiques, -le Grand Séminaire de Beit Jala.

– encourager la conservation et la propagation de la Foi dans ces régions, en y intéressant les Catholiques répandus dans le monde entier, unis dans la charité par le symbole de l’ordre, ainsi que tous les Chrétiens : l’Ordre compte de nombreux Français. Le Prince François-Xavier de Bourbon-Parme fut longtemps Lieutenant Français de L’Ordre Equestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem . Camérier Secret du Pape Pie XII et ami du Marquis de La Franquerie, il a baucoups oeuvré pour la Terre Sainte, Chypre et Rhodes. Dire que de nombreux membres de la Lieutenance Française de l'Ordre Esquestre sont Royaliste est un secret de polichinel.

Une attente du retour du Roi de France, Souverain du Royaume Saint de Jérusalem, existe au Liban, en Terre Sainte, en Egypte comme à Chypre, Rhodes et… en Turquie où, si l'élite d'Ankara est en majorité musulmanne, on trouve de nombreux membres de la haute société d'Istamboul de confession Chrétienne.





Hervé J. VOLTO, CJA





Hervé J. VOLTO
Hervé J. VOLTO
Vénérable
Vénérable

LE HIEROSOLYMITISME OU ROYALISME DE TERRE SAINTE A5comt10
Messages : 752
Points : 1006
Date d'inscription : 01/12/2019

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum