Le CrocoDeal du moment : -43%
Braun Tondeuse À Barbe BT3041
Voir le deal
28.59 €
-28%
Le deal à ne pas rater :
Smartphone HUAWEI P30 lite Noir 128 Go
265 € 369 €
Voir le deal

Le jour sous le signe des chrétiens

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  - Page 2 Empty Re: Le jour sous le signe des chrétiens

Message par Lysliane le Mar 12 Mar - 10:15

A partir du 11 mars 1793, à 2 ou 3 jours près, 700 paroisses sonnent le tocsin, et en 15 jours, il n’y a plus un bleu dans le pays. Le 31 mars, Pâques sont fêtées au grand jour par les réfractaires.
Le jour sous le signe des chrétiens  - Page 2 11-mars-3
Au nord de la Loire, début avril, la répression du général Canclaux semble l’emporter. La révolte est populaire, rurale et religieuse. Les paysans appellent les nobles à leur tête.
3 armées se forment :

  1. l’armée d’Anjou et du Haut-Poitou: « la grande armée »: en particulier les Mauges (à l’origine de la révolte avec refus de la conscription à St Fulgent): Cathelineau écrit à sa femme:

« Aie confiance, Dieu pour qui je vais combattre aura soin de ces innocents » (ses 6 enfants) ;
Stofflet, garde chasse, dans l’ombre de La Rochejacquelein, Bonchamps, d’Elbée (qui fêtait la naissance d’un fils quand les paysans viennent le chercher), Lescure, La Rochejacquelein (officier de la Garde du Roi en 1791, il assiste au 10 août 1792 et se bat aux Tuileries; Il est célèbre pour sa phrase :
« Si j’avance, suivez-moi. Si je recule, tuez-moi. Si je meurs, vengez-moi ».
[list=2]
[*]L’armée du Centre (bocage) que les Sapinaud (oncle et neveu) dirigent. Elle a un moindre rayonnement que les 2 autres armées, mais elle tient la seule grand-route Nantes-La Rochelle et son verrou de Pont Charron (1° combat important, près Chantonnay) qui interdit aux renforts bleus d’arriver du Sud.
[*]L’armée du Retz et du Bas-Poitou, dirigée par Charette ancien officier de marine, émigré à Coblence, revenu pour assister au massacre des Tuileries, se cache sous son lit quand les paysans viennent le chercher, leur fait promettre obéissance. Très indépendant vis à vis du reste de l’armée catholique, il ne sera ni à Clisson, ni à Cholet, ni à la virée de Galerne.
[/list]
L’armée catholique et royale connaît des effectifs variables. Aux grands chocs, elle monte jusqu’à 80 000 hommes, groupés en divisions, qui rassemblent des paroisses sous les ordres d’un capitaine de paroisse. Drapeaux blancs fleurdelisés, armement de faux, fourches, piques en général mais aussi fusils, munitions, canons qui sont pris aux Bleus l’équipent. Sa cavalerie est constituée de chevaux de labours, sans selle, avec des cordes pour étriers. La tactique de l’embuscade est celle qui domine. Les paysans « s’égaillent » pour les tendre, et donnent finalement l’assaut au cri de « Rembarre, vive la religion ». (Cri de gardien de bœufs, lorsqu’il s’agit de leur interdire une direction).
Après les « chocs » (choc = bataille.), les paysans retournent aux champs s’occuper de leurs fermes et montrer à leur famille qu’ils ne sont pas morts: il sera impossible de les faire marcher sur Paris.
Il est à noter que seules 2 routes seulement traversent la Vendée: Nantes-La Rochelle et Saumur-Sables d’Olonne.
Concernant l’unité du commandement, l’abbé Bernier fait promettre aux chefs d’obéir, sous peine de mort: Marigny, non choisi comme chef de l’armée du centre, désobéira et sera exécuté sur l’insistance de l’abbé Bernier. Le Grand Conseil de la Vendée militaire, le Conseil de Châtillon est créé après la prise de Fontenay sur les conseils de l’abbé Bernier et de d’Elbée. Il administre les territoires insurgés au nom de Louis XVII. Donissens en assure la présidence effective, l’abbé, le secrétariat. Cathelineau élu 1er généralissime le 12, après Saumur, sera remplacé par d’Elbée, puis La Rochejacquelein après Cholet, puis par Fleuriot.
Marigny, chef de l’artillerie, de caractère irascible, est parfois impitoyable avec les prisonniers. En 1794, devenu chef de l’armée du Haut-Poitou, il se brouille avec Charrette et Stofflet, qui le font condamner à mort par un conseil de guerre. Dans un des plus tristes épisodes des guerres de Vendée, il est tué par les chasseurs de Stofflet à La Giradière le 10 juillet 1794. Les troupes de Marigny refusèrent le Concordat et créèrent ainsi la « Petite Eglise » qui subsiste encore: fêtes, jeûnes de l’Ancien régime, et surtout plus de prêtres…

e 11 mars 2001 :Jean-Paul II béatifie 233 religieuses, moines et laïcs, victimes de la guerre civile espagnole entre 1936 et 1939.
Jean-Paul II est le premier souverain pontife à faire autant de bienheureux d’un seul coup.Pie IX avait béatifié 206 Japonais en 1877.
Le jour sous le signe des chrétiens  - Page 2 11-mars-5

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 921
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  - Page 2 Empty 12 mars

Message par Lysliane le Mar 12 Mar - 10:19


  • le 12 mars: saints du jour français ou en France.

    • St Paul Aurélien, évêque en Bretagne au VIe s.



Au pays de Léon en Bretagne Armorique, au VIe siècle, saint Paul Aurélien, premier évêque de la cité.
Le jour sous le signe des chrétiens  - Page 2 12-mars-1-1

  • le 12 mars 417 : le pape Innocent 1er

Le pontificat de saint Innocent a été surtout un affermissement de la juridiction romaine en Occident comme le montrent les 36 lettres qu’il a écrites.

  • le 12 mars 604 : décès du pape saint Grégoire 1er le Grand.

Le jour sous le signe des chrétiens  - Page 2 12-mars-2-1Le peuple de Rome pleure la mort du pape Grégoire Ier le Grand, monté sur le trône de saint Pierre en 590, alors que la peste ravage Rome. Docteur de l’Église, son influence durant le Moyen Âge est considérable.
Très cultivé, Grégoire Ier le Grand sait le grec, le droit et l’art d’administrer. Ayant reçu la charge de préfet de la ville de Rome, il l’exerce pendant deux ans puis, vers 575, à 35 ans, il abandonne honneurs et richesses pour entrer dans un monastère qu’il a fondé quelques années auparavant. Il ne veut plus que prier et obéir. Grégoire, le 3 septembre 590, « est élu pape par l’acclamation unanime du clergé et du peuple». Il essaie de se dérober, faisant même appel à l’empereur, mais c’est en vain. Cet épisode est raconté dans la Légende dorée, de Jacques de Voragine, écrit vers 1250.
En cette période troublée par les invasions et les épidémies comme la peste, quand Grégoire le Grand monte sur le trône de Saint Pierre, il compare l’Eglise à un navire battu par la tempête et sur le point de sombrer. Il se dévoue auprès des pestiférés et des misérables. En même temps, il réorganise l’Eglise romaine, défendant les prérogatives du siège de Pierre. Il fixe la liturgie, réforme la discipline ecclésiastique, propage l’ordre bénédictin, envoie des missionnaires en Angleterre, après une solide préparation sur les mœurs locales. Voir la chronique du 3 septembre.

  • le 12 mars 1088 : élection pape Urbain II.

Eudes de Châtillon, né à Chatillon-sur-Marne en 1042, et mort à Rome le 29 juillet 1099, est élu 157e pape sous le nom d’Urbain II. Il succède à Victor. Son premier acte est d’affirmer solennellement sa fidélité à l’œuvre de Grégoire VII.
  Le jour sous le signe des chrétiens  - Page 2 12-mars-3-1   Pierre Ier, roi d’Aragon (1094-1104), offre son royaume, par le biais d’un de ses légats, à Urbain II, comme obole de St. Pierre

  • le 12 mars 1144 : élection du pape Lucius II.

Le jour sous le signe des chrétiens  - Page 2 12-mars-4-1Gherardo Caccianemici dal Orso est né à Bologne. Après avoir été cardinal de Sainte-Croix de Jérusalem, il devient pape le 12 mars 1144 et meurt le 15 février 1145.
Sommé par les partisans d’Arnaud de Brescia de renoncer à toute souveraineté temporelle, il réclame l’appui de l’empereur Conrad III et marche lui-même contre Rome avec quelques troupes ; mais est blessé à mort en montant à l’assaut du Capitole.

  • le 12 mars 1178: le pape Alexandre III revient à Rome.

Son conflit avec l’empereur Barberousse s’achève suite aux négociations entamées après la victoire papale de Legnano. Elles s’achèvent sur la paix de Constance, l’empereur reconnaît ensuite le pape Alexandre III par le traité de Venise.

  • le 12 mars 1268 : Eudes Rigaud, archevêque de Rouen, prêche la Croisade aux halles de la Vieille Tour.
  • le 12 mars 1303: Nogaret prononce un discours contre le pape Boniface VIII devant le Conseil Royal au Louvre.
  • le 12 mars 1622 : Ignace de Loyola et François Xavier sont canonisés par le pape Grégoire XV.


  • le 12 mars 2000 : Jean-Paul II demande pardon pour tous les péchés commis par les catholiques au cours des siècles.

 

  • le 12 mars 2009: le pape Benoît XVI, dans une lettre aux évêques explique la levée de l’excommunication des évêques de la Fraternité Saint Pie X.

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 921
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  - Page 2 Empty 13 mars

Message par Lysliane le Mer 13 Mar - 10:45


  • le 13 mars: saints du jour français ou en France.

    • St Pient, évêque à Poitiers († v. 564)



À Poitiers, vers 564, saint Pient, évêque, qui aida sainte Radegonde à bâtir son monastère.

  • Bx Agnel (Agnello) de Pise, frère o.f.m. (1194-1235)

À Oxford en Angleterre, le bienheureux Agnel de Pise, qui fut envoyé par saint François en France, puis en Angleterre, où il établit l’Ordre des Mineurs et promut les sciences sacrées.

  • Bse Françoise Tréhet, vierge et martyre († 1794)

À Ernée dans le Maine, en 1794, la bienheureuse Françoise Tréhet, vierge, Sœur de la Charité. Elle se dévoua avec tout son zèle à enseigner les enfants et à soigner les malades et, au temps de la Révolution française, parce qu’elle avait refusé le serment à la Constitution civile du clergé et qu’elle avait donné asile à des prêtres, elle fut condamnée à mort et aussitôt guillotinée.

  • le 13 mars 483 : élection de saint Félix III comme pape.

Le jour sous le signe des chrétiens  - Page 2 13-mars-1
Félix lll
Félix III est un aristocrate romain, veuf et père de famille ; il a deux enfants. Il est élu pape au décès du pape Simplice. En Afrique, sous son pontificat, les Vandales ariens déclenchent une violente persécution contre les catholiques. Voir les chroniques du 25 février et du 1er mars.

  • le 13 mars 731 : élection du pape saint Grégoire III.

C’est saint Grégoire III qui appelle à l’aide les Francs de Charles Martel, duc des Francs, pour repousser les Lombards, il met l’Eglise sous la protection des Francs. Après la victoire de Poitiers, qui a écarté le danger islamique, le maire du Palais écrit au pape Grégoire III pour lui annoncer son soutien. Rome est alors assiégé par les Lombards


  • le 13 mars 1658 : début des travaux de construction de la première chapelle du sanctuaire Sainte-Anne-de-Beaupré au Québec.

La tradition veut que ce soit des marins bretons qui ont les premiers songé à s’établir à Sainte-Anne-de-Beaupré. Au cours d’une tempête, ils promettent d’établir un sanctuaire à Sainte-Anne, à l’endroit où ils pourront acoster. Ce qu’ils font à Saint-Anne-de-Beaupré. En mars 1658, M. Vignel est nommé, par M. de Queylus, grand vicaire de la première chapelle. Le premier miracle, celui de Louis Guimond, a lieu en cette même année 1658, date où il est certifié et reconnu comme tel. La basilique actuelle a été érigée en 1926.
Le jour sous le signe des chrétiens  - Page 2 13-mars-3



  • le 13 mars 1569 : bataille de Jarnac entre l’armée royale et les huguenots français.

Le 25 août 1568, la troisième guerre de Religion vient d’éclater car Henri Duc d’Anjou, futur Henri III, a été nommé Lieutenant-Général du Royaume avec pour mission de battre les Huguenots. Ceux-ci occupent plusieurs places du Centre du Sud-ouest comme La Rochelle, où se sont réfugiés l’Amiral de France Gaspard II de Coligny et l’ambitieux Louis Ier de Bourbon-Condé.
Henri d’Anjou fait restaurer le vieux pont de Châteauneuf et réussit à passer sur la rive droite de la Charente. Les Huguenots, installés dans Jarnac sont surpris.
Condé charge avec toute sa cavalerie. Il se fait encercler et sa cavalerie est entièrement décimée. Lorsqu’il veut se rendre au Duc d’Anjou, il meurt d’un coup de mousquet. Gaspard de Coligny réussit à se replier avec ses 6 000 de ses soldats sur La Rochelle. La bataille de Jarnac se clôt finalement sur la défaite des huguenots et sur la mort de Condé.
Henri IV ayant appris la mort du prince de Condé se jette au plus fort de la mêlée et en est retiré de force par ses officiers. Ouvrant son pourpoint à cause de la chaleur il laisse entrevoir un … scapulaire à l’effigie de Notre Dame. La vue de cette image catholique stupéfait tellement son entourage que c’est sa mère la dure Jeanne d’Albret qui explique que ce scapulaire a été mis autour du cou du futur Roi le jour de sa naissance. (cf. la chronique du 13 décembre)
Le jour sous le signe des chrétiens  - Page 2 13-mars-4
Tapisserie du XVIe siècle illustrant la bataille de Jarnac [Musée national de la Renaissance, Écouen.]

  • le 13 mars 1615 : naissance d’Antonio Pignatelli del Rastrello, futur pape Innocent XII.



  • le 13 mars 1826 : le pape Léon XII publie la lettre encyclique “Quo Graviora” contre la libre-pensée et la franc-maçonnerie.

Le sous titre est particulièrement clair : « CONDAMNATION DE LA SOCIÉTÉ DITE DES FRANCS-MAÇONS ET DES AUTRES SOCIÉTÉS SECRÈTES ».
« Notre prédécesseur, ayant vu que la secte dite des Francs-Maçons, ou appelée d’un autre nom, acquérait chaque jour une nouvelle force, et ayant appris avec certitude, par de nombreuses preuves, que cette secte était non seulement suspecte mais ouvertement ennemie de l’Église catholique, la condamna par une excellente constitution qui commence par ces mots : In eminenti publiée le 28 avril 1738, et dont voici la teneur : »
« C’est pourquoi Nous ordonnons à tous et à chaque chrétien, quels que soient leur état, leur rang, leur dignité ou leur profession, laïques ou prêtres, réguliers ou séculiers, sans qu’il soit nécessaire de les nommer ici en particulier, et, en vertu de la sainte obéissance, de ne jamais se permettre, sous quelque prétexte que ce soit, d’entrer dans les susdites sociétés, de les propager, de les favoriser ou de les recevoir ou cacher dans sa demeure ou autre part, de se faire initier à ces sociétés dans quelque grade que ce soit, de souffrir qu’elles se rassemblent ou de leur donner des conseils ou des secours ouvertement ou en secret, directement ou indirectement, ou bien d’engager d’autres, de les séduire, de les porter ou de les persuader à se faire recevoir ou initier dans ces sociétés, dans quelque grade que ce soit, ou d’assister à leurs réunions, ou de les aider ou favoriser de quelque manière que ce soit ; au contraire, qu’ils se tiennent soigneusement éloignés de ces sociétés, de leurs associations, réunions ou assemblées, sous peine d’excommunication dans laquelle ceux qui auront contrevenu à cette défense tomberont par le fait même, sans qu’ils puissent jamais en être relevés que par Nous ou Nos successeurs, si ce n’est en danger de mort.
Nous ordonnons en outre à tous et à chacun, sous peine de l’excommunication réservée à Nous et à Nos successeurs, de déclarer à l’évêque et aux autres personnes que cela concerne, dès qu’ils en auront connaissance, si quelqu’un appartient à ces sociétés ou s’est rendu coupable de quelques-uns des délits susmentionnés.
Nous condamnons surtout et Nous déclarons nul le serment impie et coupable par lequel ceux qui entrent dans ces associations s’engagent à ne révéler à personne ce qui regarde ces sectes, et à frapper de mort les membres de ces associations qui feraient des révélations à des supérieurs ecclésiastiques ou laïques. N’est-ce pas, en effet, un crime que de regarder comme un lien obligatoire, un serment, c’est-à-dire un acte qui doit se faire en toute justice, et où l’on s’engage à commettre un assassinat, et à mépriser l’autorité de ceux qui, étant chargés du pouvoir ecclésiastique ou civil, doivent connaître tout ce qui est important pour la religion et la société, et ce qui peut porter atteinte à leur tranquillité ? N’est-ce pas indigne et inique de prendre Dieu à témoin de pareils attentats ? Les Pères du Concile de Latran ont dit avec beaucoup de sagesse (can. 3) « qu’il ne faut pas considérer comme serment, mais plutôt comme parjure tout ce qui a été promis au détriment de l’Église et contre les règles de la tradition. Peut-on tolérer l’audace ou plutôt la démence de ces hommes qui, disant, non seulement en secret, mais hautement, qu’il n’y a point de Dieu, et le publiant dans leurs écrits, osent cependant exiger en son nom un serment de ceux qu’ils admettent dans leur secte ? » 
 
L’encyclique est accessible ici, avec en interne les liens sur les condamnations des papes précédents.
http://www.virgo-maria.org/references/references_html/Leon_XII/1826-03-13_SS_LEO_XII_QUO-GRAVIORA.html

  • le 13 mars 2013 : le pape François 1er est élu pape.

C’est le cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio qui est élu par les cardinaux réunis en conclave au Vatican pour succéder à Benoît XVI. Jorge Mario Bergoglio est archevêque de Buenos Aires depuis 1998. Il a été nommé cardinal par le pape Jean-Paul II, en 2001. 266ème pape de l’Église catholique romaine sous le nom de François (en latin Franciscus). Il est le premier pape jésuite et le premier issu du continent américain. Il est aussi le premier pape non européen depuis Grégoire III au VIIIe siècle.
Le jour sous le signe des chrétiens  - Page 2 13-mars-8

Lysliane
Vénérable
Vénérable

Messages : 456
Points : 921
Date d'inscription : 18/02/2019

Revenir en haut Aller en bas

Le jour sous le signe des chrétiens  - Page 2 Empty Re: Le jour sous le signe des chrétiens

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum